Avoir une « main à cheveux »

Quand j’étais petite, j’entendais souvent cette expression et c’était presque quelque chose de magique : certaines coiffeuses avaient une « bonne main » et nos cheveux poussaient quand c’était elles qui nous tressaient.

Est-ce que vous avez déjà entendu cette expression ? (c’est peut-être typiquement Guadeloupéen ?) Bref. A priori, je suis quelqu’un de très rationnel et je ne « crois » pas à ce genre de chose. Pourtant, il y a quelques années, j’avais commencé à utiliser cette expression dans mes vidéos youtube. J’avais remarqué qu’en fait, il y a une bonne façon de manipuler les cheveux, tout simplement, qui fait qu’ils ne se cassent pas.

Et effectivement, certaines personnes semblent avoir ce doigté naturellement. Moi, en revanche, j’ai dû l’acquérir : apprendre concrètement à « toucher » mes cheveux correctement.

Ça a été comme un déclic en fait !

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Lors de mon retour au naturel en 2009, j’avais un peu de mal avec la question des cheveux au quotidien. Au début, c’était parce qu’ils étaient courts. Mais même après avoir atteint la longueur des aisselles, je ressentais souvent le besoin de faire des tresses au moins à l’avant de ma tête pour me faciliter la vie au quotidien. Et je remarquais bien que ce n’était pas idéal pour ma pousse (parce que pendant que je faisais les tresses, j’avais des cheveux qui se cassaient) mais je ne savais pas comment faire autrement. En revanche, j’ai commencé à remarquer que les fois où j’avais la flemme de faire un léger démêlage aux doigts en faisant mes nattes du soir, ma coiffure du lendemain allait beaucoup plus vite. (c’est toujours par hasard qu’on découvre les meilleures choses !)

Et donc j’ai commencé à creuser cette piste. Et j’ai effectivement remarqué que le moins je passais les doigts dans mes cheveux, le mieux c’était pour eux. J’ai donc commencé assez naturellement à faire attention à mon doigté. A l’époque, dans mes vidéos sur youtube, je parlais de s’entraîner à avoir une « main à cheveux ». Je ne savais trop comment le décrire autrement et j’avais bien du mal à expliquer en mot (et même à montrer à la caméra) de quoi il était question.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Ce n’est qu’en 2016 que j’ai eu la « REALISATION » (le AH-HA moment comme dirait Oprah). Je faisais un atelier « test » avec quelques-unes de mes copines (c’était avant que je ne lance officiellement mon offre de coaching et ateliers publiquement, je voulais m’entraîner) et dans la partie « questions /réponses » elles ont mentionné que leurs cheveux n’étaient jamais hydratés juste après un soin. Et en leur demandant de me montrer les vanilles/nattes qu’elles faisaient après un soin, j’ai compris ! Ça a été comme une vitre qui se brise, comme un bouchon qui saute, comme, je ne sais pas… d’un seul coup j’ai réalisé : mais c’est la manipulation ! Tu ne caresses pas correctement tes cheveux, donc ils ne prennent pas les soins, ils ne prennent pas l’hydratation et ils sèchent « mal » (c’est-à-dire qu’ils sèchent en s’asséchant au lieu de sécher en absorbant l’hydratation) !

À ce moment-là j’ai tout de suite fait une série de vidéos là-dessus sur Youtube. L’atelier était fin février, la série de vidéo sur la manipulation a été réalisée en mars. 2016.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

On est plus de 2 ans plus tard, j’ai animé des dizaines et des dizaines d’ateliers, j’ai coaché en 1 :1 largement plus de cinquante personnes et près de 800 personnes dans mon programme en groupe Crépus & Longs. Et dans tout ce travail, grâce à ce moment de fin février 2016 où j’ai eu mon illumination, j’ai toujours axé les choses sur la manipulation et c’est ce qui apporte (avec le bon calendrier de soin) un maximum de transformation capillaire ! Et forcément, quand on fait quelque chose à fond et continuellement, on approfondit, on améliore. On va plus loin.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *