Style protecteur VS coiffure protectrice

Bien que je porte mes cheveux lâchés tous les jours (et que je fais des nattes tous les soirs pour dormir), je ne passe en réalité jamais la main DANS mes cheveux.

C’est la philosophie du STYLE PROTECTEUR plutôt que de la coiffure protectrice.

Je vous explique en détail ici ; https://buff.ly/2Nqmtbl

✅ C’est pour cela que mes cheveux gagnent en longueur d’année en année, sans jamais faire de coiffures protectrices.

✅ Si vous dépendez encore beaucoup des coiffures protectrices traditionnelles (rajouts, tresses, tissages, etc.) vous devez savoir ce que vous faites !

Dans mon travail de recherche sur les cheveux crépus, j’ai compris il y a quelques années que ces coiffures dites protectrices sont en réalité carrément destructrices pour nos cheveux.

❌ Les frottements et la sécheresse : Par leur nature, nos cheveux, quand ils sont secs, s’accrochent un peu à tout. Et en particulier les uns aux autres. Dans des tresses/nattes/rajouts, les cheveux sont compactés. Et au moment de défaire la coiffure, il y a ÉNORMÉMENT de frottements qui créent des fourches excessives et l’affinement des cheveux.

Ils sont alors bien plus susceptibles de se casser.

❌ la manipulation excessive : le processus de tressage implique de passer les doigts de la racine jusqu’aux pointes dans 70 à 95% de la chevelure (varie en fonction de la taille des tresses ou nattes).

Cela provoque ÉNORMÉMENT de casse.

(Vous avez déjà regardé le sol après avoir fini de vous tresser ?)

❌ Le manque de soin. Une coiffure gardée 1 mois, ce sont des cheveux restés 1 mois sans soins (faire des soins par dessus des tresses est du gaspillage de produits : les nutriments ne pénètrent pas car les cheveux sont compactés).

Résultat ? Des cheveux qui se cassent excessivement au moment où on défait la coiffure.

Heureusement, il y a des solutions !

On PEUT contourner ces problématiques et porter ses coiffures tressées, élaborées et originales, tout en retrouvant ses cheveux sains et saufs à la sortie.

Je vous explique toutes les étapes dans mon programme « Coiffures Protectrices de A à Z ». Un programme tout entier que j’ai créée pour vous transmettre cette philosophie (et les compétences qui vont avec ^_^)

https://buff.ly/307I5L9

Ton ego, tes cheveux et moi

C’est l’histoire d’un lien improbable entre une affaire de harcèlement au travail et une histoire de cheveux.

On est d’accord sur le fait que se tromper c’est parfaitement humain, n’est-ce pas ?

On se trompe tout le temps, sur tout et rien.

C’est humain, ce n’est pas grave.

Pourtant, on en fait quand même tout un pataquès.

On va hurler les uns sur les autres pour éviter d’admettre qu’on a tort.

On va faire preuve d’une mauvaise foi intergalactique plutôt que de dire « ah ok je comprends maintenant, je me trompais ».

Comme si en admettant son tort on allait se diminuer d’une certaine façon.

Être quelqu’un d’inférieur. De moins bien.

En philosophie on appelle ça l’égo.

Je me rappelle encore dans les premières années de mon couple, mon copain me disait tout le temps « on peut jamais discuter de rien parce que ton égo est dans tout ».

Du haut de mes 19-20-21 ans, je ne COMPRENAIS PAS cette phrase ! (Dis comme ça on croirait qu’il est beaucoup plus vieux, mais en fait pas du tout. Juste plus sage.)

Et à force de me pencher dessus et de travailler dessus, j’ai fini par comprendre : que dans la moindre remarque, je voyais un jugement. Et donc un risque d’être désignée « inférieure », « moins bien ».

Et ça explique bien tout l’internet de nos jours :

Dans chaque conversation, devant chaque article que tu lis en ligne, devant chaque post instagram qui présente un avis contraire au tien…

À chaque fois qu’un autre humain s’exprime et dit le contraire de ce que tu penses, tu te sens attaqué dans ta valeur en tant qu’humain !

Alors forcément, on tourne en rond o_O

Quand as chaque fois que tu vois pointer au loin la menace d’avoir tord tu ressens tout de suite et de façon simultanée une menace sur ta valeur en tant que personne, tu t’empêches d’apprendre, de progresser, d’évoluer.

Et en passant tu t’empêches d’enrichir l’autre de ton point de vue (parce que quand tu es sur la défensive, franchement, tu ne fais, aucun sens)

Et ça n’aide personne.

Tu n’es pas en train d’exposer ta vision du monde, tu es en train d’essayer de gagner.

Ça change entièrement la conversation.

Je pensais à ça ce matin en pensant à une amie victime de harcèlement au travail et qui me racontait ce collègue qui vient la voir toutes les heures à son bureau pour des questions et/ou des précisions. Elle se sent agressée, harcelée, c’est très dur à vivre.

Et moi j’ai tout de suite pensé : ce collègue semble ultra stressé le pauvre.

La vraie résolution viendrait surement de l’aider à résoudre son stress. (Tout en le maintenant à distance pendant un temps des personnes impactées, bien sûr).

Mais au lieu de ça, ce qui se déroule c’est une guerre rangée à RH et représentant syndical interposé.

Une situation malheureusement bien trop courante en entreprise.

La cause ? L’égo.

Mais bref !

Tout ça à un rapport direct avec les cheveux, promis ! (si si)

Je pensais que c’est la même chose quand je parle de cheveux et de pousse et que je suis rencontrée avec agressivité par des : « Oh mais toi t’es antillaise de toute façon ! »

 » C’est n’importe quoi c’est juste la génétique j’aurais jamais des cheveux c’est comme ça »

 » Quel produit tu utilises, donne-moi juste le nom du produit !!! »

Et j’en passe et des meilleurs.

Tu as un avis, là tout de suite sur comment les cheveux pousse et tu as des croyances, là tout de suite sur TES CHEVEUX (la longueur qu’ils peuvent atteindre, l’épaisseur qu’ils peuvent atteindre, etc.).

Mais imagine que dans cette conversation tu réussisses à mettre de côté ton égo et à RÉELLEMENT écouter ce que disent les experts ? (Moi, par exemple)

Si tu étais RÉELLEMENT ouverte à entendre et RÉELLEMENT ouverte à essayer ?

Comme plus haut, c’est la différence entre une bataille rangée (entre toi et tes cheveux) jusqu’à la mort (de tes cheveux et de ton cuir chevelu en général) et une situation où une personne qui souffrait est aidée et trouve une solution durable à son problème.

Imagine seulement ce qui pourrait se passer…

(Je vois bien plus de femmes noires qui transforment leurs relations avec leurs cheveux parce qu’elles sont ouvertes à entendre que jusqu’ici elles se trompaient, et je vois un monde plein de compassion, avec des environnements de travail non toxiques)

Expérience soin protéiné COLLAGEN/SPIRULINE

Hello, je ne fais quasiment jamais ce genre de vidéo mais je pense à l’avenir partager avec vous mes test et expérimentations capillaire ^_^

Ici, je teste l’efficacité d’un soin protéiné avec du collagen et de la spiruline en poudre (et normalement destinés à être ingéré)

Dans e test je cherche à savoir si le produit aura bien un effet gainant et renforcant, si oui à quel point. Quel impact sur mon hydratation et comment se comportent mes cheveux ensuite dans la semaine.

***

C’est quoi le programme Crépus & Glam ?

Ce programme   met l’accent sur les techniques de manipulation des cheveux.

  • Les manipulations sont la seconde cause de casse et de stagnation de la longueur après les soins  négligés : Appliquer de bons produits capillaires à ses cheveux et faire des soins renforcent les cheveux mais sans les bonnes méthodes de manipulation, on aura encore beaucoup de casse. C’est l’utilisation de technique de manipulation adéquate qui permet de réduire drastiquement la casse.
  • Des techniques de manipulation qui réduisent la casse et favorisent la pousse : Avec des techniques de manipulation qui réduisent aussi drastiquement la casse, automatiquement, les cheveux se mettent à pousser.
  • Des gestes et des méthodes de manipulation douces, qui rendent le fait de se coiffer agréables et sans douleur  : Avec ces techniques de manipulation, finit les douleurs provoqués par le peigne et la coiffure des cheveux crépus.

Des techniques de manipulation inédites qui reposent sur les principes du mèche-à-mèche

Au fil des années, j’ai fini par concevoir un un système qui marche. C’est ce système qui m’a permis de vivre sereinement mes cheveux crépus naturels et de parvenir à les faire pousser jusqu’à ma taille alors qu’auparavant, ils ne m’arrivaient à peine aux épaules. C’est ce système que j’enseigne à mes ateliers et lors de mes coachings depuis ces deux dernières années. Et si ce système marche aussi bien, c’est parce que contrairement aux méthodes qui semble toujours lutter contre la nature des cheveux crépus, il s’appuye sur les qualités des cheveux crépus. Le volet « Manipulation » de mon système s’appuye sur le concept de mèche-à-mèche.

  • Le mèche-à-mèche donne accès à des techniques douces et provoquant peu ou pas de casse : Ce sont ses techniques qui permettent de vivre la coiffure des cheveux crépus de façon sereine au quotidien.
  • Le mèche-à-mèche permet DE FAÇON PRATIQUE la réalisation d’un très grand nombre de coiffure : cheveux lâchés, chignons, coiffures formelles (pour des évènements mondains, mariages, etc.)

Porter ses cheveux lâchés ne sera plus un problème

Beaucoup aimerait pouvoir être plus spontanée avec leurs cheveux et les porter lâché. Mais  elles sont découragés à l’idée de tout le travail que ça va demander de coiffer leurs cheveux lâchés pour les rendre présentables et à l’idée de tout l’emmêlement que ça va apporter à leurs cheveux par la suite. À l’issue du programme « Manipulation » :

  • Vous pourrez porter vos cheveux lâchés sans aucun problème : Votre coiffure sera rapide à mettre en place et ne provoquera pas d’emmêlement excessif.
  • Vous n’aurez plus besoin de faire régulièrement des « coiffures protectrices »: Avec les techniques et méthodes enseignés dans le programme « Manipulation », les cheveux poussent puisqu’il n’y a quasiment plus de casse. Porter des coiffures dîtes protectrices (coiffure de rajout, coiffure de petits tressages, etc.) n’est plus du tout nécessaire.
  • Vous n’aurez plus besoin de faire des « pauses » de vos cheveux : Quand on ne sait pas comment manipuler les cheveux crépus au quotidien, on peut rapidement se sentir dépasser et ressentir le besoin de faire régulièrement des pauses. À la fin de ce programme, vous saurez manipuler vos cheveux : vous ne ressentirez alors plus le besoin de faire de pause car vous occupez de vos cheveux ne sera plus une corvée pénible et douloureuse.
  • Vous pourrez porter vos cheveux lâchés aussis souvent que vous le souhaitez : Porter vos cheveux lâchés ne les emmêlera pas, vous ne serez plus découragé par cette idée.

Mon regard d’expert pour corriger vos gestes

Cette formation a été donnée en live, et vous avez accès aux replays. En revanche, grâce au groupe facebook, vous pourrez partager votre progression avec moi (et avec toutes les autres participantes du programme) afin d’avoir un retour direct sur votre avancement et vos résultats.

Cette méthode qui combine visuel, démonstration et correction des gestes en temps réel par le formateur est une méthode d’apprentissage très efficace et donne des ateliers à la fois très agréables et très conviviale à suivre.

Un programme pour apprendre à se coiffer

« Comment faire une frange ? », « Comment orienter ses racines pour diminuer le volume et obtenir plus de tomber ? », « Comment donner plus de mouvement et de souplesse à la chevelure » :  dans ce programme, nous allons aborder des questions très concrètes et découvrir tout un univers de technique de coiffure radicalement différentes des techniques de coiffure traditionnelle. À l’issue du programme :

  • Vous aurez assimilé tout un panel de technique de coiffure et de manipulation des cheveux que vous aurez appris à combiner pour réaliser les coiffures que vous désirez
  • Vous aurez été exposé à un large panel de coiffure/d’idée de coiffure que vous pourrez reprendre ou dont vous pourrez vous inspirer : la culture dominante ne nous expose quasiment jamais à représentation des cheveux crépus, ce qui peut limiter l’imaginaire. Avec le programme « Manipulation », vous allez vraiment pouvoir élargir vos horizons en matière de coiffure sur cheveu crépu.

Rejoigner une communauté de pratiquante à différents niveaux d’avancement

Vous pourrez rejoindre un groupe Facebook privé où se retrouve des femmes qui suivent mes programmes et qui sont à différents niveaux d’avancement. Sur ce groupe, vous pourrez suivre la progression d’autres participantes et celles qui le souhaitent pourront :

  • partager ses victoires : ex. de victoire typique : « Mon premier mèche-à-mèche réussi et solide », « Ma première coiffure lâché réussi », etc. Parce que c’est quand même parfois agréable de pouvoir partager ses victoires avec des semblables  plutôt que de les vivre seul dans son coin.
  • poser ses questions concernant un point du programme : celles qui sont déjà passées par là se feront un plaisir d’y répondre
  • partager sa progression : planning de soin, technique de coiffure que l’on expérimente pour la première fois, etc.
  • etc.

———-

Je m’appelle Maëlle (aka Misscamaelle) et je suis passionnée de cheveux crépus depuis que j’ai arrêté les défrisages en 2008. Mon mantra : simplifier et rendre très accessible le soin, l’entretien et la valorisation des cheveux crépus et texturés ! Sur cette page, je partage avec vous mes méthodes et techniques afin de vous aider à surmonter les challenges des cheveux texturés : limiter la casse, éviter d’avoir les cheveux secs, faire pousser les cheveux, savoir se coiffer, etc.

Le tout s’appuyant sur la méthode d’entretien des cheveux crépus que j’ai crée : la Méthode ALaFolie.

————

Retrouvez-moi ailleurs sur le web :

FACEBOOK : https://www.facebook.com/camaelle.alafolie?ref=hl

YOUTUBE: https://www.youtube.com/results?search_query=misscamaelle

INSTAGRAM : http://www.instagram.com/camaelle.alafolie

SNAPCHAT : http://snapchat.com/add/misscamaelle

—–

FAQ

—–

Dernier défrisage : Août 2008

Big chop : février 2009

Longueur actuelle : en dessous de la taille

Quelques éléments sur ma routine :

*Soin complet toutes les semaines (bain d’huile, shampoing, masque, démêlage, crème hydratante)

*Pas de peigne au quotidien

*Démêle avec un tangle teezer (ou au doigts) une fois par semaine

S’aimer tels qu’on est

Parler d’amour de soi et d’estime de soi dans le cadre du cheveu naturel, j’ai trouvé ça longtemps compliqué.

Je me suis d’ailleurs censurée pendant des années sur ce sujet par peur de brusquer ou de choquer.

J’ai toujours surtout voulu être cette personne qui vous aide à passer à l’action.

Qui donne des conseils pratiques et concrets, pas celle qui vous met mal à l’aise en disant des choses dérangeantes comme « aimer tes cheveux naturels fait aussi parti de ton amour-propre », « si tu ne t’aimes qu’en lisse, qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? »

Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec le sujet et surtout je me crois capable maintenant (vive la maturité !) d’en parler avec bienveillance.

De vous encourager à vous aimer toute entière avec bienveillance.

Mon point de vue est le suivant : le corps, notre corps dans lequel on vit, on doit pouvoir l’aimer de façon inconditionnelle. Exactement comme on aime son enfant.

Ça ne veut pas dire qu’on ne voudra jamais rien changer : ça veut dire qu’on changera parce qu’on s’aime et qu’on a envie d’autre chose, et non parce qu’on se déteste et qu’on ne peut plus se voir en peinture.

On pourrait se dire que ça ne change rien, si au final on choisit de faire un changement (perdre du poids, prendre du poids, changer de look, ou autre) mais en fait, la différence est *énorme*.

Quand on est dans un sentiment de rejet, dans une émotion négative, c’est très difficile de prendre une bonne décision -une décision qui sera bénéfique maintenant et sur le long terme.

On n’a pas l’esprit clair. Notre cerveau est en mode survie -> « danger ! Urgence ! » et est prêt à tout pour en sortir. Et on le sait : dans ce mode, nos capacités de réflexions sont diminuées.

En revanche, quand on part de l’amour, de l’acceptation, de la joie, on prend de bien meilleures décisions. Il n’y a pas d’urgence et surtout, notre cerveau est dans un état optimal pour utiliser toutes ses ressources et choisir la meilleure voix qui s’offre à nous.

De façon plus concrète : si vous faites un régime et du sport parce que vous aimez votre corps et vous lui voulez du bien, ce sera beaucoup plus facile de s’y tenir que si vous le faites parce que vous n’aimez pas votre corps.

C’est pareil pour les cheveux naturels : les soigner parce qu’on les aime est beaucoup plus facile, fluide et durable que les soigner parce qu’on n’en peut plus d’eux et qu’on a lu sur internet qu’ils allaient s’assouplir si on fait des soins.

C’est bien connu : quand on aime, on ne compte pas ! :)C’est un peu comme quand vous rendez service à un pote en vous sentant forcée : la journée de déménagement, va-vous casser le dos et vous allez biiiennn surveiller ce pote pour voir ce qu’il vous donne en retour. Et vous allez vous rappeler longtemps de cette journée d’effort fournie pour cet ingrat !

Par contre je suis sûr que vous avez déjà oublié tous les services rendus avec plaisir, même ceux qui vous ont coûté le plus d’effort. N’est-ce pas ?

C’est la raison pour laquelle je veux mettre l’accent sur cela : l’amour de soi. Avant toute chose.

Ça a changé ma vie et ça continue de la changer chaque jour.

Monter sur scène et inspirer les autres à changer leur vie

La création de mon entreprise

La création de mes programmes en ligne

Mon déménagement imminent dans une maison au milieu de nulle part

Je fais beaucoup de choses que beaucoup considèrent comme très difficiles juste par amour pour moi-même. Portée par mon envie de faire le meilleur pour moi-même et m’offrir le meilleur.

Et toi ? À quel point tu t’aimes ?

Avoir une « main à cheveux »

Quand j’étais petite, j’entendais souvent cette expression et c’était presque quelque chose de magique : certaines coiffeuses avaient une « bonne main » et nos cheveux poussaient quand c’était elles qui nous tressaient.

Est-ce que vous avez déjà entendu cette expression ? (c’est peut-être typiquement Guadeloupéen ?) Bref. A priori, je suis quelqu’un de très rationnel et je ne « crois » pas à ce genre de chose. Pourtant, il y a quelques années, j’avais commencé à utiliser cette expression dans mes vidéos youtube. J’avais remarqué qu’en fait, il y a une bonne façon de manipuler les cheveux, tout simplement, qui fait qu’ils ne se cassent pas.

Et effectivement, certaines personnes semblent avoir ce doigté naturellement. Moi, en revanche, j’ai dû l’acquérir : apprendre concrètement à « toucher » mes cheveux correctement.

Ça a été comme un déclic en fait !

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Lors de mon retour au naturel en 2009, j’avais un peu de mal avec la question des cheveux au quotidien. Au début, c’était parce qu’ils étaient courts. Mais même après avoir atteint la longueur des aisselles, je ressentais souvent le besoin de faire des tresses au moins à l’avant de ma tête pour me faciliter la vie au quotidien. Et je remarquais bien que ce n’était pas idéal pour ma pousse (parce que pendant que je faisais les tresses, j’avais des cheveux qui se cassaient) mais je ne savais pas comment faire autrement. En revanche, j’ai commencé à remarquer que les fois où j’avais la flemme de faire un léger démêlage aux doigts en faisant mes nattes du soir, ma coiffure du lendemain allait beaucoup plus vite. (c’est toujours par hasard qu’on découvre les meilleures choses !)

Et donc j’ai commencé à creuser cette piste. Et j’ai effectivement remarqué que le moins je passais les doigts dans mes cheveux, le mieux c’était pour eux. J’ai donc commencé assez naturellement à faire attention à mon doigté. A l’époque, dans mes vidéos sur youtube, je parlais de s’entraîner à avoir une « main à cheveux ». Je ne savais trop comment le décrire autrement et j’avais bien du mal à expliquer en mot (et même à montrer à la caméra) de quoi il était question.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Ce n’est qu’en 2016 que j’ai eu la « REALISATION » (le AH-HA moment comme dirait Oprah). Je faisais un atelier « test » avec quelques-unes de mes copines (c’était avant que je ne lance officiellement mon offre de coaching et ateliers publiquement, je voulais m’entraîner) et dans la partie « questions /réponses » elles ont mentionné que leurs cheveux n’étaient jamais hydratés juste après un soin. Et en leur demandant de me montrer les vanilles/nattes qu’elles faisaient après un soin, j’ai compris ! Ça a été comme une vitre qui se brise, comme un bouchon qui saute, comme, je ne sais pas… d’un seul coup j’ai réalisé : mais c’est la manipulation ! Tu ne caresses pas correctement tes cheveux, donc ils ne prennent pas les soins, ils ne prennent pas l’hydratation et ils sèchent « mal » (c’est-à-dire qu’ils sèchent en s’asséchant au lieu de sécher en absorbant l’hydratation) !

À ce moment-là j’ai tout de suite fait une série de vidéos là-dessus sur Youtube. L’atelier était fin février, la série de vidéo sur la manipulation a été réalisée en mars. 2016.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

On est plus de 2 ans plus tard, j’ai animé des dizaines et des dizaines d’ateliers, j’ai coaché en 1 :1 largement plus de cinquante personnes et près de 800 personnes dans mon programme en groupe Crépus & Longs. Et dans tout ce travail, grâce à ce moment de fin février 2016 où j’ai eu mon illumination, j’ai toujours axé les choses sur la manipulation et c’est ce qui apporte (avec le bon calendrier de soin) un maximum de transformation capillaire ! Et forcément, quand on fait quelque chose à fond et continuellement, on approfondit, on améliore. On va plus loin.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Anecdote et amour des cheveux

Je lis dans les cheveux (si, si)

J’ai eu cet échange avec une cliente : [Moi, regardant et touchant ses cheveux] « Est-ce que tu as fait de gros changements dans ton hygiène de vie ces.. 6 derniers mois environ ? »

[Cliente, cherche mon regard dans le miroir, l’air complètement choqué] « TU PEUX VOIR ÇA SUR MES CHEVEUX ?? O_0 » 😂🤣😂Et elle m’explique qu’après avoir commencé à appliquer ma méthode en septembre dernier, les résultats ont été immédiats sur ces cheveux (moins de casse, gain de souplesse, prise de longueur). Du coup, elle a commencé à s’aimer plus, à vouloir prendre plus soin d’elle… et gros déclic : reprise du sport et mise en place d’une alimentation ultra saine. Et ça dure depuis… 6 mois ! 😀#imjustthatgood #monegoestflatté

Donc oui, je « lis » dans les cheveux, vous ne pouvez rien me cacher 😀Et surtout, j’ai kiffé cet échange parce qu’il me confirmait une fois de plus que c’est bien réel : quand on transforme sa chevelure et que l’on change son regard sur ses propres cheveux crépus (non, ils ne sont pas moches, impossibles à gérer et condamnés à être courts) c’est tout naturellement qu’on commence à s’aimer plus (plus d’estime de soi, plus d’amour-propre et donc moins de comportements « destructeurs »).

Et finalement, ce n’est pas étonnant : le stigmate est tellement fort, le préjugé de la société sur nos cheveux est tellement négatif, que forcément, quand on arrive à effectuer l’exploit de se détacher du stigmate, regarder nos cheveux et les trouver beaux, on se libère. C’est comme un brouillard qui se dissipe et qui révèle que tout autour de nous nous poussent à nous trouver 1000 défauts (trop grosse, trop d’acné, trop de cellulite, taille pas assez fine, cheveux trop crépus, cheveux pas assez longs, pas assez doux, pas assez « professionnels », pas assez lisse, peau trop foncée, etc etc.).

(En particulier quand on est une femme noire)

Et on est censé, bien sûr, acheter un million de produits pour remédier à tous nos « problèmes ».

On se convainc même que plus on regarde nos « défauts », plus on se critique, mieux c’est. Parce que ça signifie qu’on « prend soin de soi », qu’on ne « se laisse pas aller ».

Mais vous savez quoi ?

C’est tout l’inverse.

Plus on se critique, plus on se trouve de défauts, plus on les regarde avec obsession dans le miroir, alors moins on prend soin de soi. On n’est pas motivée. On démarre un traitement par-ci, un programme par là, mais on n’arrive pas à s’y tenir. On se dit que les résultats tardent à venir, qu’on n’y arrivera pas, que ça ne sert à rien et petit à petit, on abandonne.

Et vous savez ce qui se passe quand on arrête de se critiquer ? Quand on comprend que le regard qu’on porte sur nous-mêmes n’est PAS objectif, quand on comprend que ce ne sont pas NOS yeux qui regardent, mais le regard collectif d’une société qui a décidé à l’avance de ce qui est beau, alors on peut respirer.

Fermer les yeux.

Et les rouvrir.

Et cette fois se regarder vraiment.

Et s’aimer.

Et par conséquent, se vouloir du bien.

Et tout naturellement, on *veut* manger sainement. On *veut* faire du sport régulièrement, on *veut* soigner sa peau et ses cheveux.

Et un jour, en plus de s’aimer, on se trouve belle.

Les cheveux et la porosité

Vous le savez forcément : la porosité c’est LE sujet à la mode ces dernières années dans la sphère capillaire.

Il faudrait absolument connaître sa porosité si on veut BIEN s’occuper de ses cheveux.

De mon point de vue, ce n’était rien d’autre que l’obsession du moment et je l’ai ignorée de la même façon que j’ai ignoré toutes les « obsessions du moment » du monde capillaire.

En 2011 c’était le No-pooEn 2012-2013 c’était les coiffures protectrices (toutes sortes de challenges coiffures protectrices !)

En 2013-2014 c’était la maximum hydratation method

En 2015-2016 c’est devenu la porosité

Et je suis sûr qu’il y en a eu d’autres depuis, mais pour être tout à fait honnête : j’ai arrêté de regarder.

Je me concentre à 100% sur la méthode ALaFolie depuis 2016 et surtout : ma fascination pour les cheveux a changé. J’ai un intérêt scientifique pour les cheveux et un intérêt entièrement tourné vers la pédagogie et l’efficacité. Et mes heures passées sur les réseaux sociaux ne sont tout simplement plus tournées vers la beauté (cheveux, maquillage ou autre).

J’aime les cheveux crépus. J’aime les résultats : pour moi et pour mes clientes. Et il est évident pour moi que les résultats viennent de :

1 – Choisir une méthode qui nous VA (qui correspond au style de coiffure que l’on veut porter, au temps que l’on veut consacrer à ses cheveux et aux résultats long terme que l’on souhaite obtenir).

2- S’y tenir !J’ai arrêté de compartimentaliser les choses, arrêté de poursuivre une nouveauté par-ci et une nouveauté par-là et mes cheveux me le rendent bien. Je privilégie une méthode globale. Et ça change tout.

Comme vous le savez déjà (peut-être), je travaille sur ma méthode (méthode ALaFolie) depuis 2012. En 2014, elle a commencé à prendre sérieusement forme et c’est seulement en 2015 que j’ai pu connecter les points et transformer les différents « compartiments » de l’entretien des cheveux crépus en une vraie méthode globale qui permet de tout avoir :

1/ Parvenir à se coiffer sans difficultés

2/ Parvenir à garder ses cheveux hydratés et souples

3/ Parvenir à limiter leur casse et à les faire pousser

4/ Parvenir à réaliser des coiffures à l’esthétique satisfaisante (se sentir belle, quoi).

En approchant chaque problème individuellement, on a l’impression d’être dans une course sans fin, on ne parvient jamais à tout obtenir et on finit par laisser tomber. La frustration finit par l’emporter. L’intérêt d’une approche globale, c’est qu’elle va se placer au-dessus de toutes ces préoccupations pour vous proposer une solution qui délivre directement les résultats attendus. C’est pour cela que je ne suis jamais « fatiguée » de mes cheveux. Je n’ai jamais besoin de pause, parce que tout coule de source.

Quand j’ai réalisé que tout était lié, et qu’en réalité on pouvait bel et bien tout avoir en emboîtant bien toutes les cases, j’ai commencé à penser ma méthode plutôt comme un système. Un système complet composé de méthodes de soins et de manipulations visant in fine une extrême satisfaction capillaire.Tout ce que je crée autour des cheveux crépus est entièrement basé sur ce système et j’ai conçu les fiches routines ALaFolie pour vous permettre de vous initier à cette façon d’aborder ses cheveux naturels.

Vous y trouverez des fiches explicatives détaillées pour vous accompagner de A à Z dans la mise en place de la routine capillaire qui vous permettra d’avoir des cheveux crépus doux et souples, ainsi qu’un guide détaillé pour vous permettre de sélectionner au mieux parmi les produits que vous avez déjà pour l’élaboration de cette routine.

On trouve également dans ce guide des recettes maison si vous préférez cette option. Cliquez ici pour choisir votre routine ALaFolie : https://buff.ly/2HKqSQD

Comment aimer son apparence physique?

De retour avec une vidéo courte et efficace mais néanmoins importante : aimer son apparence physique (et je veux AIMER, genre, tu te mates et tu te kiffes).

J’ai lutté avec ça pendant pas mal d’année : j’étais pas une enfant mignonne et pas une ado jolie.

Et j’en ai souffert intensément jusqu’à mes 17 ans, âge auquel j’ai décidé que j’allais me contenter de l’intelligence et que c’était déjà bien 😅😅.

C’est vers mes 22 ans que j’ai recommencé à vouloir être belle (à vouloir ME trouver belle) et comme à mon habitude, j’ai été très méthodique dans mon processus, et ça a marché 👌👌

Il n’a fallut que quelques mois pour que je commence à me sentir belle dans ma peau (suffisamment bien pour commencer à porter du rouge à lèvre visible, des robes et jupes plus courts – j’ai des jambes longues et fines et j’étais très gênée de l’attention que ça attirait sur moi quand je les montrais – etc.

D’ici à mes 24 ans, je portais mes cheveux volumineux et lâchés, du rouge à lèvre rouge pétant, j’avais confiance en moi, j’étais à l’aise dans mes vêtements et pour être tout à fait honnête : à l’aise tout court.

A l’aise pour demander des augmentations, à l’aise pour être décontractée et faire des blagues en rendez-vous client (le truc qui était IMPOSSIBLE avant ! Je mourrais de formalisme dans toute ma timidité)

A l’aise pour envoyer chier les gens qui me faisaient chier (toujours avec classe hein 😋😎😅

Bref, ça a changé ma vie.

Je pense que c’est un travail important qu’on devrait TOUS faire (hommes comme femmes)

Parce qu’on à beau savoir que notre vraie valeur est à l’intérieur, il s’avère que notre apparence est la première chose que les gens voient et notre VIBE (comment on se sent à l’intérieur, qui se reflète à l’extérieur) impact énormément comment les gens se sentent en notre présence.

Tant qu’on se sent comme un vilain petit canard qui cherche à éviter à tout prix d’être regardée et d’être vue, on ne dégage pas une vibe qui donne envie.

Et derrière, on n’ose tout simplement pas…. s’exprimer.

Et j’oserais même dire : on n’ose pas EXISTER PLEINEMENT.
Cette année, j’ai décidé de rajouter dans Crépus & Longs un module intitulé SHINE : COMMENT ETRE A L’AISE SOUS LE REGARD DES AUTRES.

Je vais enregistrer les vidéos de ce module en direct pendant le mois d’avril : je dois bien le dire, J’AI HÂTE ^_^

En attendant, je vous laisse avec cette vidéo très brève : 5 étapes pour aimer son apparence physique

Bonne soirée
Maëlle

Comment gérer ses cheveux pendant le confinement ?

LA FLEMME, PAS ENVIE, PAS LE TEMPS
Comment gérer ses cheveux pendant le confinement ?

Première vidéo de la série:

Je vous vois venir, vous êtes chez vous, vous vous ennuyez et vous vous dites « tiens c’est le moment de faire une couleur, de toute façon personne ne va me voir, et pourquoi pas couper mes pointes .. ? »

MAIS NON!
Car la quarantaine ne va pas durer éternellement, alors s’il te plait, prends tes décisions comme tu l’aurais fait en temps normal (la version de toi du 01 mai 2020 va te remercier chaleureusement)

Et voici une liste de choses à ne surtout PAS faire :
– Pas de ciseaux ! (planque-les au fond de ton placard le plus bordélique)
– Ne fais pas de coloration ou de décoloration (Sauf si vous aviez déjà pris cette décision bien avant la quarantaine)
– Pas d’expérimentation de tressage, tissage ou autre (c’est le meilleur moyen de casser UNE TONNE de cheveux et perdre UN TAS de longueur et de volume)

Regarde la vidéo pour connaitre la suite ^^

Télécharge gratuitement mon guide préféré du moment pour des cheveux ULTRA malléables au quotidien ! 💃💅👑

Ce guide est pour toi si :

✅ Tu as parfois les cheveux durs et rigides

✅ Tu as des cheveux difficiles à manipuler ou à coiffer

✅ Tes cheveux sont (souvent) secs

✅ Tu évite au maximum d’avoir à gérer tes cheveux crépus au quotidien parce qu’ils sont « galère »

Ce guide est également conçu pour toutes les personnes qui ont du mal à conserver leur hydratation et ont BESOIN de se réhydrater les cheveux quotidiennement.Avec ce guide, je veux vous FACILITER la vie !


Cliquez ici pour le télécharger 👇👇👇

https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/

Beaux cheveux malgré la flemme

Bon.
Et si on parlait un peu beauté pendant le confinement ?

Je viens à l’instant de voir une story de Mimi Ikonn sur instagram (c’est une entrepreneure et  influenceuse beauté, style, lifestyle) et elle disait qu’elle se maquille encore tous les jours pendant le confinement parce qu’elle l’a toujours fait pour elle et pas pour les autres.

Tout juste 1h avant ça, j’étais devant mon miroir à me maquiller pour la première fois depuis 10 jours (je me préparais à filmer une vidéo pour youtube).

Et en me maquillant, j’ai remarqué que ma peau était pas tip top et qu’elle méritait bien un peu de soin en ce moment (d’autant que ça fait presque 2 semaines que je la néglige !)

Et j’ai eu cette pensée « quand je me maquille tous les jours, je regarde ma peau de très près tous les jours et j’en prends bien plus soin ! Du coup, ironiquement, me maquiller tous les jours est bénéfique pour ma peau »

De manière générale, je ne me maquille que pour les autres (voilà, c’est dit :p)
Et je dirais même plus : je ne me maquille vraiment vraiment que pour VOUS ma communauté (quand je dois filmer du contenu pour les réseaux sociaux quoi) et pour les quelques rares fois où je fais une sortie en couple ou entre amies (je suis très très casanière, ça n’arrive pas plus d’une fois par mois).

Le reste du temps, où que je j’aille et qui que je vois, j’y vais sans maquillage.

Mais là, pour le bien de ma peau, je suis finalement prête à changer cela !

Pourquoi je vous parle de ça ?

Et bien parce qu’en ce moment je crée pas mal de nouveaux programmes pour ALAFOLIE (ceci est une annonce discrète ^_^) qui ont tous traits à la beauté de près où de loin.

Ce qui m’amène à penser beaucoup à mon approche de la beauté, du style et l’apparence physique.

Pour moi, c’est extrêmement utilitaire, en fait.

Je me suis débarrassée depuis longtemps du BESOIN d’être « belle ».

En revanche, je reste très très consciente de l’UTILITE de l’être (en particulier quand on est une femme)

On va pas se mentir, elle belle, c’est pratique.
Ça ouvre des portes, ça rend les gens aimables et souriant.
Ça permet d’avoir des « oui » plus souvent et plus facilement.
Dans un monde où les femmes sont systématiquement moins bien payées, ça aide à obtenir plus facilement avancement et augmentation (je sais, c’est une affreuse vérité de notre monde, mais une vérité tout de même)

La beauté, c’est comme de l’huile dans les rouages d’une porte bien lourde et grinçante.

J’ai besoin d’ouvrir la porte sans galérer monstrueusement. Je mets de l’huile.

Et là, ben, je vais me retrouver à « mettre de l’huile » non pas de façon utilitaire, mais vraiment pour moi (parce que j’aime avoir la peau douce) et ma foi, c’est très rafraîchissant 🙂

Sinon je voulais vous dire que cette semaine, on va parler du soin des cheveux quand on a LA FLEMME, quand on n’a PAS LE TEMPS, quand on n’a PAS ENVIE.

J’ai prévu 6 vidéos ! Ça va être chouette !

Et pendant ces 10 jours spéciaux, je vais aussi vous parler de mon nouveau programme : LE RACCOURCIS DE LE FEMME PRESSÉE : 80% des résultats en 20% du temps ! Pour les femmes qui veulent des cheveux de folie mais n’ont ni le temps ni l’énergie d’y consacrer beaucoup de temps.

A très vite
Maelle

Idéal capillaire / Casse

Souvent, je discute avec des femmes à la chevelure magnifique (longueur, volume, douceur) qui m’expriment une immense frustration par rapport à :

Leurs pointes
Leur hydratation
Leurs nœuds
Leur cheveux sont doux mais pas assez
Ou alors pas 100% du temps donc comment régler ça ?
Et aussi les coiffures c’est pas au top (et moi je les regarde et je trouve que c’est bien 🙄)
Et encore
Et encore et encore.
.

Et moi face à ça je me dis :
La blessure liée à la chevelure de la femme noire est tellement plus profonde que ce que l’on croit..

Et comme certains se leurrent en pensant qu’avec un million d’euros ils seraient enfin heureux, nous pouvons aussi aisément nous faire croire que nous seront heureuses de nos cheveux quand ils seront plus longs, plus doux, plus volumineux, plus… parfait ?

La réalité est qu’il n’y a pas de perfection capillaire, il y a en revanche une blessure à soigner.

Une acceptation profonde à trouver en soi pour la personne que l’on EST, dans son entièreté. Avec CETTE chevelure, CE corps, CETTE personnalité.

Attention, ça ne veut pas dire qu’il faudra renoncer à toute amélioration ou changement : non ça veut seulement dire que l’on cherchera à changer et s’améliorer parce qu’on s’aime, pas parce qu’on se déteste.

Et partant de ce point d’amour et d’acceptation de ses cheveux, je vous invite, dans la vidéo du jour à poser un autre regard sur les cheveux que vous retrouvez tous les jours (ou presque) sur vos épaules, dans le lavabo, par terre, etc.

La vidéo est ici https://www.instagram.com/p/B7tjXvWjXrz/

La Casse, c’est 80% de ce qui nous BOUFFE notre longueur.
Pourtant, on la connait  très mal et en général on ne la gère pas comme il faudrait (c’est pour ça d’ailleurs que c’est un problème récurrent chez toutes les femmes, de 20 à 70 ans)

C’est une courte vidéo, qui vaut le coup d’être regardée !

PS:

J’ai crée un nouveau guide à télécharger gratuitement pour des cheveux ULTRA malléables au quotidien ! 💃💅👑

Ce guide est pour toi si :

✅ Tu as parfois les cheveux durs et rigides

✅ Tu as des cheveux difficiles à manipuler ou à coiffer

✅ Tes cheveux sont (souvent) secs

✅ Tu évite au maximum d’avoir à gérer tes cheveux crépus au quotidien parce qu’ils sont « galère »

Ce guide est également conçu pour toutes les personnes qui ont du mal à conserver leur hydratation et ont BESOIN de se réhydrater les cheveux quotidiennement.

Avec ce guide, je veux vous FACILITER la vie !
Cliquez ici pour le télécharger 👇👇👇

https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/

Retrouver sa paix intérieur

Archive Janvier 2020

Comment ça va de votre côté ?
Comment se passe le début d’année ?

Pour moi c’est TRÈS intense et à la fois très calme.

J’ai (re-)trouvé une paix intérieure que j’avais perdu quelque part vers la mi-2018 avec le stress de la transition (pour celles qui n’ont pas suivi, j’ai arrêté définitivement mon e-commerce en septembre 2018 après presque 2 ans à travailler en « mix » entre le e-commerce et le coaching capillaire).

Arrêter cette activité était une vraie libération pour moi : c’est plus facile de vendre des produits physiques (accessoires, produits) mais pour moi qui ne croit définitivement pas dans les produits pour la pousse et qui suit une pure minimaliste, j’avais beaucoup de mal, en mon âme et conscience à inciter qui que ce soit a acheter des produits pour « la pousse » ou à avoir un énième coup de cœur pour un accessoire capillaire quelconque.

J’étais vraiment à des kilomètres de mon intégrité et c’était dur.
Alors arrêter, de ce point de vue, était simple (soulagement de l’âme)

Mais économiquement ?
C’est une autre histoire.
C’était 60% de mon chiffre d’affaire.

Je m’étais préparée, donc concrètement je n’ai pas été si impactée que ça financièrement.
Mais le stress (et la peur de faire l’erreur de ma vie) m’ont pas mal désaxée.

J’en ai déjà parlé mais sur les 3 derniers mois de 2018, j’ai vraiment sombré dans l’anxiété. C’était dur.

En 2019, je me suis remise, tranquillement.

(Je sais pas pour vous, mais moi le stress intense me reste dans le corps pendant des mois)

(La précédente fois où j’avais ressenti un combo stress/peur similaire était en quittant mon job en 2014. Et là aussi il m’a fallu quasiment 1 an pour me sentir à nouveau « moi-même » avec une certaine clarté mentale)

(Je suis une hypersensible, je vis les choses intensément 😅)

Fin décembre 2019 je me suis enfin sentie détoxifiée de tout ce stress.

Et là en janvier, en même temps que je plante toutes les graines de l’année de croissance la plus forte de ma vie (dans tous les domaines)(#sautquantique) je suis aussi un peu au ralentie.

Je savoure mon calme, mes idées claires, la « repossession » de mon corps et de mon esprit.

Voilà où j’en suis !

Et toi ? Raconte-moi ton état d’esprit en ce début d’année 🙂

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !

(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Cheveux souples et malléables + Slow Life

Courte vidéo, ULTRA APPLICABLE DES CE SOIR, pour des cheveux ultra malléables :

Des cheveux malléables DEMAIN !

Des cheveux malléables dès demain !Je te recommande d'appliquer les conseils de cette vidéo dès ce soir, en t'appuyant sur le guide "Objectif Malléabilité Maximale" (crée en février 2018 et déjà téléchargé plus de 10000 fois depuis)Il a été conçu pour être très concret et applicable tout de suite ! Télécharge-le, applique-le dès ce soir, et on en parle demain ^_^Cliques donc : https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/guide-gratuit-malleabilite/D'ailleurs c'est demain à 18h que je ré-ouvre pour seulement 48h les inscriptions à mon programme Crépus & Longs pour les retardataires !Pour cette réouverture express vous aurez la possibilité de régler en plusieurs fois (3 fois, 5 fois, 9 fois, 12 fois) Vous aurez également droit à la MEGA réduction qui vient avec les paiements en 1 fois ainsi que le cadeau offert : le tshirt ALAFOLIE.C'est quoi Crépus & Longs ? C'est une aventure virtuelle que je t'invite à vivre avec moi et quelques centaines d'autres femmes noires et métissées (également quelques duos mère-enfant) dont le but et clair : des cheveux beaux souples et longs.Mais pas que.Crépus & Longs c'est surtout l'aventure qui te réconcilie avec ta beauté.Qui (re)construit ta confiance en toi, ta capacité à t'aimer, aimer ton apparence physique.Te sentir belle, recevoir des compliments (être à l'aise avec le fait de recevoir des compliments).Tout cela en partant des cheveux, oui (tu seras surprise). Rendez-vous demain ^_^

Publiée par Maelle Cabarrus – ALaFolie sur Jeudi 19 mars 2020

Ok maintenant à propos de slow life.


J’ai écrit des pages et des pages mais je pense que je préfère synthétiser ^_^ (je sais, ça en me ressemble pas)

Voilà l’idée : le confinement, si on met de côté l’anxiété et l’angoisse, c »est un peu l’univers (et l’état) qui nous oblige tous à ralentir.

Quand on enlève la course le matin pour déposer les enfants à la crèche/l’école tout en étant à l’heure au travail.
La course au travail fait et bien fait.
La course le soir pour récupérer tout le monde puis faire le dîner, les devoirs, le bain, le coucher.
La course le week-end et les vacances pour avoir une vie « bien remplie » avec suffisamment d’amis, suffisamment de sorties, suffisamment de voyages.
La couse au shopping pour être habillés comme il faut, coiffée comme il faut, conduire la voiture qu’il faut..



Quand on enlève tout ça et qu’on vous dit juste « restez chez vous », que reste-t-il ?



Ce qu’il reste c’est ce que j’appelle la « SLOW LIFE« 
(Ou alors la vraie vie ^_^)



Le calme.
Le vide.



Celui qui permet de regarder autour de soi et de voir.



Se voir soi.
Voir ses proches.
Voir sa vie.



Ressentir ses émotions.
Ressentir ses envies.
Etre en contact avec ses besoins et ses aspirations.



Beaucoup beaucoup trop de femmes n’ont pas de réponse à la question « quels sont tes rêves ? Qu’est-ce que tu veux ? Si tout était possible tu ferais quoi ? »

Et je pense que c’est cette course du quotidien qui empêche d’entendre la réponse.
(L’entendre, oui, parce que ce n’est pas quelque chose qui se trouve c’est quelque chose qui est déjà en nous, mais il y a tellement de « bruits » dans nos vies que c’est difficile à entendre)



J’ai choisis la SLOW LIFE vers 2011 (en commençant par arrêter d’écouter et de lire les actualités)(in fine : je ne suis influencée par aucune injonction sociale dans mes choix de vie)



Et je vis chaque jour le plaisir d’être connectée à moi-même : mes envies, mes besoins, mes rêves.

Je vis EXACTEMENT ma vie rêvée (et à chaque fois que mes rêves évoluent, j’ajuste, sans urgence)

Et je vous le dis : c’est le pied total ! Si je vous décrivais mon niveau de bonheur et de satisfaction au quotidien, vous ne me croiriez surement pas.
J’ADORE ma vie (et ça ne veut pas dire qu’elle est dénuée de problèmes et de difficultés, ça veut dire que j’AIME LES PROBLÈMES QUE J’AI)



Pendant cette période de quarantaine, je vous invite à vous rapprocher de ça par un exercice tout simple, auquel la période se prête bien  :



1. Renseignez vous sur l’actualité 1h par jour, pas plus (et sur vos réseaux sociaux, arrêtez de suivre tous les comptes qui vous connectent à la peur ambiante)

2. Demandez-vous régulièrement « et là, je veux quoi ?' » (je recommande de mettre une alarme sur son téléphone toutes les heures pour se rappeler de se poser la question)



La réponse peut être très variée : un verre d’eau, une pomme, une sieste, faire pipi, sautiller sur place dans mon salon, prendre mon bébé et le faire tourner au dessus de ma tête, passer la serpillière dans la salle de bain.

Peu importe.
Le but est de s’habituer à entendre ses envies.


Et puis bien sûr :

3. Le faire.



Le but ?



Devenir une personne qui sait ce qu’elle veut, et qui l’obtient.

Oui, ça commence comme ça : savoir qu’on a envie d’un verre d’eau, là tout de suite, et aller le boire.

(Faites moi confiance, ça fait presque 10 ans que je pratique)

Aller, à demain 🙂

Bonne soirée
Maelle

Obsession des cheveux longs

Commençons par des présentations.

Je m’appelle Maelle Cabarrus, je suis coach capillaire depuis début 2016, je
suis youtubeuse capillaire depuis 2010. J’ai commencé à faire des recherches
approfondies sur les cheveux crépus assez rapidement, dès le moment où je
suis devenue youtubeuse.

Ma motivation ne venait pas uniquement d’une envie de partager et de
faire les meilleures vidéos possible.

C’était aussi –et en grande partie- une
détermination de ma part à avoir les cheveux les plus longs et les plus beaux
possible
.

Un peu comme une revanche sur la vie, ou une tentative un brin
enfantine, de réparer toute la colère et le ressentiment que j’avais accumulé
envers mes cheveux en grandissant.

Parce qu’à ce stade de ma vie, je n’avais jamais eu les cheveux longs, ni
même particulièrement beaux.

J’étais une « négrès a chivé gréné» (comme on dit en
Guadeloupe « noire aux cheveux crépus ») et cette étiquette était chargée de
connotations négatives.

Les « chivé grénés » étaient ceux qui ne seraient jamais beaux, jamais longs,
jamais enviés.

C’était ceux dont il fallait « faire quelque chose », que ce soit via
des rajouts (qui vous valait des moqueries parce que c’était « chivé a léta » –
de faux cheveux qui ne t’appartiennent pas) ou des défrisages (qui venaient
avec leur lots de désagréments, entre les brûlures du cuir chevelu et la faiblesse
du cheveu qui subit ces traitement chimique continuels et devient affiné et
cassant.

J’ai eu mon premier défrisage à 9 ans et je me suis défrisé les cheveux
religieusement tous les 2 mois jusqu’à mes 19 ans.

L E VR A I   O B J ECT I F : S ’AIMER

Les dimanche après-midi à pleurer entre les jambes de ma mère parce que
j’avais tellement mal pendant le shampoing et la coiffure, ont été remplacés
par les larmes sur le visage alors que j’avais le cuir chevelu en feu mais qu’il
n’était pas encore temps de rincé.

J’ai porté des rajouts continuellement, en pointillé, de mes 5 ans à mes 23 ans.
J’ai fait mon dernier défrisage en août 2008, et mes derniers rajouts en janvier
2012.

J’ai tracé un trait dans le sable : plus jamais je ne renierais mes cheveux. Plus
jamais je n’irais chercher ma beauté « ailleurs ».

Ma position peut sembler
extrême et je tiens à la clarifier : je comprends parfaitement que l’on puisse
vouloir se défriser les cheveux ou alors porter des rajouts ou tissage sans que ce
soit pour « chercher sa beauté ailleurs ».

Mais dans mon cas, pendant toutes ces années, c’était le cas.

Et je pense que pour la majorité des femmes noires, encore de nos jours, c’est
aussi le cas.

Quand vous vous dites « c’est pour changer de tête » ou alors « juste pour faire
un break » qu’est-ce que vous dites, en réalité ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont fatiguant ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont ne sont pas assez ? (parce qu’on peut très
bien changer de tête sans changer radicalement de texture ou sans rajouter
de mèches).

Je pense que l’on toutes se poser la question pour vraiment guérir cette blessure
d’estime que vous portons en nous, femmes noires.
Pendant des générations et des générations nous avons été des biens meubles.
Notre féminité a été dévouée, niée, ou animalisée.
Pendant des siècles, nos cheveux ont été utilisés contre nous pour nous faire
croire que nous étions inférieures.

Et même si aujourd’hui ce n’est plus vrai, la blessure est toujours là. Nous n’avons
pas eu le temps de guérir, nous n’avons eu le temps de nous relever le menton,
nous regarder en face et nous célébrer. Célébrer notre valeur en tant femme
noire, notre valeur en tant que femme tout court et célébrer notre féminité.
Nos ancêtres étaient trop occupé à survivre au racisme systémique pour
s’occuper de leur blessure d’âmes (et tant mieux, c’est grâce à elle que nous
sommes là, aujourd’hui, PRÊTÉS et CAPABLES).

Mais nous, aujourd’hui, nous pouvons.

Et nous devons.

Mon travail est donc celui-là : j’ai guéri ma blessure d’âme et maintenant je
veux vous proposer de guérir la vôtre.
Et, si vous le voulez bien, vous accompagner dans ce processus.

LES SOUHAITS INAVOUABLES

Quand je parle de Crépus & Longs (et de mes programmes capillaires, plus généralement), je parle beaucoup de comment la transformation la plus profonde que l’on obtient c’est avant tout celle d’être remarquée et complimentée pour ses cheveux.

Etre tellement remarquablement belle que les autres ne peuvent pas s’empêcher de le remarquer c’est quelque chose qu’on ose rarement souhaiter (à haute voix)

La majorité d’entre nous avons du mal à admettre que nous voulons des cheveux beaux et longs (on va édulcorer tout ça en disant qu’on veut des cheveux en bonne santé).

Alors à plus forte raison admettre qu’on veut être admirée !
A plus forte raison admettre qu’on veut être belle aux yeux des autres !

Et je trouve ça tellement dommage !

On va se censurer jusqu’à la mort sur nos véritables envies parce qu’on a un jugement sur ce qui est « ok » de vouloir et sur ce qui est mal (égoïste, superficiel, mal-venu, narcissique, etc).

Vouloir de la reconnaissance ? C’est mal (égoïste, pas généreux)
Vouloir être regardée et admirée ? C’est mal (superficiel)
Vouloir être complimentée ? C’est mal (narcissique, superficiel)

Et alors on se balade dans la vie cahin-caha, en essayant de jongler avec les raisons officielles pour lesquelles on fait ce qu’on fait (on prend soin de ses cheveux juste pour la santé, on soigne sa peau juste pour l’hygiène, on fait du bon boulot juste par éthique) et les choses qu’au fond de nous on souhaite très très fort qui se produisent (nos cheveux deviennent ultra beaux, brillants, souples et longs, notre peau est éclatante et tout le monde nous demande si on a du fond de teint même quand on n’en a pas, on est la rock star de l’entreprise et tout le monde s’exclame sur l’excellent travail qu’on fait).

Mais j’ai découvert un secret il y a quelques années :

Rien de tous ces souhaits ne sont « mal ».
D’ailleurs, si on s’autorise à souhaite « officiellement » ce qu’on souhaite secrètement au fond de notre cœur, on peut commencer à y travailler sérieusement et….*gasp*  l’OBTENIR !

Je pense que nos désirs sont en nous pour une bonne raison. Toujours.
Et on ne sait jamais où ils vont nous amener.

Moi par exemple, je me suis longtemps jugée pour la reconnaissance et la validation que je voulais pour le travail que je faisais sur les cheveux crépus.
D’ailleurs, je ne me l’admettais pas du tout ! Ce secret honteux était caché tout au fond de moi.
Puis un jour, vers mi-2017, j’ai regardé ce besoin en face.

Je me suis dis « ok, je veux des compliments, des remerciements, des commentaires, des cœurs. Je veux que les gens adorent mon contenu gratuit, puis qu’ils achètent mes programmes payants et que là encore ils adorent et me remercient infiniment et en parlent à tout le monde autour d’eux tellement ils sont contents ».

Ce moment à été comme un cataclysme.

J’ai alors arrêté d’être timide sur les réseaux sociaux.
J’ai arrêté d’être timide dans ma façon de vendre et de présenter mon travail.
J’ai appris des tas et des tas de choses sur comment bien promouvoir son travail.

Et devinez quoi ?
J’ai reçu toute la reconnaissance que je voulais.
J’ai été COMBLEE de reconnaissance.

Aujourd’hui, grâce à ce fuel, j’ai pu aider des MILLIERS de femmes à se sentir plus belles, plus confiantes.
J’ai une équipe, des salariés. Des gens qui vivent de ce travail !

Sans cette reconnaissance de mon besoin de reconnaissance (ahah), ça ne serait jamais arrivé.

Et maintenant ?


Je suis ouverte à mes désirs suivants : mes projets pour cette entreprise sont MASSIFS.

Mais je ne pense pas que j’aurais pu embrasser pleinement cette phase de croissance actuelle de l’entreprise où laquelle je dois voir tellement plus grand que moi si je n’avais pas nourris mon besoin de reconnaissance.
J’aurais été beaucoup trop effrayée de laisser d’autres gens travailler avec moi : mon cerveau aurait flippé en mode « mais et si les gens oublient que c’est moi qui ai fait tout ça ? Et si les gens pensent que je suis nulle, fainéantes, une grosse capitaliste de merde qui fait semblant de vouloir aider les gens juste pour gagner plein de thune ».
J’aurait été en panique totale.

Mais je n’ai plus ce besoin de validation. Ce qu’on peut penser de moi n’a plus d’emprise.
Et comme par magie, je vais pouvoir impacter et aider ENCORE PLUS de femmes !

Tout ça parce que j’ai pris soin de nourrir et de combler mon besoin « honteux », sans m’en cacher.

Et toi ?


Quel est le besoin inavouable que tu caches au fond de ton cœur ?
Qu’est-ce que tu souhaite de tout ton cœur qui se produise, mais que tu aurais honte de poursuivre officiellement ?

Discutons-en !
Ton avenir en dépend 🙂

Bonne soirée
Maelle

RÉSOLUTION 2020 : S’aimer (encore) PLUS.

(Un aperçu du chemin)

Concrètement, quand on commence à s’aimer plus, s’estimer plus (grâce à un déclic quelconque), ça commence toujours par des premiers (petits) changements concrets. 
Moi, par exemple, ça a été quand j’ai eu 17 ans et que j’ai choisi de ne plus agoniser sur le fait d’être belle ou pas et d’apprécier plus le fait que j’étais intelligente, curieuse et passionnée. 

Ça aurait pu s’arrêter là. (c’était déjà génial)

Mais quelques années plus tard, j’ai eu envie d’aimer mon apparence physique.
Alors j’ai appris à me maquiller et à m’habiller.
J’ai appris à « être séduisante », à recevoir des compliments et à ne pas m’écraser complètement sous l’attention des gens. 

Ça m’a donné un énorme boost de confiance en moi.
Ça aurait pu s’arrêter là. 

Mais ensuite, j’ai eu l’intuition que je voulais probablement avoir des « gains » plus profonds que ceux qui ont trait à mon apparence physique (mon regard, celui des autres, etc.)

Et si je pouvais vivre le même apaisement, mais en interne ?
Au niveau de ma PERSONNALITÉ.

Au lieu de végéter sans fin dans mon canapé ou de faire des choses par défaut, il m’est venu à l’idée que je pouvais CHOISIR des façons plus heureuses d’occuper mon temps (oui, je partais vraiment de loin).

Au lieu de passer des heures le soir à revivre ma journée et à me sentir mortifiée par des choses que j’ai dites ou pas dites.
Mortifiée par des scènes où j’aurais voulu être différente. Qu’on me parle ou qu’on me traite différemment, que moi-même je m’exprime différemment.
Il m’est venu à l’idée que peut-être je pouvais AIMER qui je suis ? Et ACCEPTER qui je suis ?

Et aussi que je pouvais (peut-être) CHOISIR de m’exprimer et d’ÊTRE d’une façon qui allait me plaire ?

D’ÊTRE au quotidien quelqu’un que j’aime ?

L’idée semble folle (« on est qui on est ») 

Mais j’ai fait des changements.

Radicaux.

Et c’était EXALTANT.

Ça semblait fou et impossible et ça a été dur.

Pourtant, en 2020 c’est la meilleure résolution que je t’invite à prendre.

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Exister pleinement

Être réservée et retenue m’a confinée dans 1% de l’amour, de la joie et de l’épanouissement que le monde a à offrir.


J’étais une enfant timide, et jusqu’à mes 25 ans une adulte plutôt réservée et dans la retenue. J’ai développé cette retenue comme une bouée de sauvetage, comme un kit de survie.

Très tôt j’ai compris que ma personnalité « ne collait pas » et j’ai pris des initiatives : ne rien exprimer qui pourrait m’attirer des regards ou réactions désagréables, et même, commencer à faire semblant.


Parmi mes clientes et dans ma communauté, il y a BEAUCOUP de femmes réservées.

Et beaucoup de femmes qui font très attention à ce qu’elles vont dire et faire pour ne pas attirer l’attention et se retrouver dans des situations inconfortables.

Que les jugements soient positifs ou négatifs, on a simplement pris l’habitude d’éviter d’attirer les regards et les réflexions. C’est plus sûr.


Toutes les opinions non exprimées ?

Les blagues que l’on dit seulement dans sa tête ?

Les gens qu’on envoie chier en pensée, mais à qui on fait juste un pâle sourire pour qu’ils nous foutent la paix ?

Les projets ou tâches avec lesquels on se retrouve alors qu’on ferait du bien meilleur boulot sur le projet ninja ?


Toutes ces choses-là sont gardées pour nos proches. Nos très proches.
Ceux dont on est déjà sûre qu’ils nous aiment et nous acceptent telles que nous sommes.


C’est un fonctionnement qui… fonctionne. On évite les emmerdes.


Mais tu sais ce qu’on évite aussi ?

Les opportunités.

Le pur plaisir qui vient du fait d’EXISTER pleinement.  Le goût unique de la connexion humaine (ce qu’on ressent avec le petit cocon des gens qui nous connaissent ? Ce sentiment de sécurité est décuplé quand on EXPRIME pleinement son être avec TOUT LE MONDE).


En fait, se taire pour éviter les emmerdes et les interactions désagréables, c’est comme passer sa vie au sous-sol juste pour éviter les tornades et les ouragans.  Oui, on a évité les catastrophes.  Mais on a aussi évité les levers et couchers de soleil, les fleurs, le ciel et les nuages, croisé un champignon sauvage au détour d’une route, croiser des gens très beaux dans la rue, etc etc. Toute la beauté du monde, quoi.


C’est exactement ce que je ressens depuis que j’ai commencé à EXISTER pleinement. L’impression d’être sortie de ma cave et de découvrir toute la beauté que je ratais.


Et vous savez à quoi ça tient ?

L’amour de soi.  L’estime de soi.


Tu MÉRITES toute la beauté du monde.

Tu MÉRITES d’exister pleinement, dans toutes tes nuances.


#goforit #tulemerite #soistoimeme #lemondetattend

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le jugement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/