Cheveux en bonne santé : comment je gère mes pointes

Je suis fascinée par la façon dont les « pointes » sont un sujet épineux et important.

Un sujet pris très au sérieux même par les personnes qui ne sont pas particulièrement fans de leurs cheveux. On trouve plusieurs écoles :

Ceux qui font attention à la lune pour couper, ceux qui vont méthodiquement couper leurs pointes tous les 2, 3, ou 4 mois.

Ceux qui vont couper au toucher (en repérant rapidement le moment ou les pointes ont un aspect « broussailleux » et un toucher un peu rugueux, un peu sec.

Moi ?

Je suis encore et toujours de celles qui considèrent que les cheveux sont :

1/ Avant tout une question d’esthétique (donc tant que mes cheveux sont beaux, tout va bien)

2/ Une question de représentation, d’identité (mes cheveux font entièrement partie de moi)(mais laissons ce point de côté pour l’instant)

Comme je ne suis préoccupée que par la beauté de mes cheveux, je suis *a priori* imperméable aux règles toutes faites. Imperméable à « ce qu’a dit le coiffeur ».

Depuis le début de mon aventure capillaire, je n’ai suivi que ce qui faisait sens pour moi.

En l’occurrence, les pointes : ça n’a de sens pour moi de les couper que si elles sont moches ou si elles sont une entrave à la pousse de mes cheveux. La raison avancée habituellement pour couper les pointes est souvent les fourches. Si les cheveux sont fourchus, alors tout est foutu, ils se cassent, ils sont moches.

Je suis en partie d’accord avec ça (trop de fourches entraînent la casse) mais en même temps, je suis aussi très consciente que les cheveux crépus vont faire naturellement beaucoup de fourches. Et pas seulement aux pointes : on en trouve aussi partout sur les longueurs, c’est inhérent à la forme de la fibre capillaire qui n’est pas « ronde » pour nous comme pour les cheveux lisses.

J’ai déjà analysé mes cheveux de près : j’ai des fourches un peu partout. Tout au long de la fibre. Et ce depuis toujours. Et ça n’a jamais empêché à mes cheveux d’être beaux. (Et ça ne les a pas empêchés de pousser non plus)

La réalité est que cette coupe systématique des pointes est très cohérente sur des cheveux lisses sur lesquelles les fourches et les longueurs inégales se *voient* immédiatement (et ce n’est effectivement pas joli-joli). Mais sur des cheveux crépus ? Bof. Les longueurs inégales ne sautent pas aux yeux, les fourches non plus.

Alors voilà mon fonctionnement et mon raisonnement : Les nœuds entravent la pousse de mes cheveux donc je les porte de sortent à ce qu’ils en forment le moins possible. Et quand il y en a, je les coupe aux ciseaux.

Les fourches trop nombreuses aux pointes entraînent la formation excessive de nœuds. J’évite le problème en ayant une excellente routine de soin qui rend mes cheveux ultras solides et en coupant toujours mes nœuds avec une bonne paire de ciseaux (une immense quantité de fourches se créent aux pointes parce qu’on a tendance à arracher les nœuds).

En somme : je ne coupe jamais mes pointes, par contre, je coupe toujours mes nœuds.

Et tout ça tient bien en place grâce à ma routine de soin. (Quant aux fameuses pointes « broussailleuses », mon expérience m’a appris que c’est presque toujours circonstanciel : 4 semaines de la bonne routine de soin, une bonne séance d’hydratation, et ça repart comme en l’an 40 !)

Bonne soirée🥰

____

Mes guides gratuits 

Guide d’achat de produits :  https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

Guide beauté et estime de soi : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Guide twist-out parfait : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *