Mon rapport à ma texture 4c

Mon rapport avec ma texture a énormément évolué avec les années.

Quand j’étais petite, elle était associé à quelque chose de très négatif : des cheveux durs, secs. Souvent pas beaux (l’aspect un peu « brouillon » que les cheveux crépus ont quand une coiffure vieilli un peu, vous voyez ? C’est bête mais comparé à mes cousines indiennes, leur coiffure vieillissaient avec de joli brin de cheveux qui dépassaient des nattes. Sur mes cheveux à moi, ça faisait « locks » et je trouvais ça injuste)(Bref)

Aujourd’hui, j’adore ma texture. Le fait que je porte au quotidien des twist-outs ou braid-outs ne doit absolument pas vous induire en erreur : j’adore mes cheveux !

💜J’adore cette texture en grains de poivre.

🧡J’adore le fait que même quand ils sont mouillés (comme sur la photo) ils ont l’air secs (c’est magique ! ^_^)

Mes « zéro-zéro » tout autour de ma tête, je les adore. (d’ailleurs ça fait des années que je ne les plaque pas avec du gel)
J’arrive à comprendre qu’on puisse ne pas être 100% à l’aise avec sa texture crépue (j’ai vraiment détesté mes cheveux quand j’étais enfant et ado).

C’est un peu hors norme.
Même dans notre monde actuel ou les cheveux naturels sont à la mode, ça reste inhabituel de voir cette texture.
(D’ailleurs je me demande si je ne devrais pas parfois me balader comme ça dans la rue, juste pour l’exemple)(mais les nœuds, après 😱😨)

Ce message est un peu décousu, mais finalement je crois que ce que j’essaye de dire c’est : quand on adore sa texture et qu’on l’accepte pleinement comme elle est, beaucoup de portes s’ouvrent !

On commence à « jouer » avec, à la sentir sous ses doigts et « sentir » le potentiel. Tester des choses, voir le résultat, se faire plaisir.

C’est parce que j’aime autant ma texture que j’arrive à faire les coiffures que je fais.

Je ne me suis jamais arrêté à un mauvais résultat.

Je n’ai jamais blâmé mes cheveux ou ma texture. Je me suis toujours dit « ah ben tiens, je vais tenter ça différemment la prochaine fois ».

J’ai tout un dossier de mises-en-plis ratées (twist-out, braid-out, bantu-knot-out, flexi-rods, bigoudis, etc.). UN TAS !

J’ai raté plein plein de fois toutes ces coiffures avant de les réussir sur ma texture. Et l’envie de recommencer a toujours été là parce que j’adore ma texture et un jour j’ai choisi de l’accepter telle quelle est.

(J’ai aussi accepté l’idée que certaines coiffures sont peut-être hors de ma portée)
(Mais jusqu’ici, mon constat est qu’aucune coiffure n’est hors de portée de cette texture !)
(Le crépu, c’est le pied total, je vous jure ! 😍)

Aller, regardez votre texture en face (prenez une photo ^_^) et trouvez toutes les raisons de l’aimer, ça change la vie !

PS : cette photo (ci-dessous) date de fin 2015 je crois ou début 2016. ma longueur réelle devait être au niveau du soutien-gorge.

PPS : pour maîtriser votre texture et les différentes « formes » que vous pouvez lui donner, j’ai crée le programme Crépus & Glam 🙂
En vous inscrivant au programme Crépus & Glam (qui est lui même en 6 modules vidéo), vous en plus les bonus gratuits suivants  :

  • 8 TUTOS COIFFURE « GLAM »  – 47€(réalisés par moi, avec des modèles)(cheveux courts, cheveux longs, cheveux mi-longs)
  • Accès au groupe facebook dédié au programme.
  • Acquérir une « main à cheveux » – 97€(programme en 3 vidéos contenant des exercices concrets à réaliser pour acquérir le doigté magique qui permet d’éviter la casse manuelle et de sublimer la fibre capillaire)
  • 4 nouveaux modules données en live au cours desquels j’effectuerai aussi des diagnostics en profondeur en direct !   – 388€
  • Invitation au ALAFOLIE DAY – 97€

Les inscriptions ferment vendredi 08 mai à minuit

Bonne soirée à vous
Maëlle

L’apprentissage de sa propre beauté

Apprendre, c’est ma zone de confort.

J’aime apprendre, j’aime décortiquer, j’aime creuser.
Et j’aime tester, expérimenter, me casser la gueule et recommencer.

Alors ce n’est pas étonnant finalement que j’ai transformé un sujet aussi étrange que celui de la beauté en sujet d’apprentissage.

A priori, on ne se dit pas « Tiens, et si j’apprenais à être belle ».
Mais c’est ce que je me suis dit.

Et j’ai aimé, en fait, passer ma vingtaine à apprendre les bases de :
L’entretien de mes cheveux
La nutrition et le sport
Le maquillage
L’habillement.

D’abord les bases (qui sont très ancrées dans ce qui est considéré comme beau dans notre société) puis ensuite expérimenter, prendre du recul et m’approprier les choses pour être pile au milieu de ce qui est considéré comme beau et ce que MOI je trouve beau.
J’ai trouvé mon équilibre, ma « zone de confort ».

Je ne suis pas assez passionnée de maquillage pour chercher à faire des choses plus élaborées que le maquillage que je fais en 10 min.
Je ne suis pas assez passionnée de vêtements pour passer plusieurs heures par mois à faire su shopping et me construire THE STYLE.
Je suis pas assez passionnée de coiffure pour tester de nouvelles coiffures tout le temps (c’est pour ça que je fais si peu de tutos coiffure : pas mon délire)

En revanche, je suis passionnée d’enseignement. J’adore créer des programmes et de nouvelles façons d’enseigner et de partager ce que je sais.
Alors ça, vous en voyez à la pelle : j’ai toujours un autre programme à vous proposer.

Alors pourquoi je vous dit tout ça ?

Parce sur le sujet de la beauté, je sais qu’on est nombreuse à vivre la beauté comme moi : on veut trouver ce juste milieu entre la beauté de la société et la notre.
Mais on n’est pas forcément des MEGA passionnées qui allons se créer des allures de FOU.

Les cheveux c’est mon expertise, mais en 2020 je compte m’associer à d’autres experts (style, make up, soin du corps) pour mettre ma passion de l’enseignement au service plus large de la beauté.

J’ai hâte du dé-confinement pour reprendre ce travail 

En attendant, j’ai envie de reprendre mon programme Crépus & Glam, dont je n’ai pas reparlé depuis juillet dernier !

Je vous en dis plus dans quelques jours !

Bonne journée,
Maelle

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Le raccourci de la femme pressée

Dans cette vidéo, on va parler entretien des cheveux crépus, sublimer ses cheveux crépus.

Mais du point de vue spécifique d’une vie bien remplie, voire chaotique.

Entre le travail, les enfants et la maison, je le sais , beaucoup d’entre vous se disent : « Je n’ai vraiment pas le temps de faire tout ça, c’est impossible! »

Et du coup on néglige sa beauté, on néglige sa féminité.

Alors que ce n’est pas nécessaire ! Et ce n’est pas une bonne idée de toute façon, car on perd son gout de vivre, on perd son peps, on perd son étincelle,et très rapidement, on n’aime plus ce qu’on voit dans le miroir.

J’ai vécu la même chose.

Pendant plusieurs années (jusqu’à il y a quelques mois) je travaillais énormément. Du levé jusqu’au couché et du lundi jusqu’au dimanche et sans avoir de pause dans l’année ou très rarement.

Ma vie était remplie quasiment à raz bord uniquement par mon travail et dans le seul peu de temps qu’il me restait il y avait mon couple et dans le tout petit peu de temps qu’il restait il y avait ma famille.

Et il n’y avait plus de place pour RIEN.

Jusqu’au moment où je me suis dit STOP! Et ça a été un long cheminement, mais j’ai fini par trouver les clés et c’est ce que j’ai envie de vous partager aujourd’hui.

Toutes ces clés sont développée dans mon nouveau programme ULTRA ABORDABLE « raccourcis de la femme pressée » pour les femmes qui ne trouvent pas de place dans leur vie pour leur beauté ou pour leurs cheveux et se résignent à des solutions cache-misère

Ce programme est aussi pour celles qui ont des périodes « charrette » dans l’année et souhaiteraient dans ces moments-là avoir une routine « minimaliste » pour leurs cheveux, de façon à ne pas ruiner tous leurs efforts.

L’objectif ? Tu retrouves ton glamour, tu retrouves ta beauté, sans sacrifier tes autres priorités.

Est-ce que c’est ce que tu VEUX ? Est-ce que tu te projettes dans cette vie où tu DÉCHIRES TOUT, mais sans sacrifier ta beauté ? Sans avoir l’air « bof » ? Sans perdre ta féminité au passage ?

Rejoins le RACCOURCI DE LA FEMME PRESSÉE.

Prix de lancement à 99€ jusqu’au dimanche 12 avril 2020 à minuit. Utilise le code JELEMERITE (Après cette date, le programme sera toujours disponible mais le prix repassera à 199€

Clique ici: https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/raccourcis-femme-pressee/

Comment aimer son apparence physique?

De retour avec une vidéo courte et efficace mais néanmoins importante : aimer son apparence physique (et je veux AIMER, genre, tu te mates et tu te kiffes).

J’ai lutté avec ça pendant pas mal d’année : j’étais pas une enfant mignonne et pas une ado jolie.

Et j’en ai souffert intensément jusqu’à mes 17 ans, âge auquel j’ai décidé que j’allais me contenter de l’intelligence et que c’était déjà bien 😅😅.

C’est vers mes 22 ans que j’ai recommencé à vouloir être belle (à vouloir ME trouver belle) et comme à mon habitude, j’ai été très méthodique dans mon processus, et ça a marché 👌👌

Il n’a fallut que quelques mois pour que je commence à me sentir belle dans ma peau (suffisamment bien pour commencer à porter du rouge à lèvre visible, des robes et jupes plus courts – j’ai des jambes longues et fines et j’étais très gênée de l’attention que ça attirait sur moi quand je les montrais – etc.

D’ici à mes 24 ans, je portais mes cheveux volumineux et lâchés, du rouge à lèvre rouge pétant, j’avais confiance en moi, j’étais à l’aise dans mes vêtements et pour être tout à fait honnête : à l’aise tout court.

A l’aise pour demander des augmentations, à l’aise pour être décontractée et faire des blagues en rendez-vous client (le truc qui était IMPOSSIBLE avant ! Je mourrais de formalisme dans toute ma timidité)

A l’aise pour envoyer chier les gens qui me faisaient chier (toujours avec classe hein 😋😎😅

Bref, ça a changé ma vie.

Je pense que c’est un travail important qu’on devrait TOUS faire (hommes comme femmes)

Parce qu’on à beau savoir que notre vraie valeur est à l’intérieur, il s’avère que notre apparence est la première chose que les gens voient et notre VIBE (comment on se sent à l’intérieur, qui se reflète à l’extérieur) impact énormément comment les gens se sentent en notre présence.

Tant qu’on se sent comme un vilain petit canard qui cherche à éviter à tout prix d’être regardée et d’être vue, on ne dégage pas une vibe qui donne envie.

Et derrière, on n’ose tout simplement pas…. s’exprimer.

Et j’oserais même dire : on n’ose pas EXISTER PLEINEMENT.
Cette année, j’ai décidé de rajouter dans Crépus & Longs un module intitulé SHINE : COMMENT ETRE A L’AISE SOUS LE REGARD DES AUTRES.

Je vais enregistrer les vidéos de ce module en direct pendant le mois d’avril : je dois bien le dire, J’AI HÂTE ^_^

En attendant, je vous laisse avec cette vidéo très brève : 5 étapes pour aimer son apparence physique

Bonne soirée
Maëlle

Beaux cheveux malgré la flemme

Bon.
Et si on parlait un peu beauté pendant le confinement ?

Je viens à l’instant de voir une story de Mimi Ikonn sur instagram (c’est une entrepreneure et  influenceuse beauté, style, lifestyle) et elle disait qu’elle se maquille encore tous les jours pendant le confinement parce qu’elle l’a toujours fait pour elle et pas pour les autres.

Tout juste 1h avant ça, j’étais devant mon miroir à me maquiller pour la première fois depuis 10 jours (je me préparais à filmer une vidéo pour youtube).

Et en me maquillant, j’ai remarqué que ma peau était pas tip top et qu’elle méritait bien un peu de soin en ce moment (d’autant que ça fait presque 2 semaines que je la néglige !)

Et j’ai eu cette pensée « quand je me maquille tous les jours, je regarde ma peau de très près tous les jours et j’en prends bien plus soin ! Du coup, ironiquement, me maquiller tous les jours est bénéfique pour ma peau »

De manière générale, je ne me maquille que pour les autres (voilà, c’est dit :p)
Et je dirais même plus : je ne me maquille vraiment vraiment que pour VOUS ma communauté (quand je dois filmer du contenu pour les réseaux sociaux quoi) et pour les quelques rares fois où je fais une sortie en couple ou entre amies (je suis très très casanière, ça n’arrive pas plus d’une fois par mois).

Le reste du temps, où que je j’aille et qui que je vois, j’y vais sans maquillage.

Mais là, pour le bien de ma peau, je suis finalement prête à changer cela !

Pourquoi je vous parle de ça ?

Et bien parce qu’en ce moment je crée pas mal de nouveaux programmes pour ALAFOLIE (ceci est une annonce discrète ^_^) qui ont tous traits à la beauté de près où de loin.

Ce qui m’amène à penser beaucoup à mon approche de la beauté, du style et l’apparence physique.

Pour moi, c’est extrêmement utilitaire, en fait.

Je me suis débarrassée depuis longtemps du BESOIN d’être « belle ».

En revanche, je reste très très consciente de l’UTILITE de l’être (en particulier quand on est une femme)

On va pas se mentir, elle belle, c’est pratique.
Ça ouvre des portes, ça rend les gens aimables et souriant.
Ça permet d’avoir des « oui » plus souvent et plus facilement.
Dans un monde où les femmes sont systématiquement moins bien payées, ça aide à obtenir plus facilement avancement et augmentation (je sais, c’est une affreuse vérité de notre monde, mais une vérité tout de même)

La beauté, c’est comme de l’huile dans les rouages d’une porte bien lourde et grinçante.

J’ai besoin d’ouvrir la porte sans galérer monstrueusement. Je mets de l’huile.

Et là, ben, je vais me retrouver à « mettre de l’huile » non pas de façon utilitaire, mais vraiment pour moi (parce que j’aime avoir la peau douce) et ma foi, c’est très rafraîchissant 🙂

Sinon je voulais vous dire que cette semaine, on va parler du soin des cheveux quand on a LA FLEMME, quand on n’a PAS LE TEMPS, quand on n’a PAS ENVIE.

J’ai prévu 6 vidéos ! Ça va être chouette !

Et pendant ces 10 jours spéciaux, je vais aussi vous parler de mon nouveau programme : LE RACCOURCIS DE LE FEMME PRESSÉE : 80% des résultats en 20% du temps ! Pour les femmes qui veulent des cheveux de folie mais n’ont ni le temps ni l’énergie d’y consacrer beaucoup de temps.

A très vite
Maelle

Retrouver sa paix intérieur

Archive Janvier 2020

Comment ça va de votre côté ?
Comment se passe le début d’année ?

Pour moi c’est TRÈS intense et à la fois très calme.

J’ai (re-)trouvé une paix intérieure que j’avais perdu quelque part vers la mi-2018 avec le stress de la transition (pour celles qui n’ont pas suivi, j’ai arrêté définitivement mon e-commerce en septembre 2018 après presque 2 ans à travailler en « mix » entre le e-commerce et le coaching capillaire).

Arrêter cette activité était une vraie libération pour moi : c’est plus facile de vendre des produits physiques (accessoires, produits) mais pour moi qui ne croit définitivement pas dans les produits pour la pousse et qui suit une pure minimaliste, j’avais beaucoup de mal, en mon âme et conscience à inciter qui que ce soit a acheter des produits pour « la pousse » ou à avoir un énième coup de cœur pour un accessoire capillaire quelconque.

J’étais vraiment à des kilomètres de mon intégrité et c’était dur.
Alors arrêter, de ce point de vue, était simple (soulagement de l’âme)

Mais économiquement ?
C’est une autre histoire.
C’était 60% de mon chiffre d’affaire.

Je m’étais préparée, donc concrètement je n’ai pas été si impactée que ça financièrement.
Mais le stress (et la peur de faire l’erreur de ma vie) m’ont pas mal désaxée.

J’en ai déjà parlé mais sur les 3 derniers mois de 2018, j’ai vraiment sombré dans l’anxiété. C’était dur.

En 2019, je me suis remise, tranquillement.

(Je sais pas pour vous, mais moi le stress intense me reste dans le corps pendant des mois)

(La précédente fois où j’avais ressenti un combo stress/peur similaire était en quittant mon job en 2014. Et là aussi il m’a fallu quasiment 1 an pour me sentir à nouveau « moi-même » avec une certaine clarté mentale)

(Je suis une hypersensible, je vis les choses intensément 😅)

Fin décembre 2019 je me suis enfin sentie détoxifiée de tout ce stress.

Et là en janvier, en même temps que je plante toutes les graines de l’année de croissance la plus forte de ma vie (dans tous les domaines)(#sautquantique) je suis aussi un peu au ralentie.

Je savoure mon calme, mes idées claires, la « repossession » de mon corps et de mon esprit.

Voilà où j’en suis !

Et toi ? Raconte-moi ton état d’esprit en ce début d’année 🙂

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !

(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Obsession des cheveux longs

Commençons par des présentations.

Je m’appelle Maelle Cabarrus, je suis coach capillaire depuis début 2016, je
suis youtubeuse capillaire depuis 2010. J’ai commencé à faire des recherches
approfondies sur les cheveux crépus assez rapidement, dès le moment où je
suis devenue youtubeuse.

Ma motivation ne venait pas uniquement d’une envie de partager et de
faire les meilleures vidéos possible.

C’était aussi –et en grande partie- une
détermination de ma part à avoir les cheveux les plus longs et les plus beaux
possible
.

Un peu comme une revanche sur la vie, ou une tentative un brin
enfantine, de réparer toute la colère et le ressentiment que j’avais accumulé
envers mes cheveux en grandissant.

Parce qu’à ce stade de ma vie, je n’avais jamais eu les cheveux longs, ni
même particulièrement beaux.

J’étais une « négrès a chivé gréné» (comme on dit en
Guadeloupe « noire aux cheveux crépus ») et cette étiquette était chargée de
connotations négatives.

Les « chivé grénés » étaient ceux qui ne seraient jamais beaux, jamais longs,
jamais enviés.

C’était ceux dont il fallait « faire quelque chose », que ce soit via
des rajouts (qui vous valait des moqueries parce que c’était « chivé a léta » –
de faux cheveux qui ne t’appartiennent pas) ou des défrisages (qui venaient
avec leur lots de désagréments, entre les brûlures du cuir chevelu et la faiblesse
du cheveu qui subit ces traitement chimique continuels et devient affiné et
cassant.

J’ai eu mon premier défrisage à 9 ans et je me suis défrisé les cheveux
religieusement tous les 2 mois jusqu’à mes 19 ans.

L E VR A I   O B J ECT I F : S ’AIMER

Les dimanche après-midi à pleurer entre les jambes de ma mère parce que
j’avais tellement mal pendant le shampoing et la coiffure, ont été remplacés
par les larmes sur le visage alors que j’avais le cuir chevelu en feu mais qu’il
n’était pas encore temps de rincé.

J’ai porté des rajouts continuellement, en pointillé, de mes 5 ans à mes 23 ans.
J’ai fait mon dernier défrisage en août 2008, et mes derniers rajouts en janvier
2012.

J’ai tracé un trait dans le sable : plus jamais je ne renierais mes cheveux. Plus
jamais je n’irais chercher ma beauté « ailleurs ».

Ma position peut sembler
extrême et je tiens à la clarifier : je comprends parfaitement que l’on puisse
vouloir se défriser les cheveux ou alors porter des rajouts ou tissage sans que ce
soit pour « chercher sa beauté ailleurs ».

Mais dans mon cas, pendant toutes ces années, c’était le cas.

Et je pense que pour la majorité des femmes noires, encore de nos jours, c’est
aussi le cas.

Quand vous vous dites « c’est pour changer de tête » ou alors « juste pour faire
un break » qu’est-ce que vous dites, en réalité ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont fatiguant ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont ne sont pas assez ? (parce qu’on peut très
bien changer de tête sans changer radicalement de texture ou sans rajouter
de mèches).

Je pense que l’on toutes se poser la question pour vraiment guérir cette blessure
d’estime que vous portons en nous, femmes noires.
Pendant des générations et des générations nous avons été des biens meubles.
Notre féminité a été dévouée, niée, ou animalisée.
Pendant des siècles, nos cheveux ont été utilisés contre nous pour nous faire
croire que nous étions inférieures.

Et même si aujourd’hui ce n’est plus vrai, la blessure est toujours là. Nous n’avons
pas eu le temps de guérir, nous n’avons eu le temps de nous relever le menton,
nous regarder en face et nous célébrer. Célébrer notre valeur en tant femme
noire, notre valeur en tant que femme tout court et célébrer notre féminité.
Nos ancêtres étaient trop occupé à survivre au racisme systémique pour
s’occuper de leur blessure d’âmes (et tant mieux, c’est grâce à elle que nous
sommes là, aujourd’hui, PRÊTÉS et CAPABLES).

Mais nous, aujourd’hui, nous pouvons.

Et nous devons.

Mon travail est donc celui-là : j’ai guéri ma blessure d’âme et maintenant je
veux vous proposer de guérir la vôtre.
Et, si vous le voulez bien, vous accompagner dans ce processus.

LES SOUHAITS INAVOUABLES

Quand je parle de Crépus & Longs (et de mes programmes capillaires, plus généralement), je parle beaucoup de comment la transformation la plus profonde que l’on obtient c’est avant tout celle d’être remarquée et complimentée pour ses cheveux.

Etre tellement remarquablement belle que les autres ne peuvent pas s’empêcher de le remarquer c’est quelque chose qu’on ose rarement souhaiter (à haute voix)

La majorité d’entre nous avons du mal à admettre que nous voulons des cheveux beaux et longs (on va édulcorer tout ça en disant qu’on veut des cheveux en bonne santé).

Alors à plus forte raison admettre qu’on veut être admirée !
A plus forte raison admettre qu’on veut être belle aux yeux des autres !

Et je trouve ça tellement dommage !

On va se censurer jusqu’à la mort sur nos véritables envies parce qu’on a un jugement sur ce qui est « ok » de vouloir et sur ce qui est mal (égoïste, superficiel, mal-venu, narcissique, etc).

Vouloir de la reconnaissance ? C’est mal (égoïste, pas généreux)
Vouloir être regardée et admirée ? C’est mal (superficiel)
Vouloir être complimentée ? C’est mal (narcissique, superficiel)

Et alors on se balade dans la vie cahin-caha, en essayant de jongler avec les raisons officielles pour lesquelles on fait ce qu’on fait (on prend soin de ses cheveux juste pour la santé, on soigne sa peau juste pour l’hygiène, on fait du bon boulot juste par éthique) et les choses qu’au fond de nous on souhaite très très fort qui se produisent (nos cheveux deviennent ultra beaux, brillants, souples et longs, notre peau est éclatante et tout le monde nous demande si on a du fond de teint même quand on n’en a pas, on est la rock star de l’entreprise et tout le monde s’exclame sur l’excellent travail qu’on fait).

Mais j’ai découvert un secret il y a quelques années :

Rien de tous ces souhaits ne sont « mal ».
D’ailleurs, si on s’autorise à souhaite « officiellement » ce qu’on souhaite secrètement au fond de notre cœur, on peut commencer à y travailler sérieusement et….*gasp*  l’OBTENIR !

Je pense que nos désirs sont en nous pour une bonne raison. Toujours.
Et on ne sait jamais où ils vont nous amener.

Moi par exemple, je me suis longtemps jugée pour la reconnaissance et la validation que je voulais pour le travail que je faisais sur les cheveux crépus.
D’ailleurs, je ne me l’admettais pas du tout ! Ce secret honteux était caché tout au fond de moi.
Puis un jour, vers mi-2017, j’ai regardé ce besoin en face.

Je me suis dis « ok, je veux des compliments, des remerciements, des commentaires, des cœurs. Je veux que les gens adorent mon contenu gratuit, puis qu’ils achètent mes programmes payants et que là encore ils adorent et me remercient infiniment et en parlent à tout le monde autour d’eux tellement ils sont contents ».

Ce moment à été comme un cataclysme.

J’ai alors arrêté d’être timide sur les réseaux sociaux.
J’ai arrêté d’être timide dans ma façon de vendre et de présenter mon travail.
J’ai appris des tas et des tas de choses sur comment bien promouvoir son travail.

Et devinez quoi ?
J’ai reçu toute la reconnaissance que je voulais.
J’ai été COMBLEE de reconnaissance.

Aujourd’hui, grâce à ce fuel, j’ai pu aider des MILLIERS de femmes à se sentir plus belles, plus confiantes.
J’ai une équipe, des salariés. Des gens qui vivent de ce travail !

Sans cette reconnaissance de mon besoin de reconnaissance (ahah), ça ne serait jamais arrivé.

Et maintenant ?


Je suis ouverte à mes désirs suivants : mes projets pour cette entreprise sont MASSIFS.

Mais je ne pense pas que j’aurais pu embrasser pleinement cette phase de croissance actuelle de l’entreprise où laquelle je dois voir tellement plus grand que moi si je n’avais pas nourris mon besoin de reconnaissance.
J’aurais été beaucoup trop effrayée de laisser d’autres gens travailler avec moi : mon cerveau aurait flippé en mode « mais et si les gens oublient que c’est moi qui ai fait tout ça ? Et si les gens pensent que je suis nulle, fainéantes, une grosse capitaliste de merde qui fait semblant de vouloir aider les gens juste pour gagner plein de thune ».
J’aurait été en panique totale.

Mais je n’ai plus ce besoin de validation. Ce qu’on peut penser de moi n’a plus d’emprise.
Et comme par magie, je vais pouvoir impacter et aider ENCORE PLUS de femmes !

Tout ça parce que j’ai pris soin de nourrir et de combler mon besoin « honteux », sans m’en cacher.

Et toi ?


Quel est le besoin inavouable que tu caches au fond de ton cœur ?
Qu’est-ce que tu souhaite de tout ton cœur qui se produise, mais que tu aurais honte de poursuivre officiellement ?

Discutons-en !
Ton avenir en dépend 🙂

Bonne soirée
Maelle

RÉSOLUTION 2020 : S’aimer (encore) PLUS.

(Un aperçu du chemin)

Concrètement, quand on commence à s’aimer plus, s’estimer plus (grâce à un déclic quelconque), ça commence toujours par des premiers (petits) changements concrets. 
Moi, par exemple, ça a été quand j’ai eu 17 ans et que j’ai choisi de ne plus agoniser sur le fait d’être belle ou pas et d’apprécier plus le fait que j’étais intelligente, curieuse et passionnée. 

Ça aurait pu s’arrêter là. (c’était déjà génial)

Mais quelques années plus tard, j’ai eu envie d’aimer mon apparence physique.
Alors j’ai appris à me maquiller et à m’habiller.
J’ai appris à « être séduisante », à recevoir des compliments et à ne pas m’écraser complètement sous l’attention des gens. 

Ça m’a donné un énorme boost de confiance en moi.
Ça aurait pu s’arrêter là. 

Mais ensuite, j’ai eu l’intuition que je voulais probablement avoir des « gains » plus profonds que ceux qui ont trait à mon apparence physique (mon regard, celui des autres, etc.)

Et si je pouvais vivre le même apaisement, mais en interne ?
Au niveau de ma PERSONNALITÉ.

Au lieu de végéter sans fin dans mon canapé ou de faire des choses par défaut, il m’est venu à l’idée que je pouvais CHOISIR des façons plus heureuses d’occuper mon temps (oui, je partais vraiment de loin).

Au lieu de passer des heures le soir à revivre ma journée et à me sentir mortifiée par des choses que j’ai dites ou pas dites.
Mortifiée par des scènes où j’aurais voulu être différente. Qu’on me parle ou qu’on me traite différemment, que moi-même je m’exprime différemment.
Il m’est venu à l’idée que peut-être je pouvais AIMER qui je suis ? Et ACCEPTER qui je suis ?

Et aussi que je pouvais (peut-être) CHOISIR de m’exprimer et d’ÊTRE d’une façon qui allait me plaire ?

D’ÊTRE au quotidien quelqu’un que j’aime ?

L’idée semble folle (« on est qui on est ») 

Mais j’ai fait des changements.

Radicaux.

Et c’était EXALTANT.

Ça semblait fou et impossible et ça a été dur.

Pourtant, en 2020 c’est la meilleure résolution que je t’invite à prendre.

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Exister pleinement

Être réservée et retenue m’a confinée dans 1% de l’amour, de la joie et de l’épanouissement que le monde a à offrir.


J’étais une enfant timide, et jusqu’à mes 25 ans une adulte plutôt réservée et dans la retenue. J’ai développé cette retenue comme une bouée de sauvetage, comme un kit de survie.

Très tôt j’ai compris que ma personnalité « ne collait pas » et j’ai pris des initiatives : ne rien exprimer qui pourrait m’attirer des regards ou réactions désagréables, et même, commencer à faire semblant.


Parmi mes clientes et dans ma communauté, il y a BEAUCOUP de femmes réservées.

Et beaucoup de femmes qui font très attention à ce qu’elles vont dire et faire pour ne pas attirer l’attention et se retrouver dans des situations inconfortables.

Que les jugements soient positifs ou négatifs, on a simplement pris l’habitude d’éviter d’attirer les regards et les réflexions. C’est plus sûr.


Toutes les opinions non exprimées ?

Les blagues que l’on dit seulement dans sa tête ?

Les gens qu’on envoie chier en pensée, mais à qui on fait juste un pâle sourire pour qu’ils nous foutent la paix ?

Les projets ou tâches avec lesquels on se retrouve alors qu’on ferait du bien meilleur boulot sur le projet ninja ?


Toutes ces choses-là sont gardées pour nos proches. Nos très proches.
Ceux dont on est déjà sûre qu’ils nous aiment et nous acceptent telles que nous sommes.


C’est un fonctionnement qui… fonctionne. On évite les emmerdes.


Mais tu sais ce qu’on évite aussi ?

Les opportunités.

Le pur plaisir qui vient du fait d’EXISTER pleinement.  Le goût unique de la connexion humaine (ce qu’on ressent avec le petit cocon des gens qui nous connaissent ? Ce sentiment de sécurité est décuplé quand on EXPRIME pleinement son être avec TOUT LE MONDE).


En fait, se taire pour éviter les emmerdes et les interactions désagréables, c’est comme passer sa vie au sous-sol juste pour éviter les tornades et les ouragans.  Oui, on a évité les catastrophes.  Mais on a aussi évité les levers et couchers de soleil, les fleurs, le ciel et les nuages, croisé un champignon sauvage au détour d’une route, croiser des gens très beaux dans la rue, etc etc. Toute la beauté du monde, quoi.


C’est exactement ce que je ressens depuis que j’ai commencé à EXISTER pleinement. L’impression d’être sortie de ma cave et de découvrir toute la beauté que je ratais.


Et vous savez à quoi ça tient ?

L’amour de soi.  L’estime de soi.


Tu MÉRITES toute la beauté du monde.

Tu MÉRITES d’exister pleinement, dans toutes tes nuances.


#goforit #tulemerite #soistoimeme #lemondetattend

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le jugement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.

Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/