Pourquoi je fais ce que je fais?

Archive 2018

Je veux que les femmes noires aiment leurs cheveux et se trouvent belles avec leurs cheveux. Je souhaite que les perruques et tissages soient pour nous avant tout un moyen de fantaisie, pas une option par défaut un mois sur 2 pour « faire une pause ». Je veux que nos cheveux soient pour nous « naturels ». Que les porter soit évident et naturel, que ça coule de source, sans prise de tête.

Qu’on sache quoi faire de nos cheveux, spontanément, naturellement.

Je veux qu’on puisse les aimer tels qu’ils sont.

Je veux qu’on puisse les sublimer, les magnifier : pas forcément chacune d’entre nous (parce qu’on n’est pas forcément toutes passionnées de cheveux), mais nous en tant que communauté. Que nos cheveux soient considérés et VUS comme les cheveux extraordinaires qu’ils sont ! (j’adore tellement la texture crépue, je pense qu’elle mérite d’être travaillée par les plus grands artistes)

Je veux qu’on puisse porter nos cheveux longs ou courts en fonction de nos envies. Par C H O I X, pas par dépit.

LES ENFANTS, L’AVENIR

Je veux que les enfants aux cheveux crépus ne se posent même pas la question de si leur texture est belle ou pas. Je veux qu’une petite fille se demande juste si elle préfère des vanilles ou des couettes, des perles multicolores ou pas, un gros puff ou 2 mini-puffs…

Pas cheveux lisses ou rajouts.

Pas « maman pourquoi mes cheveux sont pas beaux ? »

Pas « maman quand est-ce que je pourrais avoir les cheveux lisses ? »

LA SOCIÉTÉ, LES STANDARDS DE BEAUTÉ

Et je sais que tout cela vient aussi beaucoup du regard extérieur : le retour que l’on a de la société dans son ensemble sur notre beauté. Quand il faut Kim Kardashian pour mettre « à la mode » une banale coiffure comme 2 tresses collées, quand les plus grandes stars noires internationales choisissent l’option perruque lisse… (coucou Beyoncé)

Toutes ces choses-là rendent plus difficile le fait de trouver naturellement nos cheveux magnifiques et évidents à porter au quotidien.

Toutes ces choses-là font que les enfants, à l’école peuvent encore se moquer des cheveux crépus d’un(e) autre. On ne voit tout simplement pas assez de cheveux crépus partout (dans la rue, à la télé, dans les magazines, au cinéma, au théâtre, bref, P A R T O U T)

LE SCRIPTE INVISIBLE

Tout ça nous influence et joue un rôle très important. Mais c’est aussi à nous d’accomplir le changement. En imposant nos cheveux. Oui, en les imposant ! En les montrant, en les aimant, en parlant toujours d’eux positivement.

J’entends tellement souvent « oui, j’adore mes cheveux, MAIS c’est vrai que c’est dur quand même les cheveux crépus » ou « c’est chiant quand même les cheveux naturels » ou « oui c’est trop beau, mais c’est trop de travail ».

Ça semble anodin, mais je ne pense pas que ça le soit.

Quand tout le monde répète ça au quotidien, ça devient la pensée par défaut.

Pour les noir(e)s, mais aussi pour les autres.

Et on devient alors complice du standard de beauté qui reste blanc. Des enfants qui demandent encore aujourd’hui des défrisages.

Et cette pensée, cette croyance que les cheveux crépus « c’est beau, mais compliqué » je pense qu’elle vient du fait qu’on démarre tout juste. Ce n’est pas une fatalité, on vient juste de comprendre que nos cheveux ne sont pas impossibles et qu’ils sont beaux (10 ans, ce n’est rien à l’échelle de la société).

En tant que communauté il nous faudra du temps pour construire les connaissances, les distribuer à grande échelle ET les rendre basiques, normales, évidentes.

Et en attendant, il faut apprendre, oui. Et il faut faire attention à nos mots.

Donc non, les cheveux crépus ne sont pas « beaux, mais compliqués », ils sont « beaux et magnifiquement complexes et riches en possibilités, mais aussi très simples au quotidien ».

Et ma mission est de propager ce message.

En continuant de créer de l’information, de créer des connaissances en faisant mes propres recherches et en propageant ces connaissances.

Je pense aussi que la création de produits et de services participe à tout cela (d’où l’existence de Ounoz.com)(parce que le poids économique est LE pouvoir).

Mais cet article est déjà bien trop long 🙂

Bonne soirée

Maelle

Pourquoi ces tarifs?

Archives décembre 2018

Mes tarifs mirobolants… On en parle ?

Hier, j’ai eu un échange intéressant dans les commentaires d’une de mes publications et un autre par email avec une autre personne à propos du prix du programme Crépus & Longs.

Je ne crois pas au hasard et en général quand je reçois plus d’une fois un commentaire, je pars du principe que plusieurs personnes se posent la même question, mais n’osent pas (ou n’ont pas envie) de la poser « à haute voix ».

💫💫💫💫(Je dois d’ailleurs dire que j’adore mon audience pour ça : je suis suivie majoritairement, semble-t-il par des personnes trop polies pour mettre les pieds dans le plat et poser des questions potentiellement gênantes. Des personnes qui n’ont pas envie de me mettre sur la sellette ou dans l’embarras : merci beaucoup, je le remarque et j’apprécie !)

💫💫💫💫(Cela dit, ne nous inquiétez pas, j’aime adresser ce genre de questions. Cet après-midi encore mon copain me parlait de mon besoin vital d’intégrité et de la façon dont ça impacte ma présence en ligne : en vérité je n’ai aucune envie de véhiculer « une certaine image ». Que vous me voyiez selon un prisme biaisé que j’aurais méticuleusement calibré pour apparaître ceci ou cela.

C’est important pour moi au contraire que vous me voyiez EXACTEMENT comme je suis.

L’idée de renvoyer une image virtuelle qui n’est pas 100% moi me procure une certaine anxiété (j’en ai beaucoup parlé l’année dernière à la même époque d’ailleurs).

Tout cela pour dire : je ne veux pas qu’on marche sur des œufs, vous et moi.

Et je me targue d’être une personne cohérente de bout en bout – et si je ne le suis pas, je suis ravie de le savoir pour ajuster.

Je peux donc vous parler de mes tarifs oui et particulièrement de Crépus & Longs, dont les inscriptions sont ouvertes en ce moment et de la façon dont je présente ce tarif.

La première chose à dire est que je suis entièrement dévouée au fait de créer un programme qui permet à un maximum de personne d’atteindre ses objectifs capillaires.

Le programme est conçu pour donner des résultats, conçu pour que ça marche. D’ailleurs, son format a évolué avec le temps, en fonction des réactions et des résultats des participantes pour arriver au format ou la réussite est optimale pour un maximum de personnes.

(J’ai arrêté de me leurrer sur la possibilité de trouver LA formule qui conviendra à TOUT le monde. Je cherche maintenant la formule qui conviendra à la MAJORITÉ des gens et je fais ma paix avec le fait que certaines personnes, oui, n’auront pas des résultats optimaux)(mais my God, ça reste dur, même à écrire)(pour ces personnes, il faudra passer à un accompagnement personnalisé)

Donc, dans le programme Crépus & Longs, rien n’est là par hasard : aucun module, aucun bonus.

Aucun élément du déroulement du programme.

RIEN.

(À garder en tête, pour être 100% transparente que la gestion de MON énergie compte aussi : si je suis incapable de délivrer, tout s’effondre)

L’accompagnement sur 1 an est à 357€ (ce qui correspond à moins de 30€ par mois pour des résultats incroyables !)

Dans cet accompagnement en groupe, je mets plusieurs éléments à disposition pour que le package soit complet et permette à chaque personne de VRAIMENT obtenir les résultats promis. Si on devait compter chaque élément séparément, ca donnerait la valeur affichée.

D’où l’intérêt de créer le package.

Dans les faits, je sais par expérience que si chacun de ces éléments n’est pas singularisé et valorisé séparément, ils sont pris à la légère.

Le fait d’être en direct 2 fois par mois et de répondre à toutes vos questions en direct pour vous accompagner au mieux, c’est un vrai investissement qui a de la valeur et qui fait une VRAIE différence importante dans les résultats que vous obtenez.

Le fait d’avoir accès aux replays de tous les ateliers hyper pointus et détaillés sur chaque élément capillaire qui peut être difficile a gérer, c’est aussi un élément CLÉ qui fait toute la différence.

Et c’est pareil pour TOUS les éléments du programme, qui ne sont pas mis là par hasard.

Mais si je ne prends pas le temps de les lister, et de les décrire en détail avec leur VRAIE VALEUR, on passe à côté, c’est pris à la légère.

💫💫💫💫Alors oui, je continuerais de décrire le programme Crépus & Longs comme suit :

Le contenu du programme :

LE KIT JE CONSTRUIS MA ROUTINE EN 3 ETAPES (Livré chez moi)

Livret 1: La typologie des cheveux crépus et comment mon type de cheveux doit impacter mes soins

Livret 2 : Je crée mon programme de soin

Livret 3 : Bien rythmer mes apports en protéines

+ Calendrier de soins + Étiquettes de soin + Gommette d’évaluation de soins

OBJECTIF : Avoir son calendrier de soin sur 12 semaines complètement compatible à ses cheveux (avec mon aide lors d’un des webinaires bi-mensuels ou dans le groupe facebook)(le calendrier de soin est ensuite mis à jour à chaque changement de saison)

Vous aurez en plus accès à plusieurs modules (en ligne)

Module 1 : La routine qui convient

Module 2 : Mes cheveux au quotidien

Module 3 : Coiffure et manipulation – comment se coiffer soi-même en 5-10min tous les matins sans casse

Module 4 : Les protéines

Module 5 : Les coiffures protectrices

Module 6 : Situations spéciales (utilisation de chaleur, tresses, mariages, piscine, mer, impossibilité de faire des soins pendant un certain temps, etc.

Entraide et soutien dans le groupe facebook

Et en bonus :

L’accès à ma plateforme vidéo (valeur 97€)

L’accès à des ateliers en ligne en direct avec mois pendant 1 an (2 fois par mois)(valeur 2328€)

L’accès au replay de 30 de mes meilleurs ateliers en ligne ! (valeur 497€) Plus de 30 vidéos avec du contenu en or massif : les questions concrètes posées par les membres et mes réponses en image avec démonstrations live.

•Démêlage en 4 façons (adaptable à votre préférence) •Comment éviter les nœuds pendant le soin •Nattes, braid-out et mèche à mèche •Vanilles, twist-out et mèche à mèche •Bantu knot, bantu-knot-out et mèche à mèche •Coiffures attachées et lâchées, sans tirer et sans trop manipuler •Manipulation et tressage •Manipulation et nœuds (les éviter, les défaire sans casse, etc etc) •Et bien d’autres

Et si vous avez des questions, posez les moi en répondant directement à cet email 🙂

J’espère avoir éclairé vos lanternes

Bonne soirée

Bilan

Archive décembre 2018

Je termine l’année en m’adressant ici à plus de 47000 personnes (j’ai démarré l’année, je crois, à 32000) et il me semble que c’est un bon moment pour me (re-)présenter.

(Et qu’on fasse connaissance : dis m’en plus sur toi 🙂 )

C’EST QUI CETTE NANA ?

Hello à tous, je m’appelle Maelle, j’ai 29 ans, j’ai crée une méthode d’entretien des cheveux texturés vers 2013 basée sur une gestion fine des soins, de l’étirement et du niveau d’emmêlement des cheveux dans le but d’avoir une gestion simple et évidente de ses cheveux au quotidien tout en ayant douceur, souplesse et longueur.

Mon crédo : les cheveux crépus, c’est simple.

Je pense qu’en temps que femmes noires (et métissées) on a le devoir de s’aimer beaucoup et parler positivement de nos caractéristiques : c’est encore trop récent, le fait que « noire » ne soit pas automatiquement associé à moins beau (voire laid). C’est encore trop récent que les cheveux crépus ne soient plus considérés comme automatiquement moins beaux, la peau noire moins belle et les traits négroïdes moins raffinés.

Pour cette raison, dans mes écrits et dans mes vidéos, je promeus du mieux que possible l’amour de soi, l’acceptation de soi.

Se trouver belle.

Entièrement.

En plus de mon travail plus « concret » sur les cheveux crépus et bouclés.

MON PARCOURS

Côté pro, je suis coach capillaire et estime de soi depuis 2016. Ce que ça veut dire très concrètement c’est que je formalise ma méthode d’entretien des cheveux texturés et ma vision de l’estime de soi sous différents formats (programmes en lignes, ateliers, accompagnements individuels) que je propose à la vente aux personnes qui ont besoin (ou juste envie) d’être accompagnée, aidée. Ou simplement de baigner de façon plus directe dans mon univers.

J’ai commencé en 2016 en faisant beaucoup d’ateliers en présentiels à Paris. (Puis en Guadeloupe et en Martinique en 2017)

J’ai également fait beaucoup de coaching individuel en 2016 et 2017.

J’ai crée mon premier programme en ligne en janvier 2017 (Crépus & Longs) avec la peur au ventre : j’avais très peur que dans un programme en ligne, je ne sois pas capable de réellement apporter de l’aide aux gens et que les résultats ne soient pas au rendez-vous. Les semaines qui ont suivi, j’étais tétanisée : obsédée par les clientes du programme (j’en ai même parfois perdu le sommeil)

Et puis les premiers retours sont arrivés, les premiers emails, les premières photos, les premiers témoignages : SOULAGEMENT INTENSE, ça marche !

Je me suis sentie alors plus en confiance pour créer d’autres programmes (plus courts) pendant l’été 2017 : je me suis éclatée !

En Novembre 2016 j’ai aussi créé des Packs : une routine complète dans une boite avec tous les produits nécessaires + les fiches détaillant toutes les étapes de la routine en suivant ma méthode en fonction du type de cheveux. Je les ai arrêtés en juin 2018.

ET MAINTENANT ?

Cette année 2018 a été beaucoup moins créative : je n’ai créé qu’un nouveau programme (Self Love Queen) et quelques nouveaux éléments pour améliorer le programme Crépus & Longs.

Mon plus gros focus de l’année a été sur l’entreprise elle-même : avec beaucoup plus de clients, viennent beaucoup plus de complications et la nécessité de s’organiser, se structurer. J’ai passé l’année à penser et à travailler essentiellement là-dessus et répondre à la question « quelle est l’entreprise que je veux vraiment ? »

Et j’ai réalisé que je m’étais emprisonné dans une image d’épinaie de l’entrepreneure et j’ai fait beaucoup de changements : arrêter mes packs (aucune envie de gérer la logistique), quitter mon bureau parisien, fusionner mes sites…

Bref, une année pratico-pratique dont je ressors avec une entreprise qui me ressemble plus et qui me plait plus, mais une année épuisante.

EN VRAC

Je suis féministe.

Je suis bordélique.

J’adore lire et écrire.

Je suis en couple depuis bientôt 13 ans.

La liberté est ma valeur première.

Sur internet, je crée ce que je veux, si ça colle avec ce que réclame mon audience, tant mieux.

Je n’ai pas de couleur préférée.

J’adore aller au cinéma, toute seule je préfère.

Le livre que j’ai le plus aimé cette année : What Alice Forgot de Liane Moriarty

Mon livre préféré de tous les temps : The Time Traveler’s wife de Audrey Niffenegger.

Et toi ? Qui es-tu ?

J’adorerais en savoir plus sur a le courage de me lire jusqu’au bout ^_^’

SELF CARE

Archive décembre 2018

🥀🌹 SELF CARE 🥀🌹

Hier, je me suis fait 2 tresses et je suis allé au cinéma à l’heure du déjeuner.

Aller au cinéma, c’est une de mes façons préférées de me régénérer, de prendre soin de moi pour être capable ensuite d’être présente pour mes clients et pour mon travail.

Ces dernières semaines (concrètement depuis octobre, depuis le déménagement de mon entreprise) j’ai entièrement perdu pied dans ma routine de self-care et le résultat a été quasi immédiat : grosse grosse perte d’énergie, fatigue, moral dans les chaussettes.

Et alors que je suis entièrement crevée et que je me concentre sur le repos et le recentrage en cette fin d’année, j’ai aussi consciente que je suis en train de réapprendre une leçon importante, que j’ai alors l’occasion de repartager avec vous :

Quelles que soient les choses dans votre vie qui semblent importantes, qui semble même être de la plus grande importance (dans mon cas par exemple c’est mon entreprise et le nouveau projet « Bombes Inspirantes » que j’ai lancé cet été) c’est faux. C’est une grande illusion qui vient cacher la vérité :

RIEN n’est plus important que SOI.

Parce que si on n’est pas au top, si on n’est pas pleine d’énergie, alors on n’est pas en état de donner le meilleur de soi-même pour ce qui semble être le plus important.

Dans mon état fatiguée, je n’ai pas fait ma meilleure performance d’entrepreneure depuis octobre.

Vidée comme je le suis, je n’ai pas créé autant que je voudrais, et ce que j’ai créé n’est pas à la hauteur de ce que je voudrais (typiquement la série « Femme Noires, Cheveux Crépus : 10 ans d’évolution » a reçu de très bon retour – la partie 2 a été mise en ligne hier, et la partie 1 et a atteint les 200 000 vues sur facebook- mais n’est pas exactement à la hauteur de ce que j’avais en tête)

Et c’est pareil pour vous et ce qui vous anime (votre famille, vos enfants, votre carrière, un projet en particulier) : si vous n’avez pas une énergie au top, alors vous ne donnez pas le meilleur de vous-mêmes et prenez le risque de « foirer ».

On peut se laisser bercer par l’illusion de ne pas avoir une minute à consacrer à soi.

Pas le temps de faire 45 minutes de sport

Pas le temps de faire 15 minutes de méditation

Pas le temps d’aller d’écrire quelques lignes de gratitude

Pas le temps de me connecter à la vision que j’ai pour moi et pour ma vie (Insérez à la place les choses qui VOUS régénèrent et VOUS donnent de l’énergie pour toute la journée)

Mais en ne le faisant, on perd encore plus de temps.

Ma productivité depuis octobre est au raz des pâquerettes.

Parce que je me suis laissée bercée par l’illusion de « pas le temps » et de « faisons directement le plus important ».

En cette fin d’année et surtout pour l’année prochaine, mon message est le suivant : Faites de VOUS la priorité numéro 1.

Trouvez les activités qui vous mettent en JOIE, et faites-les en priorité le matin.

Et tout le reste se mettra en place naturellement 🙂J’ai pratiqué religieusement cette façon de faire depuis 2015 et jusqu’à mon déménagement et ça m’a très bien réussi.

Et ces 3 mois de fatigue intense et de sensation de vide ne font que me rappeler pourquoi il était si important de le faire.

Et vous, qu’est-ce qui vous donne de l’énergie et mérite sa place dans votre TOP des priorités chaque jour ?

Etre soi

🤷♀🤷♀ Ça me va si tu ne m’aimes pas 🤷♀🤷♀

[ÊTRE SOI, ÊTRE VULNÉRABLE ET NE PAS ÊTRE APPRÉCIÉE]

Cet après-midi, j’ai jeté un œil dans les archives de mon instagram en quête d’un contenu quelconque et je suis retombée sur une réflexion que j’avais menée sur la vulnérabilité.

C’était après une conversation avec Mike sur le danger (ou pas) d’être parfaitement transparente et parfaitement soi-même sur internet.

Il s’avère que je suis une personne… un peu particulière.

Et le point de vue de Mike et ces particularités sont de nature telle que les afficher ou les partager sur internet pourrait m’être néfaste.

Mon avis est différent : je pense que l’on gagne toujours à être la plus vraie possible, en toute circonstance (que ce soit dans la vraie – avec ses proches – ou sur internet)

Parce que finalement, l’envie de se masquer vient de quoi ?

De l’envie d’être acceptée, de ne pas faire de vagues (dans le milieu professionnel notamment) et de ne pas « heurter » l’autre par inadvertance.

Mais il s’avère que je suis immunisée contre ça.

Complètement.

J’ai passé la majorité de mes années (jusqu’à mes 25 ans) à faire semblant à un point extrême.

(Et quand je dis extrême, je veux vraiment dire extrême : toutes les couches visibles et invisibles de ma personne étaient pensées et travaillées pour véhiculer une certaine image)(ma psy, qui pourtant se spécialise dans ce genre de comportement, reste sur le cul, après 6 mois, de la profondeur de mon « faux-self ») (Le « faux-self » c’est le terme employé par la psychologie pour décrire le phénomène d’auto-protection que développent naturellement les surdoués pour « survivre » dans une société inadapté. On change complètement qui on est pour devenir une personne qui « fonctionne » dans le monde normal) (j’avais une version extrême de ça)

J’ai donc joué le jeu, à fond, jusqu’à mes 25 ans.

Et j’ai ressenti bien profondément dans ma chair la trahison de l’être que c’est.

La douleur intolérable qui, à son apogée, me donnait l’impression que mon squelette cherchait à sortir de mon corps et partir vivre sa vie de son côté (une douleur mentale que je ressentais bel et bien DANS MON CORPS).

Si bien qu’aujourd’hui, je ne tolère plus le moindre écart.

Je suis moi-même quoi qu’il arrive.

Je ne dilue jamais mon opinion, je ne fais jamais dans le politiquement correct, je n’atténue pas ma personnalité.

Je suis une femme sûre d’elle, aux opinions fortes, avec une voie qui porte et une belle éloquence : quand je parle, on m’écoute. Une présence très… masculine ? (En tout cas pas le comportement, visiblement, qu’on attend d’une femme dans une assemblée majoritairement masculine ou même mixte) (Vous avez remarqué ? En général les femmes sont soit discrètes, soit scandaleuses)

Ce n’est PAS apprécié de tout.

(c’est le moins qu’on puisse dire)

Et je m’en contre fout.

Je vais être moi en toute circonstance et rester présente dans le malaise que ça peut créer.

J’assume.

Je ne me diluerais plus jamais.

C’est devenu une de mes valeurs premières.

Je suis à l’aise avec le fait que tout le monde ne m’aime pas parce que moi non plus je n’apprécie pas tout le monde.

Je suis extrêmement sélective dans mes fréquentations alors ça me va que les autres aussi fassent leur tri.

Et oui, parfois ça me blesse.

Mais j’ai conscience que cette blessure est sans commune mesure avec celle de me trahir moi-même.

Sur internet, c’est différent.

Je ne me trahis pas.

Tout ce que je vous montre, c’est moi.

Mais je n’ai pas l’opportunité de vous montrer TOUT de moi (ou même juste mes traits de caractère les plus importants)(après tout, on n’est pas rassemblés autour d’un verre ou d’un dîner) (ce qui s’en rapproche le plus ce sont les lives, mais même là, on ne parle que d »un sujet.)

Alors régulièrement, je vous écris des textes un peu hors sujet (comme aujourd’hui) dans l’unique but que nous fassions plus connaissance (et aussi un peu comme une déclaration d’indépendance pour moi) (parce que sur internet c’est très facile de tomber dans un certain conformisme, dans lequel on va faire le moins de vagues possible pour continuer de plaire à ses abonnés)

Il s’avère que je vous aime beaucoup, mais pas au prix de ma liberté d’expression.

Je me fais donc un point d’honneur, de temps en temps, de dire « Hey, ça, c’est moi. Si ça ne te plait pas, tu peux te désabonner, on n’est pas fâchés. »

Mais ce texte est déjà beaucoup trop long.

Alors demain, je vous dirais 10 choses sur moi que Mike me déconseillerait certainement de vous dire.

(Et ça va grandement m’amuser ^_^)

Bonne nuit

Maëlle

Réflexions sur l’abondance

Réflexions sur l’abondance 💥💶

Le week-end dernier, avec mon chéri, on a beaucoup parlé abondance.

On essayait de synchroniser nos esprits analytiques et très terre à terre avec la loi de l’attraction les éléments prêchés sur internet par les « money coach ».

Si vous ne savez du tout de quoi je parle, en gros, il y a tout un pan de l’internet où on peut trouver des gens qui enseignent que tout dans le monde est fait de vibration et que tu attires à toi ce qui correspond à ta vibration. L’idée étant que pour recevoir ce que tu veux dans la vie, tu dois « vibrer » à la même « fréquence » que ces choses-là.

Et comment on « vibre » à la même fréquence ce que l’on désire ?

On ressent ce qu’on ressentirait si on l’avait déjà.

grosso modo hein, c’est une affaire suffisamment complexe pour qu’il existe des livres entiers sur le sujet et des programmes en ligne relativement denses (que je n’ai jamais achetés, mais dont j’ai pu voir les descriptions). Tout cela pour dire que mon explication est très simpliste et à considérer comme telle.

(De toute façon ce n’est pas mon sujet du jour)

Bref, on en discutait avec Mike parce que les principes de bases sont intéressants à avoir comme principe de vie (= tout est possible et rien n’est hors de portée, on peut obtenir de la vie tout ce qu’on désire).

Vous avouerez que quitte à croire des choses à propos du monde et de la vie, autant croire ça non ? (Moi j’aime l’optimisme).

Et dans la vie avec Mike, on a souvent pris beaucoup de risques pour obtenir ce qu’on voulait (par exemple, peu de temps après la fin de nos études on a décidé que Mike n’allait pas travailler pour être à temps plein sur notre projet de création d’entreprise – en ignorant tous les avis négatifs de TOUT LE MONDE – simplement parce que c’était important pour nous d’être entrepreneurs et que le risque de se retrouver tous les deux absorbés dans nos carrières et incapable de finalement sauter le pas était pour nous bien pire) (aussi, après 3 ans sans réellement avancer et réussir à faire sortir le projet de terre, j’ai quitté mon taf pour qu’on y soit tous les 2 à temps plein)

Si on était prêts à prendre tous ces risques et à persister même face à l’échec, c’est bien parce qu’on pensait que c’était possible.

Et surtout parce qu’on n’imaginait pas vivre une autre vie.

Mais il n’y a jamais rien eu d’ésotérique là-dedans pour nous : c’était juste viscéral, il fallait que ça se fasse.

(Pour ceux qui ne sont pas familiers de mon histoire, oui, on a réussi)

Ce week-end, finalement, on s’est dit même en mettant de côté la partie ésotérique, il était question de programmation mentale.

Se mettre dans de bonnes dispositions pour être capable d’obtenir ce que l’on veut : ça passe par bien sur être au clair sur ce qu’on veut (dans notre cas : maison, jardin, liberté créative, entre autres) mais aussi par le fait de croire à 100% que c’est possible, d’éliminer de son cerveau TOUTES les idées contraires (car elles peuvent nous empêcher de voir les opportunités quand elles se présentent), comment à avancer dans cette direction et lâcher complètement prise sur le résultat.

C’est un paradoxe intéressant : être en contact avec son désir, mais en même temps le mettre complètement dans le background de sa vie, ne plus vraiment y penser, juste être dans l’action.

Pourquoi je vous parle de ça ?

À la fois par envie de mettre tout ça par écrit (^_^) mais aussi parce que c’est un processus similaire que je veux vous amener à faire dans mon nouveau programme SOS Cheveux Difficiles avec l’entretien de vos cheveux ! 🙂Le désir est d’avoir de beaux cheveux, faciles à gérer, faciles à coiffer et avec lesquels on se sent belle.

Et pour ça il faut un plan (=routine et bonnes techniques capillaires)

Et il faut lâcher prise, mettre les cheveux en arrière-plan, arrêter d’y penser autant, arrêter d’en faire le centre de nos vies.

Le programme SOS Cheveux Difficiles c’est EXACTEMENT ça.

Ce programme est 100% garanti, satisfait ou remboursé.

Si en appliquant les conseils donnés vous n’obtenez pas satisfaction, je vous rembourse intégralement 💶💶💶(Une petite pepite qui m’a été soufflée par nos réflexions sur l’abondance 😊😊) (Mais qui fait 100% sens quand je l’inscris dans une réflexion globale sur ma confiance dans ce programme et ma *vraie* volonté de faire une différence pour mes clientes)

Honorer sa féminité

Je ne suis pas une femme très féminine.

Ou en tout cas pas au sens classique du terme.

Je m’épile peu, me maquille peu… Mon apparence physique ne me préoccupe quand dans la mesure où elle peut me servir.

En revanche, j’honore ma Féminité.

De plus en plus avec les années.

Ça a commencé par ma sexualité, assumée, cultivée, développée.

Ensuite avec mon intuition.

Je suis ULTRA connectée à mon intuition et je lui fais confiance.

J’écoute mon corps, ses envies, ses besoins.

(à tous les niveaux)

J’AIME mon corps, dans toute sa beauté, sa Féminité, sa sensualité, sa sensibilité, ses courbes et toutes les sensations associées.

J’ai toujours été en connexion avec les femmes.

Je ne suis pas la nana qui se « méfie » des femmes. Qui ne sait pas travailler avec les femmes ou être amies avec les femmes.

Au contraire, j’AIME les femmes. Intensément.

J’aime nos pensées élaborées.

J’aime notre capacité à parler de plusieurs choses en même temps, faire plusieurs choses en même temps, à tout instant prendre des décisions basées sur une multitude de petits détails que l’on sait avoir en tête SIMULTANÉMENT.

Je dis tout ça en tant que femme aussi très masculine.

Je dirais que je suis équilibrée. 50/50.

Et j’apprécie le masculin en moi. Je l’ai toujours apprécié, très facilement.

(normal, ce sont les « qualités » qui sont valorisées par notre société).

Aujourd’hui, je sais entièrement apprécier les 2.

Et je choisis d’honorer particulièrement ma Féminité.

Là par exemple j’ai mes règles.

Et je m’en DÉLECTE (la ou ça a été la guerre pendant des années).

Je me sens… suave, pendant mes règles.

Et je m’autorise à vivre pleinement cet état, à me connecter encore plus à mon corps.

À vivre intentionnellement ce renouveau (l’endomètre se dégrade et « s’en va » et je choisis de voir ça comme une épuration globale).

Je vis plus lentement, je me repose plus, je me délecte plus de toutes les choses délectables de ma vie (bains, balade, fruits, plein d’eau, lecture, musique, fichier Excel–écoute chacun son delire hein 🤣–)

Et surtout j’apprécie le faire de savoir que mon corps *fonctionne*.

Que je ne suis pas enceinte, mais que je suis fertile.

Bref, j’honore ma Féminité.

Vision

Je me suis retrouvée ces dernières semaines à redire souvent, à plusieurs reprises et à plusieurs personnes que je travaille à créer un monde où les femmes noires aiment leurs cheveux et savent les sublimer.

Un monde où le cheveu crépu est connu et compris comme l’incroyable matière qu’il est et où ses lettres de noblesse lui sont rendues.

Vous savez, quand on aime fort quelqu’un, on voudrait que cette personne se voie comme on la voit ? Qu’elle ait la même conscience aiguë que nous de tout ce qui la rend unique et spectaculaire ?

Et bien je ressens la même chose avec le monde entier et les cheveux crépus. Je voudrais que tout le monde voie comme moi à quel point ces cheveux sont beaux et pleins de possibilités (avec cette malléabilité, cette plasticité, ce rebondi)(la façon fascinante dont ils changent en fonction de leur niveau de nutrition, la façon dont ils peuvent radicalement changer d’apparence en UN SEUL SOIN)

Et je trouve que ces 12 derniers mois, je n’ai pas assez bien fait mon job. ‘I dropped the ball » comme disent les américains.

Et je suis fin prête à reprendre les rênes ! ^_^Et il me suffit de lire les témoignages que je reçois et de faire un tour dans le groupe facebook pour me rappeler que le programme Crépus & Longs c’est mon véhicule principal pour ça !

C’est LE truc (de tout ce que je fais) qui fait le plus d’impact : qui attire de femmes qui n’y croient plus et les transforment en femmes qui y croit à nouveau. Des femmes qui ont besoin d’un coup de pousse et reçoivent une explosion, de femmes qui sont confuses et ressortent avec clarté.

En Guadeloupe en février j’ai dîné avec 3 participantes de ce programme qui ont pris leur voiture pour me rejoindre presque à la dernière minute et je dois dire que cette discussion m’a requinquée (merci à vous) et m’a rappelé ce que j’avais crée : un programme qui VOUS CHANGE et qui CHANGE VOS CHEVEUX.

Ces derniers jours je parle aussi en direct avec beaucoup de clientes du programme qui me parlent de leur transformation, et ça aussi, ça me rallume (non ce n’est pas français mais c’est ce qui exprime le mieux mon émotion)

Tout cela pour dire : je vous parle très intentionnellement.

Et aujourd’hui, ce que je veux vous dire c’est : nos cheveux ont tout le potentiel d’être beaux et longs.

Se comparer aux cheveux lisses (en termes de longueur apparente) est un outrage à nos cheveux (qui ont le rebondi incroyable d’aucune autre texture.

Et oui, ça veut aussi dire qu’ils ne laissent apparaître que la moitié de leur longueur réelle au quotidien).

Nos cheveux méritent d’être traités (soignés) comme des cheveux crépus (et non comme des cheveux lisses ou bouclés) : nourris comme des cheveux crépus et manipulés comme des cheveux crépus.

Notre génétique, celle qui nous a donné cette texture, ces bouclettes resserrées au mouvement irrégulier, ce volume, ce RÉTRÉCISSEMENT, c’est un énorme cadeaux \o/ N’oubliez pas de vous inscrire sur la liste d’attente pour recevoir votre bon de réduction (sans obligation d’achat, bien sûr) à utiliser dès que les inscriptions ouvriront ! Cliquez ici https://buff.ly/2J3W3bZ

Bonne soirée

Ton ego, tes cheveux et moi

C’est l’histoire d’un lien improbable entre une affaire de harcèlement au travail et une histoire de cheveux.

On est d’accord sur le fait que se tromper c’est parfaitement humain, n’est-ce pas ?

On se trompe tout le temps, sur tout et rien.

C’est humain, ce n’est pas grave.

Pourtant, on en fait quand même tout un pataquès.

On va hurler les uns sur les autres pour éviter d’admettre qu’on a tort.

On va faire preuve d’une mauvaise foi intergalactique plutôt que de dire « ah ok je comprends maintenant, je me trompais ».

Comme si en admettant son tort on allait se diminuer d’une certaine façon.

Être quelqu’un d’inférieur. De moins bien.

En philosophie on appelle ça l’égo.

Je me rappelle encore dans les premières années de mon couple, mon copain me disait tout le temps « on peut jamais discuter de rien parce que ton égo est dans tout ».

Du haut de mes 19-20-21 ans, je ne COMPRENAIS PAS cette phrase ! (Dis comme ça on croirait qu’il est beaucoup plus vieux, mais en fait pas du tout. Juste plus sage.)

Et à force de me pencher dessus et de travailler dessus, j’ai fini par comprendre : que dans la moindre remarque, je voyais un jugement. Et donc un risque d’être désignée « inférieure », « moins bien ».

Et ça explique bien tout l’internet de nos jours :

Dans chaque conversation, devant chaque article que tu lis en ligne, devant chaque post instagram qui présente un avis contraire au tien…

À chaque fois qu’un autre humain s’exprime et dit le contraire de ce que tu penses, tu te sens attaqué dans ta valeur en tant qu’humain !

Alors forcément, on tourne en rond o_O

Quand as chaque fois que tu vois pointer au loin la menace d’avoir tord tu ressens tout de suite et de façon simultanée une menace sur ta valeur en tant que personne, tu t’empêches d’apprendre, de progresser, d’évoluer.

Et en passant tu t’empêches d’enrichir l’autre de ton point de vue (parce que quand tu es sur la défensive, franchement, tu ne fais, aucun sens)

Et ça n’aide personne.

Tu n’es pas en train d’exposer ta vision du monde, tu es en train d’essayer de gagner.

Ça change entièrement la conversation.

Je pensais à ça ce matin en pensant à une amie victime de harcèlement au travail et qui me racontait ce collègue qui vient la voir toutes les heures à son bureau pour des questions et/ou des précisions. Elle se sent agressée, harcelée, c’est très dur à vivre.

Et moi j’ai tout de suite pensé : ce collègue semble ultra stressé le pauvre.

La vraie résolution viendrait surement de l’aider à résoudre son stress. (Tout en le maintenant à distance pendant un temps des personnes impactées, bien sûr).

Mais au lieu de ça, ce qui se déroule c’est une guerre rangée à RH et représentant syndical interposé.

Une situation malheureusement bien trop courante en entreprise.

La cause ? L’égo.

Mais bref !

Tout ça à un rapport direct avec les cheveux, promis ! (si si)

Je pensais que c’est la même chose quand je parle de cheveux et de pousse et que je suis rencontrée avec agressivité par des : « Oh mais toi t’es antillaise de toute façon ! »

 » C’est n’importe quoi c’est juste la génétique j’aurais jamais des cheveux c’est comme ça »

 » Quel produit tu utilises, donne-moi juste le nom du produit !!! »

Et j’en passe et des meilleurs.

Tu as un avis, là tout de suite sur comment les cheveux pousse et tu as des croyances, là tout de suite sur TES CHEVEUX (la longueur qu’ils peuvent atteindre, l’épaisseur qu’ils peuvent atteindre, etc.).

Mais imagine que dans cette conversation tu réussisses à mettre de côté ton égo et à RÉELLEMENT écouter ce que disent les experts ? (Moi, par exemple)

Si tu étais RÉELLEMENT ouverte à entendre et RÉELLEMENT ouverte à essayer ?

Comme plus haut, c’est la différence entre une bataille rangée (entre toi et tes cheveux) jusqu’à la mort (de tes cheveux et de ton cuir chevelu en général) et une situation où une personne qui souffrait est aidée et trouve une solution durable à son problème.

Imagine seulement ce qui pourrait se passer…

(Je vois bien plus de femmes noires qui transforment leurs relations avec leurs cheveux parce qu’elles sont ouvertes à entendre que jusqu’ici elles se trompaient, et je vois un monde plein de compassion, avec des environnements de travail non toxiques)

2015 dans le rétro

Déjà la Saint-sylvestre et le moment de se mettre sur son 31 pour terminer l’année en feu d’artifice. Ou pas : moi-même je vais passer la soirée simplement en famille avec un bon repas (ma soeur a parlé de ouassous, ça s’annonce bien ! lol)

Quoi qu’il en soit, vous avez peut-être besoin d’inspiration pour votre coiffure de ce soir, alors je partage avec vous cette rétrospective de quelques unes de mes coiffures portées en 2015.

Lire la suite