Articles

Séance d’atelier virtuel

Aujourd’hui, je voulais vous parler de l’élément le plus puissant de mes programmes

C’est le plus puissant et c’est aussi celui qui vous rend le plus perplexe et pour cause : les cheveux c’est très manuel, comment est-ce que tu peux nous aider vraiment à distance, Maëlle ?

C’est une interrogation tout à fait normale et je comprends. Je vais essayer de vous expliquer comment et pourquoi je peux totalement vous aider à distance, mais le plus parlant sera encore que vous voyiez par vous même.
Je vous montrer donc le replay d’un Atelier en ligne qui à eu lieu il y a quelques semaines avec 30 membres du programme. (Pour celles qui n’ont pas pu se connecter le jour J, il y a le « replay »).

Voilà donc le lien l’atelier « manipulation et tressage » : Lien vers la vidéo

Le moment le plus intéressant (et le plus parlant pour vous) est celui  ou Danielle m’indique que ses nattes à elles sont toujours difficiles à défaire parce que ses cheveux ne sont pas tous de la même longueur.
(Ça se passe à 1h00min40s, la vidéo s’ouvrira sur ce moment-là)

J’identifie tout de suite que le problème n’est pas celui qu’elle pense, mais pour l’amener elle à en prendre conscience et à aborder le problème sous le bon angle, je lui pose quelques questions très précises.
Ses réponses me confirment ce que je sais déjà, mais surtout, ça lui met à elle la puce à l’oreille et ça me permet de commencer à lui expliquer la bonne méthode de façon fluide.

(Je suis extrêmement convaincue que si on commence à répondre de but en blanc « non tu as tord, voilà ce qu’il se passe en réalité avec tes cheveux » alors on n’obtient rien. La personne se braque. Et mon but est de réellement faire une différence. Que vous quittiez mes ateliers avec de vrais changements qui facilitent votre vie capillaire)

La séquence dure une quinzaine de minute : j’ai pu identifier le vrai problème, l’expliquer (dans la théorie) et démontrer sa résolution (dans la pratique).
Et tout cela sans jamais voir ses cheveux (mais en réalité je les visualise très bien dans ma tête).

J’ai fait énormément d’ateliers en présentiel ainsi que des rendez-vous de diagnostics capillaires. J’ai non seulement vu et manipulé des centaines de chevelures, mais j’ai aussi eu des discussions approfondies avec les propriétaires de ces chevelures (en 2h on s’en dit des choses).  

J’ai vu à maintes reprises la différence qu’il peut y avoir entre ce que vous me dites de vos cheveux, et la réalité.

Et à force de voir la différence, je peux maintenant l’identifier simplement en vous écoutant parler. Parfois, j’aurais besoin de plus d’informations, mais en général, en quelques questions, on peut déjà débloquer pas mal de choses.

Je sais maintenant repérer les « tics » de langage que l’on a autour des cheveux. Les choses que l’on croit vraies et que l’on croit « couler de source » (et que l’on dit donc comme des évidences). Je sais les repérer et je sais les résoudre.

Et j’adore faire ça 🙂
J’adore ces séances d’atelier, que ce soit en réel, ou en virtuel.

La grande qualité du virtuel c’est que personne n’a besoin de prendre le train ou l’avion 🙂

3 actions simples qui vont transformer tes résultats

Ca y est !
La 3e et dernière vidéo de la série est en ligne !

Cette fois, on parle ACTION.
Quelles sont les 3 premières étapes ridiculement simples à mettre en place pour démarrer sa transformation ?

Comme hier, c’est contre-intuitif et pourtant : ce sont les VRAIS piliers d’un changement profond et durable.

D’une parfaite harmonie avec soi-même : notre beauté, nos cheveux, notre place dans le monde (en tant que femme noire).

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Les 5 obstacles qui se dressent entre nous et la chevelure de nos rêves

Comme promis , voilà la 2e vidéo de la série « BELLE ET PUISSANTE GRACE A SES CHEVEUX NATURELS »

Cette vidéo est importante pour moi parce qu’on y parle de tous les freins qui nous empêchent d’embrasser pleinement la meilleure version de notre chevelure.

Je vous y raconte aussi comment moi, j’ai personnellement surmonté ces obstacles et pu apprécier MA beauté, dans tout ce qu’elle a de spécial et d’unique.

On sort CLAIREMENT des sentiers battus avec cette vidéo et je suis à peu près certaines que 4 de ces 5 obstacles vont vous faire lever un sourcil (mais au fond de vous, vous saurez qu’ils sont d’une puissance monstre et que ça vaut le coup de les regarder en face).

S’il n’y a qu’UNE vidéo à regarder c’est bien celle-là !

Parce que les obstacles sont rarement ceux qu’on croit, et ce sont bien ces obstacles invisibles qui font le plus de dégats.

PS : En l’honneur des inscriptions prochaines du programme Crépus & Longs (c’est VENDREDIIIIIii ^_^ !!!!) (mon extraordinaire programme capillaire : numéro 1 en France tant dans le nombre d’élèves, la qualité de l’expertise transmise et dans les résultats) Je vous offre un de mes plus récents ebook CONFESSIONS D’UNE COACH CAPILLAIRE, Les secrets de la pousse des cheveux crépus.

Téléchargez-le gratuitement aujourd’hui et EN PLUS vous serez sur la liste d’attente pour l’ouverture des inscriptions à Crépus & Longs ! Il y a des cadeaux et des réductions que je réserve EXCLUSIVEMENT à mes insiders !

EBOOK SECRETS DE POUSSE : https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recuperer-mon-ebook-secrets-de-pousse/

Les 4 plaies du perfectionnisme

 Archive 2019



2 événements de cette semaine me viennent à l’esprit, qui, même si sur le papier ils semblent différents, m’amènent finalement à la même conclusion : le perfectionnisme c’est vraiment une plaie !

Oui, je sais j’en ai déjà beaucoup parlé et si vous me suivez depuis un moment, vous savez probablement déjà que l' »imperfectionnisme » est mon motto.

Je continue d’en parler parce que c’est important.
Et en particulier parce que je sais que beaucoup d’entre vous d’entre vous êtes des perfectionnistes et même : beaucoup d’entre vous en sont fières (alors que c’est probablement le plus gros boulet à votre pied qui vous empêche de réaliser vos aspirations)

J’en sais quelque chose, je suis une perfectionniste – en rémission.

Et malheureusement beaucoup d’entre vous pensent que ma réussite entrepreneuriale est le RÉSULTAT de mon perfectionnisme.
Alors que c’est le contraire : je n’aurais JAMAIS construit cette entreprise (avec aujourd’hui une équipe de 6 personnes en tout, 7 si on compte mon développeur qui ne fait que des missions occasionnelles) si je cédais à mon perfectionnisme.
Si je cédais à cette attitude de :

  • Faire attention à mon « apparence » (Je ne parle pas tant ici de beauté, mais de « ce que je renvoie comme image »)
  • Faire attention à ce qu’on pense de moi et de mon travail
  • Faire attention à « faire les choses bien »
  • Faire attention à ne pas décevoir les gens (que ce soit mon équipe, mes clientes, mes prestataires, ma famille)


Ces 4 points là-haut ?
À chaque fois que quelqu’un les évoque, c’est soit avec fierté quand la personne parle d’elle-même, soit avec inquiétude et un ton un brin condescendant quand elle est en train de donner des conseils aux autres (« non, mais je dis ça pour toi, parce que quand même… »)

Mais mon Dieu c’est tellement FAUX ! C’est tellement faux de croire que la réussite se trouve derrière ces 4 points…

Et vous savez quoi ?
Je comprends la confusion.
Parce que quand on respecte ces 4 points scrupuleusement, il n’y a pas grand-chose qui dépasse.
On dérange peu de monde, on échoue peu, on ne déçoit personne.
Et c’est normal : on ne fait RIEN. Ou du moins, on ne fait que ce qui est confortable, que ce qu’on MAÎTRISE. Que ce qu’on est CERTAINE de réussir à l’avance.

Sauf que rien de SUPER ne naît jamais de cette attitude.
Avec cette attitude, on se construit au mieux une vie sympa.
Avec cette attitude on ne réalise pas ses rêves, on ne s’accomplit pas, on ne crée RIEN qui va faire une VRAIE différence.

Et je trouve ça dommage.
Dommage parce que souvent, ceux qui ont cette attitude sont des personnes POTENTIELLEMENT exceptionnelles.
Des personnes qui ont la capacité, peut-être, de créer des choses incroyables.
Mais on ne le saura jamais…

J’ai donc 2 choses à vous dire :

  1. La réussite se trouve derrière de multiples échecs, de multiples « non » et de multiples situations dans lesquelles on aura été ridicule : c’est comme ça que ça marche !

Quand je pense au programme Crépus & Longs, je suis sûr le cul : en 2 ans et demi d’existence il y a eu 936 participantes (en ne comptant que celles qui ont vraiment suivi jusqu’au bout, pas toutes celles qui ont acheté).

Ce programme n’est pas parfait et d’ailleurs, dans quelques jours je vais ouvrir les inscriptions à la Nouvelle Edition du programme Crépus & Longs, transformé et amélioré grâce aux feedbacks et au développement de mon expertise.

En 2 ans et demi, je ne compte plus le nombre de remerciements, le nombre de chevelures complètement transformées, le nombre de FEMMES et de VIES transformées (vous n’imaginez pas ce que la confiance en soi peut faire : c’est un super pouvoir).
C’est extraordinaire. Ma plus belle création.

En 2 ans et demi, je ne compte pas le nombre de critiques. Le nombre de mails en colère à cause d’un atelier annulé. Le nombre d’insultes, de crises de colère de celles, frustrées, qui mettaient plus de temps que les autres à avoir des résultats.

Il y a biieeennn plus de la première catégorie que de la seconde.

Mais avec l’attitude des 4 points plus haut ?
J’aurais accordé plus d’importance aux critiques qu’aux louanges et j’aurais arrêté.

J’aurais arrêté juste après avoir commencé, même (probablement avant, en anticipation).
Et combien de personnes j’aurais aidées ?
Combien de chevelures auraient été transformées ?
Combien de vies impactées ?
Et/ou j’en serais, moi, dans la vie, avec cette attitude ?

Très loin de ma vie rêvée, je vous le dis.

  1. Ne pense pas que ça ne vaut que pour l’entrepreneuriat, pitié. Ça vaut pour tout, absolument tout. Je ne sais pas quel désir tu berces au fond de ton cœur, mais je peux t’assurer que tu ne le réaliseras pas en restant bien sagement dans ta zone de confort. Accepte la critique, accepte l’imperfection, accepte de décevoir/gêner/heurter certaines personnes. Sinon, tu peux toujours attendre un miracle…
  1. Et si tu décides de ne pas. Si tu choisis la zone de confort, cool. Mais alors s’il te plait. Est-ce que tu peux foutre la paix aux autres ? Ne pas devenir une voix de plus que quelqu’un va devoir s’évertuer à ignorer sur son chemin déjà difficile vers ses rêves ?


Ne te fourvoie pas. C’est dur. C’est dur pour tout le monde.
Les raisons pour lesquelles tu as peur d’y aller, la personne qui y va y a pensé aussi. Elle a juste décidé de le faire quand même, d’endurer.

Alors s’il te plait, vraiment, si tu n’as rien de positif à dire, ne dis rien.
(Cette dernière phrase est dédicacée à l’entourage des aspirants entrepreneurs, aspirants graveurs de montagne, aspirants rêveurs fous)

(Et bien sûr à toutes mes clientes : merci pour vos critiques hein. Parfois elles sont dures et injustes, parfois elles sont constructives. Je choisis d’utiliser l’ensemble comme un moteur. Merci ❤️ ❤️ ❤️  )

Bises à vous
Bonne soirée,
Maelle

Inconfort capillaire

Hello hello,

Depuis quelques années en France (et dans le monde !) la proportion des femmes aux cheveux crépus portant leurs cheveux au naturel a explosé.

Pourtant beaucoup de femmes aux cheveux crépus naturels ont des difficultés à manipuler leurs cheveux. Les activités relatives à ces derniers sont source d’inconfort, de pénibilité, de sensation désagréable et elles ont du mal à réaliser des coiffures satisfaisantes. Les cheveux crépus sont des cheveux au comportement très particulier qui nécessitent une approche radicalement différente de celle appliquée à un cheveu plus « conventionnel » (typiquement lisse ou ondulé par exemple), que ce soit en termes de soin, d’entretien ou de coiffure. Avoir des cheveux crépus naturels (c’est-à-dire non traités chimiquement) appelle des méthodes, accessoires, outils et produits spécifiques. Si on leur applique des méthodes et des points de vue d’autres types de cheveux, il est normal qu’on aboutisse à des situations frustrantes.

Or le soin, l’entretien et la coiffure des cheveux naturels sont des activités qui s’imposent dans le quotidien de la plupart des femmes. Parmi ces moments récurrents typiques où on se retrouve à devoir s’occuper de nos cheveux, on retrouve :

Réaliser ses coiffures du jour. 10 min à 45 min

Se laver les cheveux, faire un shampoing. Toutes les 1 à 4 semaines

Subir un traitement capillaire chez le coiffeur (soin, lissage, coiffure, etc.) / Réaliser des coiffures longue durée (tresses, nattes, etc.). Plusieurs fois par an etc.

Ne pas être à l’aise avec la manipulation de ses cheveux et ne pas savoir se coiffer, c’est alors s’exposer à de l’inconfort et à des désagréments sur ces activités capillaires de manière récurrente. C’est accumuler de la frustration et du stress avant même d’avoir quitté son chez-soi. Et à mesure que le temps passe, la chevelure devient de plus en plus terne, elle stagne en longueur et on finit par désespérer de nos cheveux.

Si les difficultés que l’on rencontre avec nos cheveux n’avaient des conséquences que sur leur état et leur apparence, ce ne serait pas grave. Mais quand on n’est pas satisfait de l’apparence de nos cheveux, on se sent également moins en confiance : une partie de notre être qui aurait dû être un atout dans notre vie devient un handicap. Nos cheveux deviennent alors une source de complexe qui impacte notre morale et qui diminue notre capacité à faire face aux challenges du quotidien. La situation peut être d’autant plus frustrante qu’on a l’habitude de fournir un certain type d’effort et d’investir du temps et de l’argent dans l’amélioration de notre situation capillaire. C’est le cas par exemple lorsqu’on est une grande consommatrice de produits capillaires et qu’on continue malgré tout à avoir des problèmes de sécheresse, que l’on a des cheveux qui ne poussent plus et qui stagnent en longueur.

Mais alors que faire ? Comment faire la paix avec ses cheveux ? Comment atteindre un stade où l’on se sent belle avec ses cheveux, grâce à eux ? On en parle dans un prochain mail ! En attendant, parlez-moi de vos frustrations capillaires : quel « moment capillaire » vous frustre le plus ?

A très bientôt

Maëlle

Pas de solution miracle

Au fond de mon lit avec une migraine pour laquelle j’ai déjà pris beaucoup trop de médicaments (je n’ai plus d’huile essentielle de menthe poivrée), je me suis d’un coup rappelé d’un échange que j’ai eu avec une cliente sur facebook il y a quelques semaines et j’ai réalisé que probablement, la façon dont j’ai clarifié les choses avec elle n’était surement pas claire pour tout le monde.

(Si ça l’était, cet incident -que je te raconte plus bas- ne se serait sûrement pas produit, d’ailleurs)

Alors, allons-y :

Je ne suis pas dans le business de solution miracle.

Ça ne m’intéresse pas et ça ne m’intéressera jamais.

Je crois l’avoir déjà dit, mais ça a surement besoin d’être redit : je ne crois pas dans les pilules, gélules, ampoules et autres simagrées pour cheveux.

Ce n’est pas tant que je pense que ça n’a aucun effet, c’est surtout que je SAIS que la majorité des personnes qui achètent ces choses-là les achètent comme une sorte de baguette magique pour beaux cheveux.

Et je sais que la véritable « baguette magique » pour beaux cheveux crépus naturels, c’est l’apprentissage.

SAVOIR s’occuper de ses cheveux, AIMER et ACCEPTER pleinement ses cheveux, ça donnera toujours 1000 fois plus de résultats que toutes les gélules, pilules et élixirs du marché réunis.

Alors quand on vient chez moi, on vient parce qu’on est prêt à apprendre.

Parce qu’on a dépassé sa phase « j’attends un miracle » et qu’on a envie de vraiment s’y mettre.

Je m’attends à ce que la personne qui a intégré un de mes programmes le sache et soit vraiment prête à s’y mettre. Auquel cas, je suis vraiment prête à aider.

C’est donc tout naturellement que j’ai proposé une aide plus poussée (gratuitement) à une cliente du programme Crépus & Longs qui ne parvenait pas à « rentrer dedans » par elle-même et se plaignait d’avoir « perdu son argent » (avec cette phrase j’aurais dû déjà me douter de la suite… mais bref)

On passe donc du temps ensemble, en visioconférence (ce qui n’est PAS inclus dans sa formule du programme) et je lui fais du sur-mesure.

Elle m’explique qu’elle est naturelle depuis des années, mais a toujours fait des rajouts, car elle ne sait pas s’occuper de ses cheveux.

Ok, cool, pas de problème on est là pour apprendre et avancer ensemble.

Quelle ne fut pas ma surprise quand un mois plus tard, je vois cette même personne commenter sous une de mes vidéos sur facebook qu’elle avait perdu son argent en achetant mon programme et que ça ne « servait à rien » et qu’elle « s’était fait avoir ».

On est clairement face à quelqu’un qui n’avait pas encore dépassé sa phase « quête de miracle ».

Quelqu’un qui a abusé de mon temps, de mon énergie, de ma gentillesse parce qu’elle pensait que surement, par miracle, mon intervention allait tout changer.

Quelqu’un qui n’avait en réalité JAMAIS eu aucune intention de s’y mettre vraiment, jamais eu aucune envie de faire ses soins, jamais eu aucune envie d’aimer ses cheveux, de les accepter, d’en prendre soin.

Et qui avait en plus la lâcheté de ne pas l’admettre (ni à elle-même ni à moi) et le toupet de me blâmer pour son échec.

Dans quelques mois ou années peut-être, elle sera prête et je le lui souhaite.

Bref.

J’écris cet article pour dire : Si tu es encore dans ta phase de chercheuse d’or, je ne suis pas la personne qu’il te faut.

De nos jours, il se crée chaque semaine ou presque une nouvelle marque qui te promet monts et merveille à coup d’élixir, de cure et crème merveilleuse.

Fais-toi plaisir avec eux, je t’en prie.

Et quand tu voudras vraiment de beaux cheveux que tu aimes, que tu adores et qui te le rendent bien année après année et mois après mois (les cheveux dont tes collègues et amis seront choqués de voir perdurer dans leur beauté) ?

Là, reviens vers moi.

Pour les personnes qui sont prêtes ? Je fais des miracles 🙂

Bonne soirée

Maëlle

PS : Les routines ALafolie sont le meilleur moyen de démarrer !

Vous pouvez choisir ci-dessous la routine qui vous convient : les fiches seront livrées chez vous et vous recevrez également un guide d’achat de produits en fonction de votre type de cheveux (haut de gamme, petit budget ou le meilleur rapport qualité-prix), ainsi que la recette maison que vous pouvez choisir à la place si c’est votre préférence (ou si vos placards se sont vidés plus vite que prévu !)

Une de mes Routines vous convient forcément !

https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/routine-alafolie/

Comment choisir ?

Première question à te poser : est-ce que tes cheveux sont secs et cassants ?

Si oui, tu vas t’orienter directement vers la routine booster de pousse pour cheveux abîmés.

Si la réponse est non, la question suivante est : est-ce que tu es en transition ? Si oui, alors ce sera la routine « booster de pousse pour retour au naturel ».

Si la réponse est non, la question suivante est : est-ce que tu as les cheveux fins ? Si oui, tu choisis la routine « booster de pousse pour cheveux fins »

Et là encore la réponse est non, ce sera la routine « booster de pousse ».

Cliquez ici -> https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/routine-alafolie/

Comment aimer son apparence physique?

De retour avec une vidéo courte et efficace mais néanmoins importante : aimer son apparence physique (et je veux AIMER, genre, tu te mates et tu te kiffes).

J’ai lutté avec ça pendant pas mal d’année : j’étais pas une enfant mignonne et pas une ado jolie.

Et j’en ai souffert intensément jusqu’à mes 17 ans, âge auquel j’ai décidé que j’allais me contenter de l’intelligence et que c’était déjà bien 😅😅.

C’est vers mes 22 ans que j’ai recommencé à vouloir être belle (à vouloir ME trouver belle) et comme à mon habitude, j’ai été très méthodique dans mon processus, et ça a marché 👌👌

Il n’a fallut que quelques mois pour que je commence à me sentir belle dans ma peau (suffisamment bien pour commencer à porter du rouge à lèvre visible, des robes et jupes plus courts – j’ai des jambes longues et fines et j’étais très gênée de l’attention que ça attirait sur moi quand je les montrais – etc.

D’ici à mes 24 ans, je portais mes cheveux volumineux et lâchés, du rouge à lèvre rouge pétant, j’avais confiance en moi, j’étais à l’aise dans mes vêtements et pour être tout à fait honnête : à l’aise tout court.

A l’aise pour demander des augmentations, à l’aise pour être décontractée et faire des blagues en rendez-vous client (le truc qui était IMPOSSIBLE avant ! Je mourrais de formalisme dans toute ma timidité)

A l’aise pour envoyer chier les gens qui me faisaient chier (toujours avec classe hein 😋😎😅

Bref, ça a changé ma vie.

Je pense que c’est un travail important qu’on devrait TOUS faire (hommes comme femmes)

Parce qu’on à beau savoir que notre vraie valeur est à l’intérieur, il s’avère que notre apparence est la première chose que les gens voient et notre VIBE (comment on se sent à l’intérieur, qui se reflète à l’extérieur) impact énormément comment les gens se sentent en notre présence.

Tant qu’on se sent comme un vilain petit canard qui cherche à éviter à tout prix d’être regardée et d’être vue, on ne dégage pas une vibe qui donne envie.

Et derrière, on n’ose tout simplement pas…. s’exprimer.

Et j’oserais même dire : on n’ose pas EXISTER PLEINEMENT.
Cette année, j’ai décidé de rajouter dans Crépus & Longs un module intitulé SHINE : COMMENT ETRE A L’AISE SOUS LE REGARD DES AUTRES.

Je vais enregistrer les vidéos de ce module en direct pendant le mois d’avril : je dois bien le dire, J’AI HÂTE ^_^

En attendant, je vous laisse avec cette vidéo très brève : 5 étapes pour aimer son apparence physique

Bonne soirée
Maëlle

Obsession des cheveux longs

Commençons par des présentations.

Je m’appelle Maelle Cabarrus, je suis coach capillaire depuis début 2016, je
suis youtubeuse capillaire depuis 2010. J’ai commencé à faire des recherches
approfondies sur les cheveux crépus assez rapidement, dès le moment où je
suis devenue youtubeuse.

Ma motivation ne venait pas uniquement d’une envie de partager et de
faire les meilleures vidéos possible.

C’était aussi –et en grande partie- une
détermination de ma part à avoir les cheveux les plus longs et les plus beaux
possible
.

Un peu comme une revanche sur la vie, ou une tentative un brin
enfantine, de réparer toute la colère et le ressentiment que j’avais accumulé
envers mes cheveux en grandissant.

Parce qu’à ce stade de ma vie, je n’avais jamais eu les cheveux longs, ni
même particulièrement beaux.

J’étais une « négrès a chivé gréné» (comme on dit en
Guadeloupe « noire aux cheveux crépus ») et cette étiquette était chargée de
connotations négatives.

Les « chivé grénés » étaient ceux qui ne seraient jamais beaux, jamais longs,
jamais enviés.

C’était ceux dont il fallait « faire quelque chose », que ce soit via
des rajouts (qui vous valait des moqueries parce que c’était « chivé a léta » –
de faux cheveux qui ne t’appartiennent pas) ou des défrisages (qui venaient
avec leur lots de désagréments, entre les brûlures du cuir chevelu et la faiblesse
du cheveu qui subit ces traitement chimique continuels et devient affiné et
cassant.

J’ai eu mon premier défrisage à 9 ans et je me suis défrisé les cheveux
religieusement tous les 2 mois jusqu’à mes 19 ans.

L E VR A I   O B J ECT I F : S ’AIMER

Les dimanche après-midi à pleurer entre les jambes de ma mère parce que
j’avais tellement mal pendant le shampoing et la coiffure, ont été remplacés
par les larmes sur le visage alors que j’avais le cuir chevelu en feu mais qu’il
n’était pas encore temps de rincé.

J’ai porté des rajouts continuellement, en pointillé, de mes 5 ans à mes 23 ans.
J’ai fait mon dernier défrisage en août 2008, et mes derniers rajouts en janvier
2012.

J’ai tracé un trait dans le sable : plus jamais je ne renierais mes cheveux. Plus
jamais je n’irais chercher ma beauté « ailleurs ».

Ma position peut sembler
extrême et je tiens à la clarifier : je comprends parfaitement que l’on puisse
vouloir se défriser les cheveux ou alors porter des rajouts ou tissage sans que ce
soit pour « chercher sa beauté ailleurs ».

Mais dans mon cas, pendant toutes ces années, c’était le cas.

Et je pense que pour la majorité des femmes noires, encore de nos jours, c’est
aussi le cas.

Quand vous vous dites « c’est pour changer de tête » ou alors « juste pour faire
un break » qu’est-ce que vous dites, en réalité ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont fatiguant ?
Que vos cheveux tels qu’ils sont ne sont pas assez ? (parce qu’on peut très
bien changer de tête sans changer radicalement de texture ou sans rajouter
de mèches).

Je pense que l’on toutes se poser la question pour vraiment guérir cette blessure
d’estime que vous portons en nous, femmes noires.
Pendant des générations et des générations nous avons été des biens meubles.
Notre féminité a été dévouée, niée, ou animalisée.
Pendant des siècles, nos cheveux ont été utilisés contre nous pour nous faire
croire que nous étions inférieures.

Et même si aujourd’hui ce n’est plus vrai, la blessure est toujours là. Nous n’avons
pas eu le temps de guérir, nous n’avons eu le temps de nous relever le menton,
nous regarder en face et nous célébrer. Célébrer notre valeur en tant femme
noire, notre valeur en tant que femme tout court et célébrer notre féminité.
Nos ancêtres étaient trop occupé à survivre au racisme systémique pour
s’occuper de leur blessure d’âmes (et tant mieux, c’est grâce à elle que nous
sommes là, aujourd’hui, PRÊTÉS et CAPABLES).

Mais nous, aujourd’hui, nous pouvons.

Et nous devons.

Mon travail est donc celui-là : j’ai guéri ma blessure d’âme et maintenant je
veux vous proposer de guérir la vôtre.
Et, si vous le voulez bien, vous accompagner dans ce processus.

☀️ No self-love = no deep joy ☀️

Archives décembre 2018

2018 a été l’année où j’ai accompli le plus et où je me suis poussée loin hors de ma zone de confort.

Et ça a aussi été l’année la plus difficile depuis un moment. #fuckthatwashard

Je suis très heureuse des leçons apprises et mes priorités pour 2019 en découlent naturellement :

☀️ L E C O N S et A C T I O N S☀️

Les accomplissements n’ont aucune importance en eux-mêmes.

Ils ne sont pas porteurs d’un bonheur intrinsèque..J’ai accompli beaucoup de choses importantes pour moi cette année : .

🌻J’ai triplé ma marge, doublé mon CA, augmenté mon « following » de plus de 15000 personnes.

⚘J’ai donné une conférence sur l’entrepreneuriat devant 1000 personnes.

🍁J’ai baroudé (Monaco, Nice, quelques jours à la campagne en Bourgogne, Maurice, Dubai, 2 semaines en famille en Guadeloupe, quelques jours à Limoges, une semaine de pur plaisir à Dubaï)

🍀J’ai créé un programme sur l’estime de soi

🎉J’ai créé une nouvelle chaîne Youtube sur le Business et le Dev Perso

🌾J’ai démarré une nouvelle activité de coaching et consulting Business et marketing web..J’ai COCHÉ DES CASES sur ma to-do list de la vie, c’est le moins qu’on puisse dire.

.

Pourtant, j’ai peu *ressenti* la joie et l’immense plaisir qui aurait dû accompagner tout ça.

.

Pour la première fois depuis que j’ai quitté mon job en 2014, je n’ai pas ressenti *chaque jour* le plaisir intense de vivre exactement la vie qui me convient .

J’ai continué de pratiquer la gratitude au quotidien, mais beaucoup de jours ne l’ai pas *ressenti* (Tu vois ce que je veux dire ?)

Et j’ai mis du temps à comprendre pourquoi, mais maintenant je sais :

L’année dernière, je me suis beaucoup fait violence.

Pour accomplir ce que j’ai accompli, j’ai dû me botter les fesses encore et encore.

Et au passage, malheureusement, j’ai oublié de m’aimer.

C’est le sergent-chef en moi : quand je sors le fouet, j’y vais à fond 🙄😅 ☀️ En 2019 ? ☀️

Ma priorité est de reprendre les bonnes habitudes : je m’aime activement chaque jour.

Ça ne veut pas dire que je ne me botterais pas les fesses si nécessaire, mais je le ferais avec une double dose d’amour et avec des mots gentils.

Élever ses standards et tout déchirer ➡ https://youtu.be/IwJVLn2dtVI

PS : Je le rappelle à nouveaux, en marge de cette discussion de « UPLEVEL » dans SLAY LA RENTREE, moi et mon équipe sont toujours disponible pour vos cheveux ^_^

J’ai crée un nouveau guide à télécharger gratuitement pour des cheveux ULTRA malléables au quotidien ! 💃💅👑

Ce guide est pour toi si :

✅ Tu as parfois les cheveux durs et rigides

✅ Tu as des cheveux difficiles à manipuler ou à coiffer

✅ Tes cheveux sont (souvent) secs

✅ Tu évite au maximum d’avoir à gérer tes cheveux crépus au quotidien parce qu’ils sont « galère »Ce guide est également conçu pour toutes les personnes qui ont du mal à conserver leur hydratation et ont BESOIN de se réhydrater les cheveux quotidiennement.

Avec ce guide, je veux vous FACILITER la vie

Cliquez ici pour le télécharger 👇👇👇https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/

Mais qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux??

« MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? » 😫😭🤢

Est-ce que tu as déjà été complètement désespérée entre deux coiffures parce que personne ne doit te VOIR comme ça ? Cherché désespérément une coiffeuse après que la tienne t’ait à la dernière minute ? Et que la simple idée de sortir de chez toi « comme ça » te cause une vraie attaque de panique ? (le battement de coeur qui s’accélère, la respiration rapide, le cerveau qui vrille en mode « non non non non non » !

Ça te parle ?

Moi, c’était une fois par mois, tous les mois, toute l’année, toute ma vie jusqu’à ce que j’apprenne à maîtriser mes cheveux.

J’en reparle peu, parce que ça fait tellement longtemps et que maintenant tout va bien.

Maintenant je vis en totale harmonie avec mes cheveux et la question « mais et mes cheveux ? » ne me vient jamais à l’esprit quand un événement quelconque se présente un entretien d’embauche une sortie entre copines une journée à la plage un dîner romantique…

Peu importe finalement : du moment où on veut être « au top », la panique pointe le bout de son nez.

La pensée fatidique, parfois prononcée à haute voix au téléphone à une amie compatissant « MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? »

Mon amie Ihsane (aux cheveux bouclés), me racontait qu’elle avait fait le tour de Lyon en voiture un dimanche, en quête désespérée d’un coiffeur. Et avec la même rengaine en tête « Mais c’est pas possible, c’est pas possible, qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux ??? »

Et ça m’a rappelé les multiples fois où, quand j’étais ados, j’ai pris le premier bus, avant 6h du matin le samedi pour aller chez ma coiffeuse. Avant 6h parce qu’entre l’arrêt de bus et le salon de coiffure, il y avait tout le centre-ville à traverser.

L’horreur, vous imaginez si je croisais quelqu’un ???

Avec mes cheveux gonflés, que j’ai peiné à faire tenir dans un chouchou (et échoué, clairement, vu le nombre de bosses que j’avais sur la tête). Gonflés, frisottés, MOCHES.

L’idée de croiser quelqu’un était insoutenable.

D’ailleurs, même à 6h du matin avec presque personne dans les rues, je traversais le centre-ville à pas vif (encore un peu et je courais, comme quand un mec marche derrière nous tard la nuit : on veut garder notre calme et pas commencer à courir, mais c’est difficile).

À pas vifs, tête baissée (au cas où), épaules voûtées (la honte), je fonce vers le salon de coiffure (qui n’ouvre pas avant une bonne heure).

Et quand j’arrive enfin, soulagée d’avoir laissé le centre-ville derrière moi, je me retrouve devant le salon avec au moins 5-10 autres femmes de tous les âges, exactement comme moi. Certaines ont un foulard sur la tête, c’est la seule différence.

Et on attend Nadia, la coiffeuse, comme le messie.

Ce jour-là, je fais mon défrisage et je ressors soulagée.

Soulagée, mais bien consciente que j’ai seulement 1 mois de répit devant moi. Dans un mois, j’aurais des repousses, les racines gonflées, et il faudra faire quelque chose. Désespérément.

Le plus choquant avec cette angoisse c’est à quel point elle est normale. Quand on est dedans, on ne se rend pas du tout compte qu’organiser toute sa vie autour de ses cheveux et se créer un ulcère d’anxiété à cause de ses cheveux ce n’est pas normal.

Ce n’est pas « la vie ».

Ce n’est pas « comme ça que c’est et puis voilà ».

Non non non.

Les cheveux, ça peut être cool.

Ça peut être exactement comme les dents (on se les brosse plusieurs fois par jour sans en faire tout un fromage), comme les ongles (on les lime, on les nettoie, on les vernit… rien d’angoissant là-dedans) ou comme… tout.

Un élément de notre vie, que l’on gère… tranquillement.

Et qui en plus nous aide à nous sentir belles chaque jour ^_^

C’est tout l’intérêt et la motivation derrière ma série de vidéo actuelle : Se sentir belle avec ses cheveux naturels.

Elle aurait aussi bien pu s’intituler « Vivre en harmonie avec ses cheveux naturels« .

Dans la vidéo 2, je vous explique exactement comment faire pour s’assurer d’atteindre son idéal capillaire.

Cliquez ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/serie-de-video-5-comment-se-sentir-belle-avec-des-cheveux-crepus-naturels/

Et raconte-moi dans les commentaires sous la vidéo ton anecdote de « crise » capillaire (on en a toutes au moins une) 😉

Aussi, comment éviter d’avoir les cheveux durs? 👉🏾 Regarde cette vidéo: https://youtu.be/WkFVpaDa3mg

J’ai crée un nouveau guide à télécharger gratuitement pour des cheveux ULTRA malléables au quotidien ! 💃💅👑

Ce guide est pour toi si :

✅ Tu as parfois les cheveux durs et rigides

✅ Tu as des cheveux difficiles à manipuler ou à coiffer

✅ Tes cheveux sont (souvent) secs

✅ Tu évite au maximum d’avoir à gérer tes cheveux crépus au quotidien parce qu’ils sont « galère »

Ce guide est également conçu pour toutes les personnes qui ont du mal à conserver leur hydratation et ont BESOIN de se réhydrater les cheveux quotidiennement.

Avec ce guide, je veux vous FACILITER la vie !
Cliquez ici pour le télécharger 👇👇👇https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/