S’aimer tels qu’on est

Parler d’amour de soi et d’estime de soi dans le cadre du cheveu naturel, j’ai trouvé ça longtemps compliqué.

Je me suis d’ailleurs censurée pendant des années sur ce sujet par peur de brusquer ou de choquer.

J’ai toujours surtout voulu être cette personne qui vous aide à passer à l’action.

Qui donne des conseils pratiques et concrets, pas celle qui vous met mal à l’aise en disant des choses dérangeantes comme « aimer tes cheveux naturels fait aussi parti de ton amour-propre », « si tu ne t’aimes qu’en lisse, qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? »

Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec le sujet et surtout je me crois capable maintenant (vive la maturité !) d’en parler avec bienveillance.

De vous encourager à vous aimer toute entière avec bienveillance.

Mon point de vue est le suivant : le corps, notre corps dans lequel on vit, on doit pouvoir l’aimer de façon inconditionnelle. Exactement comme on aime son enfant.

Ça ne veut pas dire qu’on ne voudra jamais rien changer : ça veut dire qu’on changera parce qu’on s’aime et qu’on a envie d’autre chose, et non parce qu’on se déteste et qu’on ne peut plus se voir en peinture.

On pourrait se dire que ça ne change rien, si au final on choisit de faire un changement (perdre du poids, prendre du poids, changer de look, ou autre) mais en fait, la différence est *énorme*.

Quand on est dans un sentiment de rejet, dans une émotion négative, c’est très difficile de prendre une bonne décision -une décision qui sera bénéfique maintenant et sur le long terme.

On n’a pas l’esprit clair. Notre cerveau est en mode survie -> « danger ! Urgence ! » et est prêt à tout pour en sortir. Et on le sait : dans ce mode, nos capacités de réflexions sont diminuées.

En revanche, quand on part de l’amour, de l’acceptation, de la joie, on prend de bien meilleures décisions. Il n’y a pas d’urgence et surtout, notre cerveau est dans un état optimal pour utiliser toutes ses ressources et choisir la meilleure voix qui s’offre à nous.

De façon plus concrète : si vous faites un régime et du sport parce que vous aimez votre corps et vous lui voulez du bien, ce sera beaucoup plus facile de s’y tenir que si vous le faites parce que vous n’aimez pas votre corps.

C’est pareil pour les cheveux naturels : les soigner parce qu’on les aime est beaucoup plus facile, fluide et durable que les soigner parce qu’on n’en peut plus d’eux et qu’on a lu sur internet qu’ils allaient s’assouplir si on fait des soins.

C’est bien connu : quand on aime, on ne compte pas ! :)C’est un peu comme quand vous rendez service à un pote en vous sentant forcée : la journée de déménagement, va-vous casser le dos et vous allez biiiennn surveiller ce pote pour voir ce qu’il vous donne en retour. Et vous allez vous rappeler longtemps de cette journée d’effort fournie pour cet ingrat !

Par contre je suis sûr que vous avez déjà oublié tous les services rendus avec plaisir, même ceux qui vous ont coûté le plus d’effort. N’est-ce pas ?

C’est la raison pour laquelle je veux mettre l’accent sur cela : l’amour de soi. Avant toute chose.

Ça a changé ma vie et ça continue de la changer chaque jour.

Monter sur scène et inspirer les autres à changer leur vie

La création de mon entreprise

La création de mes programmes en ligne

Mon déménagement imminent dans une maison au milieu de nulle part

Je fais beaucoup de choses que beaucoup considèrent comme très difficiles juste par amour pour moi-même. Portée par mon envie de faire le meilleur pour moi-même et m’offrir le meilleur.

Et toi ? À quel point tu t’aimes ?

Nouvel article

Avoir une « main à cheveux »

Quand j’étais petite, j’entendais souvent cette expression et c’était presque quelque chose de magique : certaines coiffeuses avaient une « bonne main » et nos cheveux poussaient quand c’était elles qui nous tressaient.

Est-ce que vous avez déjà entendu cette expression ? (c’est peut-être typiquement Guadeloupéen ?) Bref. A priori, je suis quelqu’un de très rationnel et je ne « crois » pas à ce genre de chose. Pourtant, il y a quelques années, j’avais commencé à utiliser cette expression dans mes vidéos youtube. J’avais remarqué qu’en fait, il y a une bonne façon de manipuler les cheveux, tout simplement, qui fait qu’ils ne se cassent pas.

Et effectivement, certaines personnes semblent avoir ce doigté naturellement. Moi, en revanche, j’ai dû l’acquérir : apprendre concrètement à « toucher » mes cheveux correctement.

Ça a été comme un déclic en fait !

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Lors de mon retour au naturel en 2009, j’avais un peu de mal avec la question des cheveux au quotidien. Au début, c’était parce qu’ils étaient courts. Mais même après avoir atteint la longueur des aisselles, je ressentais souvent le besoin de faire des tresses au moins à l’avant de ma tête pour me faciliter la vie au quotidien. Et je remarquais bien que ce n’était pas idéal pour ma pousse (parce que pendant que je faisais les tresses, j’avais des cheveux qui se cassaient) mais je ne savais pas comment faire autrement. En revanche, j’ai commencé à remarquer que les fois où j’avais la flemme de faire un léger démêlage aux doigts en faisant mes nattes du soir, ma coiffure du lendemain allait beaucoup plus vite. (c’est toujours par hasard qu’on découvre les meilleures choses !)

Et donc j’ai commencé à creuser cette piste. Et j’ai effectivement remarqué que le moins je passais les doigts dans mes cheveux, le mieux c’était pour eux. J’ai donc commencé assez naturellement à faire attention à mon doigté. A l’époque, dans mes vidéos sur youtube, je parlais de s’entraîner à avoir une « main à cheveux ». Je ne savais trop comment le décrire autrement et j’avais bien du mal à expliquer en mot (et même à montrer à la caméra) de quoi il était question.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Ce n’est qu’en 2016 que j’ai eu la « REALISATION » (le AH-HA moment comme dirait Oprah). Je faisais un atelier « test » avec quelques-unes de mes copines (c’était avant que je ne lance officiellement mon offre de coaching et ateliers publiquement, je voulais m’entraîner) et dans la partie « questions /réponses » elles ont mentionné que leurs cheveux n’étaient jamais hydratés juste après un soin. Et en leur demandant de me montrer les vanilles/nattes qu’elles faisaient après un soin, j’ai compris ! Ça a été comme une vitre qui se brise, comme un bouchon qui saute, comme, je ne sais pas… d’un seul coup j’ai réalisé : mais c’est la manipulation ! Tu ne caresses pas correctement tes cheveux, donc ils ne prennent pas les soins, ils ne prennent pas l’hydratation et ils sèchent « mal » (c’est-à-dire qu’ils sèchent en s’asséchant au lieu de sécher en absorbant l’hydratation) !

À ce moment-là j’ai tout de suite fait une série de vidéos là-dessus sur Youtube. L’atelier était fin février, la série de vidéo sur la manipulation a été réalisée en mars. 2016.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

On est plus de 2 ans plus tard, j’ai animé des dizaines et des dizaines d’ateliers, j’ai coaché en 1 :1 largement plus de cinquante personnes et près de 800 personnes dans mon programme en groupe Crépus & Longs. Et dans tout ce travail, grâce à ce moment de fin février 2016 où j’ai eu mon illumination, j’ai toujours axé les choses sur la manipulation et c’est ce qui apporte (avec le bon calendrier de soin) un maximum de transformation capillaire ! Et forcément, quand on fait quelque chose à fond et continuellement, on approfondit, on améliore. On va plus loin.

🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹🔹

Le programme Crépus & Glam, c’est moi, allant plus loin 🙂 6 semaines dans lesquelles vous allez non seulement tout apprendre, en profondeur sur la manipulation des cheveux (réduire drastiquement la casse en utilisant la méthode du mèche à mèche) mais aussi sur le doigté très particulier à acquérir pour devenir une personne qui *maîtrise* les cheveux crépus en toutes circonstances.

https://buff.ly/2L6KMcq

Nouvel article

Anecdote et amour des cheveux

Je lis dans les cheveux (si, si)

J’ai eu cet échange avec une cliente : [Moi, regardant et touchant ses cheveux] « Est-ce que tu as fait de gros changements dans ton hygiène de vie ces.. 6 derniers mois environ ? »

[Cliente, cherche mon regard dans le miroir, l’air complètement choqué] « TU PEUX VOIR ÇA SUR MES CHEVEUX ?? O_0 » 😂🤣😂Et elle m’explique qu’après avoir commencé à appliquer ma méthode en septembre dernier, les résultats ont été immédiats sur ces cheveux (moins de casse, gain de souplesse, prise de longueur). Du coup, elle a commencé à s’aimer plus, à vouloir prendre plus soin d’elle… et gros déclic : reprise du sport et mise en place d’une alimentation ultra saine. Et ça dure depuis… 6 mois ! 😀#imjustthatgood #monegoestflatté

Donc oui, je « lis » dans les cheveux, vous ne pouvez rien me cacher 😀Et surtout, j’ai kiffé cet échange parce qu’il me confirmait une fois de plus que c’est bien réel : quand on transforme sa chevelure et que l’on change son regard sur ses propres cheveux crépus (non, ils ne sont pas moches, impossibles à gérer et condamnés à être courts) c’est tout naturellement qu’on commence à s’aimer plus (plus d’estime de soi, plus d’amour-propre et donc moins de comportements « destructeurs »).

Et finalement, ce n’est pas étonnant : le stigmate est tellement fort, le préjugé de la société sur nos cheveux est tellement négatif, que forcément, quand on arrive à effectuer l’exploit de se détacher du stigmate, regarder nos cheveux et les trouver beaux, on se libère. C’est comme un brouillard qui se dissipe et qui révèle que tout autour de nous nous poussent à nous trouver 1000 défauts (trop grosse, trop d’acné, trop de cellulite, taille pas assez fine, cheveux trop crépus, cheveux pas assez longs, pas assez doux, pas assez « professionnels », pas assez lisse, peau trop foncée, etc etc.).

(En particulier quand on est une femme noire)

Et on est censé, bien sûr, acheter un million de produits pour remédier à tous nos « problèmes ».

On se convainc même que plus on regarde nos « défauts », plus on se critique, mieux c’est. Parce que ça signifie qu’on « prend soin de soi », qu’on ne « se laisse pas aller ».

Mais vous savez quoi ?

C’est tout l’inverse.

Plus on se critique, plus on se trouve de défauts, plus on les regarde avec obsession dans le miroir, alors moins on prend soin de soi. On n’est pas motivée. On démarre un traitement par-ci, un programme par là, mais on n’arrive pas à s’y tenir. On se dit que les résultats tardent à venir, qu’on n’y arrivera pas, que ça ne sert à rien et petit à petit, on abandonne.

Et vous savez ce qui se passe quand on arrête de se critiquer ? Quand on comprend que le regard qu’on porte sur nous-mêmes n’est PAS objectif, quand on comprend que ce ne sont pas NOS yeux qui regardent, mais le regard collectif d’une société qui a décidé à l’avance de ce qui est beau, alors on peut respirer.

Fermer les yeux.

Et les rouvrir.

Et cette fois se regarder vraiment.

Et s’aimer.

Et par conséquent, se vouloir du bien.

Et tout naturellement, on *veut* manger sainement. On *veut* faire du sport régulièrement, on *veut* soigner sa peau et ses cheveux.

Et un jour, en plus de s’aimer, on se trouve belle.

Nouvel article

Les cheveux et la porosité

Vous le savez forcément : la porosité c’est LE sujet à la mode ces dernières années dans la sphère capillaire.

Il faudrait absolument connaître sa porosité si on veut BIEN s’occuper de ses cheveux.

De mon point de vue, ce n’était rien d’autre que l’obsession du moment et je l’ai ignorée de la même façon que j’ai ignoré toutes les « obsessions du moment » du monde capillaire.

En 2011 c’était le No-pooEn 2012-2013 c’était les coiffures protectrices (toutes sortes de challenges coiffures protectrices !)

En 2013-2014 c’était la maximum hydratation method

En 2015-2016 c’est devenu la porosité

Et je suis sûr qu’il y en a eu d’autres depuis, mais pour être tout à fait honnête : j’ai arrêté de regarder.

Je me concentre à 100% sur la méthode ALaFolie depuis 2016 et surtout : ma fascination pour les cheveux a changé. J’ai un intérêt scientifique pour les cheveux et un intérêt entièrement tourné vers la pédagogie et l’efficacité. Et mes heures passées sur les réseaux sociaux ne sont tout simplement plus tournées vers la beauté (cheveux, maquillage ou autre).

J’aime les cheveux crépus. J’aime les résultats : pour moi et pour mes clientes. Et il est évident pour moi que les résultats viennent de :

1 – Choisir une méthode qui nous VA (qui correspond au style de coiffure que l’on veut porter, au temps que l’on veut consacrer à ses cheveux et aux résultats long terme que l’on souhaite obtenir).

2- S’y tenir !J’ai arrêté de compartimentaliser les choses, arrêté de poursuivre une nouveauté par-ci et une nouveauté par-là et mes cheveux me le rendent bien. Je privilégie une méthode globale. Et ça change tout.

Comme vous le savez déjà (peut-être), je travaille sur ma méthode (méthode ALaFolie) depuis 2012. En 2014, elle a commencé à prendre sérieusement forme et c’est seulement en 2015 que j’ai pu connecter les points et transformer les différents « compartiments » de l’entretien des cheveux crépus en une vraie méthode globale qui permet de tout avoir :

1/ Parvenir à se coiffer sans difficultés

2/ Parvenir à garder ses cheveux hydratés et souples

3/ Parvenir à limiter leur casse et à les faire pousser

4/ Parvenir à réaliser des coiffures à l’esthétique satisfaisante (se sentir belle, quoi).

En approchant chaque problème individuellement, on a l’impression d’être dans une course sans fin, on ne parvient jamais à tout obtenir et on finit par laisser tomber. La frustration finit par l’emporter. L’intérêt d’une approche globale, c’est qu’elle va se placer au-dessus de toutes ces préoccupations pour vous proposer une solution qui délivre directement les résultats attendus. C’est pour cela que je ne suis jamais « fatiguée » de mes cheveux. Je n’ai jamais besoin de pause, parce que tout coule de source.

Quand j’ai réalisé que tout était lié, et qu’en réalité on pouvait bel et bien tout avoir en emboîtant bien toutes les cases, j’ai commencé à penser ma méthode plutôt comme un système. Un système complet composé de méthodes de soins et de manipulations visant in fine une extrême satisfaction capillaire.Tout ce que je crée autour des cheveux crépus est entièrement basé sur ce système et j’ai conçu les fiches routines ALaFolie pour vous permettre de vous initier à cette façon d’aborder ses cheveux naturels.

Vous y trouverez des fiches explicatives détaillées pour vous accompagner de A à Z dans la mise en place de la routine capillaire qui vous permettra d’avoir des cheveux crépus doux et souples, ainsi qu’un guide détaillé pour vous permettre de sélectionner au mieux parmi les produits que vous avez déjà pour l’élaboration de cette routine.

On trouve également dans ce guide des recettes maison si vous préférez cette option. Cliquez ici pour choisir votre routine ALaFolie : https://buff.ly/2HKqSQD

Nouvel article

Et si tu osais t’aimer follement ?

J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.
Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).
J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

Lire la suite

Vos questions : Comment rendre les cheveux crépus plus souple ?

Réponse à un problème très fréquemment posé en commentaires : « mes cheveux sont très très crépus, j’aimerais pouvoir les assouplir sans passer par le défrisage. » En plus des soins spécifiques qui assouplissent ponctuellement les cheveux, j’explique surtout comment les assouplir durablement.

Lire la suite

Résoudre le casse-tête des produits capillaires (guide gratuit)

quels-produits-utiliser-misscamelle-alafolie

Téléchargez le guide gratuit en cliquant ici : http://eepurl.com/bVrGXz

Il y a quelques années, trouver des produits adaptés pour les cheveux crépus était une vraie mission. Aujourd’hui, il y en a tellement qu’on ne sait plus ou donner de la tête. En plus, entre les shampoings hydratants, clarifiant, protéinés, les sérums, les laits, les crèmes et autres sprays, on ne sait vraiment plus ou donner de la tête. Quels produits utiliser et à quel moment ? Lesquels sont réellement indispensables ? Lire la suite

Ôde à la discipline !

Qui ici kiffe être discipliné(e) au quotidien ? 

Bonjour, je m’appelle Maëlle et j’adore être disciplinée.

Mais alors je considère que c’est une super bonne habitude donc je la garde !

Pendant des années et des années je tirais ma satisfaction, mon plaisir quotidien, dans la glande. J’étais la reine des glandeuses : des heures (parfois de jours)(oui oui) dans mon canapé, devant la télé ou devant des séries sur mon ordi.

Et ce n’était pas un petit plaisir que je m’octroyais de temps en temps (si seulement ) : c’était tout mon temps libre, tout le temps. Lire la suite

Dépasser ses blocages mentaux

En ce moment je lis ce livre (en photo) : The big leap, par Gay Hendricks
Hyper intéressant puisqu’il traite des ULP : upper limit blocks.
(Pourrait se traduire par « blocage au plafond » ou blocage liés à la limite supérieure).
L’idee est la suivante : nous sommes tous habitués à un certains niveau de bonheur et de bien-être (qui vient en général de l’éducation, du milieu dans lequel on a grandit). Et quand on atteint ou dépassé ce niveau de bonheur, on a tendance à s’auto-saboter.

Lire la suite

prendre du temps pour soi, au milieu de la tempête !

Quand tes déjà en retard pour ton bilan 2017, mais que tu « voles » quand même du temps de promenade ensoleillée au bord de Seine 😅

#viedentrepreneure #adminwork#putainmaisquelcauchemar

Je procrastine ce bordel depuis plus d’un mois (en fait j’en fait un tout petit peu chaque jour et j’avance à rythme d’escargot) et mon comptable n’en peux plus de moi ! J’aimerais avoir quelque chose de super positif et optimiste à dire, mais en fait non. Même quand on fait tout son possible au quotidien pour vivre la vie ses rêves, il y a des tâches de merde qui font vraiment vraiment chier. Lire la suite