Articles

On peut TOUTES être un héro

La nana sur Instagram qui est magnifique en tout point (make up, vêtements, coiffure, accessoire et même son corps est top).

Tu t’es déjà demandé comment elle « fait »?

J’imagine que oui.

On s’est déjà toutes posé la question entre copines en voyant quelqu’un avoir quelque chose qui nous semble extraordinaire et que l’on voudrait aussi.

Que ce soit un beau corps, des enfants bien élevés, une maison toujours propre, des cheveux magnifiques toujours nickel…

On s’est toutes chuchoté à un moment « mais elle fait comment ?? »

Et souvent on se justifie du fait de ne pas obtenir les mêmes résultats en se disant « non mais moi je ne pourrais jamais »

Parce qu’on part du principe que c’est du taf, que c’est dur.

Et que pour je ne sais quelle raison, pour ELLE, c’est moins dur.

Et c’est là qu’on se trompe, je pense : les séances de soins capillaires, de coiffure, de soins du visage ou de sport de cette personne ne lui coûtent pas une énergie PHÉNOMÉNALE à chaque fois.

Elle n’est pas un HÉRO à chaque instant.

Non en vrai elle a été un HÉRO pendant les 21 jours qu’il faut pour prendre une nouvelle habitude (c’est scientifiquement prouvé : il faut 21 jours pour prendre une nouvelle habitude)

Pour les soins capillaires hebdo par exemple ce serait 21 semaines. 4 mois en gros pour qu’on n’ai PLUS DU TOUT besoin d’y penser.

Que ce soit naturel et automatique.

Et du moment où on a une BONNE MÉTHODE, avoir le réflexe de faire un soin par semaine égale automatiquement à de beaux cheveux.

Je dirais même plus : du moment où on a appris les bons gestes et les bons réflexes, même un soin tous les 15 jours où 3 semaines, donneront automatiquement de beaux cheveux.

On peut TOUTES être un héro pendant quelques semaines.

Surtout quand on SAIT qu’on va ensuite en récolter les fruits toute sa vie 👌🏾

A bientôt
Maëlle

Quand c’est dur de suivre son cœur




Ce sera une histoire de forces et de faiblesses.
De lâcher-prise, de joie et de plaisir.

Au passage tu vas découvrir des choses de moi qui vont te surprendre et certainement des choses sur TOI qui vont te surprendre.

C’est ma première newsletter de l’année et tous les samedi matins dans ta boite mail, tu vas recevoir un texte de moi. On y parlera féminité, beauté, amour, plaisir, épanouissement et on y ira là ou l’inspiration me mènera.

Ça fait maintenant quelques années que le développement personnel est à la mode et a complètement galvaudé les notions de service et de mission de vie. C’est presque devenu un sacerdoce de dire que l’on veut aider les gens et avoir un impact positif sur le monde.

C’est presque mal vu d’être une personne qui veut simplement vivre sa vie et se faire plaisir et aimer ses proches et avoir ses hobbys.

Et c’est tellement dommage : je connais une nana dont le plus grand kif est de faire la fête mais qui ne l’assume pas et se rends malheureuse  au quotidien à essayer de faire des choses « grandes » ou « charitables ».

Arf, mais par pitié, pourquoi ?

Enfin bon, je dis parce que j’ai besoin d’un disclaimer parce qu’il s’avère que moi, j’ai toujours (toujours) voulu servir et changer le monde.

Et l’idée que mon « exemple » puisse influencer négativement quelqu’un me tord les boyaux : donc s’il vous plait, faites ce qui vous rend heureuse, peu importe que ce soit « à la mode », « bien vu », ou pas.

Quand j’apprenais l’histoire à l’école et que je découvrais tous ces grands Hommes et Femmes qui ont fait preuve de grande bravoure et se sont battus pour améliorer la vie de leur peuple, j’étais admirative et jalouse : je me disais « mince, tout a déjà été fait. Et moi, je vais faire quoi ? »

Il était déjà évident pour moi à l’école primaire que ce que j’allais faire de ma vie c’était « me battre pour mon peuple ». Et j’étais mignonne et naïve et je pensais que le monde était beau, harmonieux et « fini » et que j’avais plus rien pour quoi me battre.

Plus tard (disons, début collège)(quand j’ai compris qu’il y avait encore beaucoup de souffrance dans le monde et beaucoup à faire), je me suis dit que j’allais prendre soin des orphelins et faire en sorte qu’il n’y ait plus jamais un enfant non aimé.

Ensuite, je me suis dit que j’allais prendre soin des femmes seules et vulnérables et qu’il n’y aurait plus jamais une femme sous l’emprise d’un homme qui n’a nulle part où fuir.

Ensuite, en tant que jeune femme noire qui se croyaient naturellement moins belle et moins « de valeur » parce qu’elle était noire et qu’elle avait les cheveux crépus, j’ai réalisé que je me trompais. (C’était en 2008)

J’ai compris  que j’étais passé à 2 doigts de toujours me dévaloriser et prendre le moins pire que la vie avait à offrir (au lieu de toujours poursuivre le meilleur) simplement parce que je pensais que je valais moins. Parce que j’étais noire et que j’avais les cheveux crépus, que ça me rendait moins belle et qu’en tant que femme si on n’est pas belle alors on vaut moins.

(L’évidence même, n’est-ce pas ? Ah !)

Ce mensonge (et la vérité contraire qui va avec) m’a frappé comme une tonne de brique.
Et tout a changé.
Avant même de réaliser ce que je faisais, j’avais commencé à en parler autour de moi.
Avant même de réaliser ce que je faisais, j’avais ouvert une chaîne youtube.
Après avoir tremblé de peur pendant plusieurs années, j’ai tourné le dos à mes études et à ma carrière et je me suis dit « all in » : les femmes noires, les cheveux crépus, ça doit changer !


Mais en fait, pas tout à fait « all in ».

Plutôt une version « j’y vais, j’y vais pas ».

Je me suis planquée, d’abord derrière un e-commerce.
Ensuite je me suis planquée en étant hyper discrète sur mon travail d’accompagnement.
Ensuite en parlant seulement de cheveux, jamais de la notion sous-jacente de beauté et d’estime de soi qui est en réalité LE VRAI PROBLÈME.
Ensuite en dévalorisant mon travail, en écoutant les haters (vendre des programmes au lieu de vendre des produits c’est de l’arnaque, ah bon ? Quand je mets toute mon ingéniosité a créer un programme en ligne qui va non seulement changer les chevelures mais aussi les mentalités et créer une profonde estime de soi en tant que femme noire en passant, c’est de l’arnaque ? C’est des conneries ? Je mens aux gens ? Je ne pense qu’à l’argent ? Oh non, mince).

Mince.
Mince.
Mince.

Le truc, c’est que c’est dur pour moi de clamer haut et fort ma conviction, ma passion, ma mission. (Je le fais hein, mais c’est dur)(Je me retiens beaucoup, je me censure beaucoup, j’avance avec le frein à main bien remonté).

Et c’est en discutant cette semaine avec Mike que j’ai compris pourquoi.

J’ai peur.

Je suis une hyper-sensible.
Et je suis très très très « pas à l’aise avec les gens » (comprendre : tout ce qui concerne autrui me mets dans un ouragan émotionnel dans lequel je dois faire beaucoup d’efforts pour ne pas me noyer)(je ne comprends rien aux gens, je suis complètement hors de mon élément en société).

(Je sais, on ne dirait pas du tout, je donne bien le change)

Alors cette mission qui me tient à cœur, qui concerne « les gens », qui concerne en plus « mes gens », ça me mets le cœur à l’envers  et l’ouragan devient classe 5 et j’ai peur de ne pas réussir à rester à la surface.


Mais tu sais quoi ?
Je suis prête a vraiment essayer !

(Seulement 11 ans après avoir ouvert ma chaîne youtube, ça va je me débrouille bien)

Mike m’a dit « oh non, t’imagine le coup d’opportunité ? Tout ce que tu n’as pas fait pendant toutes ces années ? »

Il avait l’air horrifié, mais je ne l’étais pas.
Parfois, les choses prennent du temps.

Certaines choses nous viennent naturellement et facilement là ou d’autres galèrent pendant des décennies pour avoir la même chose.
Et certaines choses qui viennent naturellement à d’autres vont NOUS prendre des décennies.

J’ai ma dose de facilitées dans la vie (l’école était d’une facilité déconcertante, le travail, la carrière, l’argent, ça me vient très facilement. Je n’ai eu aucun problème a m’engager dans la relation de ma vie à 17 ans. Je suis un libre-penseur, ma vie est très peu régie par les conventions sociales. Je n’ai pas addiction, je résiste facilement au sucre, au gras. J’apprends facilement. etc, etc.).

Et je me repose allègrement sur mes facilités pour me construire une super vie !
Et puis j’ai mes écuelles.
J’ai mes gros trucs à moi qui nécessitent des efforts
Faire ce qui m’anime pleinement et sans entraves malgré le fait que ça implique des gens est un de ces gros trucs.

C’est la beauté de la vie je crois 🙂

On bâtit en se reposant sur ses forces.
Et on travaille intensément sur les faiblesses qui nous entravent pour bâtir encore plus haut et aller plus loin.

Au plaisir d’échanger sur ce sujet avec toi !

 

 

____

Mes guides gratuits Guide d’achat de produits :
https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

Guide beauté et estime de soi :
https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Guide twist-out parfait :
​https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

 

3 actions simples qui vont transformer tes résultats

Ca y est !
La 3e et dernière vidéo de la série est en ligne !

Cette fois, on parle ACTION.
Quelles sont les 3 premières étapes ridiculement simples à mettre en place pour démarrer sa transformation ?

Comme hier, c’est contre-intuitif et pourtant : ce sont les VRAIS piliers d’un changement profond et durable.

D’une parfaite harmonie avec soi-même : notre beauté, nos cheveux, notre place dans le monde (en tant que femme noire).

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Le pouvoir de l’intention

Qui est-ce que tu choisis d’être ?

Une des premières leçons VRAIMENT marquantes de ma vie est arrivée quand j’avais 25 ans et c’était la suivante : on a le choix. On n’est absolument obligée de subir la vie et vraiment, réellement, ON PEUT CHOISIR.

  • Qui on veut être.
  • Quelle vie on va vivre.
  • Quel genre de réussite on aura
  • Quelle quantité d’argent on va gagner.

À ce moment-là de ma vie je me sentais en échec, car je n’étais pas heureuse de mon activité professionnelle qui n’était pas épanouissante. J’avais conscience que le comportement « normal » serait d’en rester là et d’essayer de « m’y faire ».

De me dire « c’est la vie ».

De me convaincre que même si j’ai cru à un moment que j’allais avoir une vie super, ce n’étaient que les fantasmes de l’enfance et qu’il était tant de grandir.

(Est-ce que tu es dans ce cas ? Est-ce que tu as abandonné ?)

C’est a le moment-là que j’ai découvert le pouvoir de l’intention et ça m’a entièrement sauvé la vie.

Ma réussite entrepreneuriale et mon épanouissement intense dans ma vie quotidienne partent de là : j’ai choisi il y a plusieurs années que je n’allais pas laisser la vie décider par hasard pour moi (au gré des événements) de qui j’allais être.

J’ai CHOISI, et depuis je vis très intentionnellement.

Et c’est la source d’un immense bonheur et de pas mal d’accomplissements.

(Je vous ai déjà dit que mon bonheur est ma priorité absolue ?)

J’ai parlé sur instagram il y a quelques mois de mon contentement intense, à l’approche des 30 ans et j’ai reçu beaucoup de messages de personnes surprises, me demandant pourquoi, comment.

Il s’avère qu’en général c’est un cap difficile à passer (à ce qui parait, toutes les dizaines sont en général dures à passer ?). Vieillir, c’est censé être difficile.

Mais pas pour moi, je suis heureuse chaque année de grandir et c’est, je pense, parce que je GRANDIS justement.

Je pense que c’est dur de vieillir quand on s’autorise à stagner.

Quand chaque année est exactement la même que la précédente à part qu’on est maintenant plus près de la mort, plus éloignée de la jeunesse.

Et d’ailleurs, jusqu’à mes 25 ans, j’ai ressenti exactement ça moi aussi, chaque année.

Juste du vieillissement.

Qu’est-ce qui a changé ?

Je me suis demandé à 25 ans qui je voulais être. Dans mes pensées, dans mon corps, dans ma vie, QUI je voulais être aujourd’hui, qui je voulais être à 40 ans, qui je voulais être à 60, 80, 100 ans ?

L’idée m’a frappé un jour, dans mon open space alors que j’observais ma cheffe de département.

Je revenais d’un rendez-vous client avec elle et mon account manager et je dois dire que j’étais bluffée, estomaquée.

Je savais déjà que ces deux femmes étaient des forces de la nature.

Elles dégageaient toutes les 2 une super énergie de réussite et de confiance en elles et de « tu peux bien aller te faire foutre » qui me plaisait énormément. Mais alors les voir à l’action, les voir en pleine négociation d’un contrat de 5 ans avec le plus gros client de la boite, j’étais sciée ! (Et heureuse de l’opportunité d’avoir pu assister à ça !)

Et plus tard, de retour au bureau, malgré toute mon admiration pour ces 2 femmes, je ne pouvais que constater qu’elles n’étaient pas du tout qui je voulais être.

Que dans 20 ans, à leur âge (grosso modo), si je devenais exactement comme elles (la vie de famille, le métier, le salaire, etc) je ne serais pas satisfaite.

Pas heureuse, pas comblée, pas contente.

Et je vous avoue bien que ça m’a pas mal emmerdée : si je ne veux pas être les 2 femmes en chair et en os de ma vie qui m’inspirent et que j’admire, QUI (WHO THE FUCK !) je veux être alors ?

QU’EST-CE QUE JE VEUX FAIRE DE MA VIE ?

Une question pénible, mais salvatrice.

Parce que là, on ne se demande plus quel métier on veut faire. On ne se demande plus si on postule à telle ou telle offre.

Non, on regarde plus loin. Plus profondément.

Moi par exemple, j’ai découvert à 24 ans que je voulais devenir, être une personne puissante, une personne « de pouvoir » (= qui a la capacité – connaissances/compétences/réseaux/argent – d’obtenir tout ce qu’elle désire et de FAIRE des choses importantes = qui font une différence dans le monde)

Je veux me sentir importante.

C’est donc tout naturellement que j’ai pensé entrepreneuriat : les compétences acquises – je me disais à l’époque (avec raison) serait des compétences utiles dans pleins d’autres domaines.

Réussir en tant qu’entrepreneure m’obligera à travailler sur MOI, à devenir douée dans TOUTES sortes de domaines, à avoir plusieurs cordes à mon arc.

Ça s’inscrivait très très bien dans mon plan de vie global, alors l’année suivante (le temps de surmonter la peur), j’ai sauté le pas.

Et aujourd’hui, à 30 ans et quelques mois, je confirme à la jeune femme que j’étais « oui, bon choix, bravo ».

Et je me repose la question, pour toujours mieux affiner, affirmer et DÉCIDER

« Qui je veux devenir ? Qui je choisis d’être ? »

Et toi ? Qui est-ce que tu veux devenir ?

Dans 10 ans, qui tu seras fière d’être ?

Laisse-moi t’aider et t’accompagner dans ce cheminement !

Parce que moi, aujourd’hui, celle que je veux être c’est quelqu’un qui renvoie l’ascenseur. Qui ne garde pas sa réussite pour elle toute seule, jalousement.

Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

PS: Tu veux élever tes standards et tout déchirer ? Regarde cette vidéo: https://youtu.be/IwJVLn2dtVI

Argent et santé financière

Changer son rapport à l’argent pour en gagner et en avoir plus (en particulier quand on vient d’un milieu modeste) est PRIMORDIAL et c’est un travail qui a complètement changé mon rapport au monde et à l’abondance !

Regarde la vidéo et dis-moi en commentaire quelle est la limite supérieure de ce que tu penses être capable de gagner et d’avoir !


PS: Pour compléter, regarde cette vidéo sur la réussite professionnelle 😉 : https://youtu.be/tP1LZ02EmnE

PPS : J’ai crée un guide à télécharger gratuitement pour que les produits capillaires et leurs fonctions réelles (!!) n’aient plus aucun secret pour vous. 

(Cliquez ici : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1)

On sous-estime à quel point la mauvaise utilisation des produits peut affecter l’état de nos cheveux 

Quelques bénéfices à tirer de la lecture de ce guide :

  • Savoir quoi attendre de chaque type de produit et dans quelle situation les utiliser (quel est le rôle d’un beurre, d’un lait, d’un baume, d’une lotion, d’une mousse, etc.?)
  • Apprendre à choisir vos produits en fonction de vos besoins et de votre budget.
  • Avoir un aperçu de l’offre actuelle en terme de produits capillaires (prix moyens par type de produits et par budget, les rapports qualité/prix, produits de supermarché qui en valent la peine, etc.)

Etc.Je vous conseille de l’imprimer, de le garder sous la main et de le consulter à chaque fois que vous aurez un doute.

A voir ici : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

prendre du temps pour soi, au milieu de la tempête !

Quand tes déjà en retard pour ton bilan 2017, mais que tu « voles » quand même du temps de promenade ensoleillée au bord de Seine 😅

#viedentrepreneure #adminwork#putainmaisquelcauchemar

Je procrastine ce bordel depuis plus d’un mois (en fait j’en fait un tout petit peu chaque jour et j’avance à rythme d’escargot) et mon comptable n’en peux plus de moi ! J’aimerais avoir quelque chose de super positif et optimiste à dire, mais en fait non. Même quand on fait tout son possible au quotidien pour vivre la vie ses rêves, il y a des tâches de merde qui font vraiment vraiment chier. Lire la suite

Il n’est jamais trop tard pour suivre son coeur

Entre le moment où j’ai su que je voulais être indépendante et le moment où j’ai commencé à essayer il y a eu 2 ans.

Ensuite entre le moment où j’ai commencé à essayer et le moment où j’ai démissionné de mon travail (en mode kamikaze) il y a eu 3 ans.

Entre le moment où j’ai démissionné et celui et j’ai enfin lancé mon entreprise il y a eu 1.5 ans.
Et entre ce moment et celui ou mes ventes mensuel permettait de me payer il y a eu encore 1 an et demi. Lire la suite