Pourquoi je fais ce que je fais?

Archive 2018

Je veux que les femmes noires aiment leurs cheveux et se trouvent belles avec leurs cheveux. Je souhaite que les perruques et tissages soient pour nous avant tout un moyen de fantaisie, pas une option par défaut un mois sur 2 pour « faire une pause ». Je veux que nos cheveux soient pour nous « naturels ». Que les porter soit évident et naturel, que ça coule de source, sans prise de tête.

Qu’on sache quoi faire de nos cheveux, spontanément, naturellement.

Je veux qu’on puisse les aimer tels qu’ils sont.

Je veux qu’on puisse les sublimer, les magnifier : pas forcément chacune d’entre nous (parce qu’on n’est pas forcément toutes passionnées de cheveux), mais nous en tant que communauté. Que nos cheveux soient considérés et VUS comme les cheveux extraordinaires qu’ils sont ! (j’adore tellement la texture crépue, je pense qu’elle mérite d’être travaillée par les plus grands artistes)

Je veux qu’on puisse porter nos cheveux longs ou courts en fonction de nos envies. Par C H O I X, pas par dépit.

LES ENFANTS, L’AVENIR

Je veux que les enfants aux cheveux crépus ne se posent même pas la question de si leur texture est belle ou pas. Je veux qu’une petite fille se demande juste si elle préfère des vanilles ou des couettes, des perles multicolores ou pas, un gros puff ou 2 mini-puffs…

Pas cheveux lisses ou rajouts.

Pas « maman pourquoi mes cheveux sont pas beaux ? »

Pas « maman quand est-ce que je pourrais avoir les cheveux lisses ? »

LA SOCIÉTÉ, LES STANDARDS DE BEAUTÉ

Et je sais que tout cela vient aussi beaucoup du regard extérieur : le retour que l’on a de la société dans son ensemble sur notre beauté. Quand il faut Kim Kardashian pour mettre « à la mode » une banale coiffure comme 2 tresses collées, quand les plus grandes stars noires internationales choisissent l’option perruque lisse… (coucou Beyoncé)

Toutes ces choses-là rendent plus difficile le fait de trouver naturellement nos cheveux magnifiques et évidents à porter au quotidien.

Toutes ces choses-là font que les enfants, à l’école peuvent encore se moquer des cheveux crépus d’un(e) autre. On ne voit tout simplement pas assez de cheveux crépus partout (dans la rue, à la télé, dans les magazines, au cinéma, au théâtre, bref, P A R T O U T)

LE SCRIPTE INVISIBLE

Tout ça nous influence et joue un rôle très important. Mais c’est aussi à nous d’accomplir le changement. En imposant nos cheveux. Oui, en les imposant ! En les montrant, en les aimant, en parlant toujours d’eux positivement.

J’entends tellement souvent « oui, j’adore mes cheveux, MAIS c’est vrai que c’est dur quand même les cheveux crépus » ou « c’est chiant quand même les cheveux naturels » ou « oui c’est trop beau, mais c’est trop de travail ».

Ça semble anodin, mais je ne pense pas que ça le soit.

Quand tout le monde répète ça au quotidien, ça devient la pensée par défaut.

Pour les noir(e)s, mais aussi pour les autres.

Et on devient alors complice du standard de beauté qui reste blanc. Des enfants qui demandent encore aujourd’hui des défrisages.

Et cette pensée, cette croyance que les cheveux crépus « c’est beau, mais compliqué » je pense qu’elle vient du fait qu’on démarre tout juste. Ce n’est pas une fatalité, on vient juste de comprendre que nos cheveux ne sont pas impossibles et qu’ils sont beaux (10 ans, ce n’est rien à l’échelle de la société).

En tant que communauté il nous faudra du temps pour construire les connaissances, les distribuer à grande échelle ET les rendre basiques, normales, évidentes.

Et en attendant, il faut apprendre, oui. Et il faut faire attention à nos mots.

Donc non, les cheveux crépus ne sont pas « beaux, mais compliqués », ils sont « beaux et magnifiquement complexes et riches en possibilités, mais aussi très simples au quotidien ».

Et ma mission est de propager ce message.

En continuant de créer de l’information, de créer des connaissances en faisant mes propres recherches et en propageant ces connaissances.

Je pense aussi que la création de produits et de services participe à tout cela (d’où l’existence de Ounoz.com)(parce que le poids économique est LE pouvoir).

Mais cet article est déjà bien trop long 🙂

Bonne soirée

Maelle

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *