LES SOUHAITS INAVOUABLES

Quand je parle de Crépus & Longs (et de mes programmes capillaires, plus généralement), je parle beaucoup de comment la transformation la plus profonde que l’on obtient c’est avant tout celle d’être remarquée et complimentée pour ses cheveux.

Etre tellement remarquablement belle que les autres ne peuvent pas s’empêcher de le remarquer c’est quelque chose qu’on ose rarement souhaiter (à haute voix)

La majorité d’entre nous avons du mal à admettre que nous voulons des cheveux beaux et longs (on va édulcorer tout ça en disant qu’on veut des cheveux en bonne santé).

Alors à plus forte raison admettre qu’on veut être admirée !
A plus forte raison admettre qu’on veut être belle aux yeux des autres !

Et je trouve ça tellement dommage !

On va se censurer jusqu’à la mort sur nos véritables envies parce qu’on a un jugement sur ce qui est « ok » de vouloir et sur ce qui est mal (égoïste, superficiel, mal-venu, narcissique, etc).

Vouloir de la reconnaissance ? C’est mal (égoïste, pas généreux)
Vouloir être regardée et admirée ? C’est mal (superficiel)
Vouloir être complimentée ? C’est mal (narcissique, superficiel)

Et alors on se balade dans la vie cahin-caha, en essayant de jongler avec les raisons officielles pour lesquelles on fait ce qu’on fait (on prend soin de ses cheveux juste pour la santé, on soigne sa peau juste pour l’hygiène, on fait du bon boulot juste par éthique) et les choses qu’au fond de nous on souhaite très très fort qui se produisent (nos cheveux deviennent ultra beaux, brillants, souples et longs, notre peau est éclatante et tout le monde nous demande si on a du fond de teint même quand on n’en a pas, on est la rock star de l’entreprise et tout le monde s’exclame sur l’excellent travail qu’on fait).

Mais j’ai découvert un secret il y a quelques années :

Rien de tous ces souhaits ne sont « mal ».
D’ailleurs, si on s’autorise à souhaite « officiellement » ce qu’on souhaite secrètement au fond de notre cœur, on peut commencer à y travailler sérieusement et….*gasp*  l’OBTENIR !

Je pense que nos désirs sont en nous pour une bonne raison. Toujours.
Et on ne sait jamais où ils vont nous amener.

Moi par exemple, je me suis longtemps jugée pour la reconnaissance et la validation que je voulais pour le travail que je faisais sur les cheveux crépus.
D’ailleurs, je ne me l’admettais pas du tout ! Ce secret honteux était caché tout au fond de moi.
Puis un jour, vers mi-2017, j’ai regardé ce besoin en face.

Je me suis dis « ok, je veux des compliments, des remerciements, des commentaires, des cœurs. Je veux que les gens adorent mon contenu gratuit, puis qu’ils achètent mes programmes payants et que là encore ils adorent et me remercient infiniment et en parlent à tout le monde autour d’eux tellement ils sont contents ».

Ce moment à été comme un cataclysme.

J’ai alors arrêté d’être timide sur les réseaux sociaux.
J’ai arrêté d’être timide dans ma façon de vendre et de présenter mon travail.
J’ai appris des tas et des tas de choses sur comment bien promouvoir son travail.

Et devinez quoi ?
J’ai reçu toute la reconnaissance que je voulais.
J’ai été COMBLEE de reconnaissance.

Aujourd’hui, grâce à ce fuel, j’ai pu aider des MILLIERS de femmes à se sentir plus belles, plus confiantes.
J’ai une équipe, des salariés. Des gens qui vivent de ce travail !

Sans cette reconnaissance de mon besoin de reconnaissance (ahah), ça ne serait jamais arrivé.

Et maintenant ?


Je suis ouverte à mes désirs suivants : mes projets pour cette entreprise sont MASSIFS.

Mais je ne pense pas que j’aurais pu embrasser pleinement cette phase de croissance actuelle de l’entreprise où laquelle je dois voir tellement plus grand que moi si je n’avais pas nourris mon besoin de reconnaissance.
J’aurais été beaucoup trop effrayée de laisser d’autres gens travailler avec moi : mon cerveau aurait flippé en mode « mais et si les gens oublient que c’est moi qui ai fait tout ça ? Et si les gens pensent que je suis nulle, fainéantes, une grosse capitaliste de merde qui fait semblant de vouloir aider les gens juste pour gagner plein de thune ».
J’aurait été en panique totale.

Mais je n’ai plus ce besoin de validation. Ce qu’on peut penser de moi n’a plus d’emprise.
Et comme par magie, je vais pouvoir impacter et aider ENCORE PLUS de femmes !

Tout ça parce que j’ai pris soin de nourrir et de combler mon besoin « honteux », sans m’en cacher.

Et toi ?


Quel est le besoin inavouable que tu caches au fond de ton cœur ?
Qu’est-ce que tu souhaite de tout ton cœur qui se produise, mais que tu aurais honte de poursuivre officiellement ?

Discutons-en !
Ton avenir en dépend 🙂

Bonne soirée
Maelle

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *