Articles

CHIT CHAT – Parlons de mon travail. Qu’est-ce que je loupe ?

Je partage avec vous mes réflexions à voix haute sur mon travail, sur son impact et surtout sur les points où justement ça ne percute pas.

Et je m’interroge sur là ou c’est MOI qui loupe quelque chose (dans la façon de parler des cheveux, dans la façon de parler des blocages, dans la façon de parler de l’IMPORTANCE de ce travail et pourquoi ça vaut le coup pour moi de faire ce métier et pour vous de faire ce travail sur vous-même).

Du coup, vous qui me suivez, que vous ayez suivi mes programmes ou pas, dites moi : comment est-ce que vous parlez de mon travail autour de vous ? Est-ce que vous vous dites que vos cheveux, oui il faut savoir s’en occuper, mais c’est pas si grave ? Ou est-ce qu’au contraire j’ai fait passer mon message sur le lien direct avec l’estime de soi et l’idée que ce qu’on croit sur soi (et ses limitations) peut être 100% faux et que ça vaut le coup de lever ces limites ?

Bref, mettez moi en tache de fond en faisant la vaisselle ou autre et j’aimerais beaucoup que vous preniez le temps de me dire ensuite ce que vous en pensez.

Si vous préférez me parler par email plutôt que par commentaire, envoyer moi un mail à maelle@ounoz.com ou alors par DM sur instagram.

____

Mes guides gratuits 

Guide d’achat de produits :  https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

Guide beauté et estime de soi : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Guide twist-out parfait : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Quelle est la meilleure texture crépue à avoir? (Pas celle que tu crois!)

Dans la vidéo d’aujourd’hui on va parler d’aimer sa texture , d’accepter sa texture telle qu’elle est et ne pas chercher à faire des choses impossibles pour nos cheveux.

Nous allons voir ça en particulier sous l’angle des différents grains des cheveux crépus et de la différence que ça fait.

Nous allons voir ça en particulier sous l’angle des différents grains des cheveux crépus et de la différence que ça fait.

Savez-vous si vous avez plutôt une texture crépue « grain de sable » ou une texture crépue « ronde »?

J’ai identifié il y a plusieurs années de ça, lors de mes ateliers de coaching capillaire , qu’il y avait 2 grands types de texture de cheveux crépus Jusque là, je n’avais connu que des personnes qui avaient un grain capillaire comme le mien, que j’appelle ici la texture crépue en « grain de sable »  .

Et lors de ces ateliers, je me suis rendu compte qu’il existait des cheveux crépus « rond » .

Je vais vous expliquer la différence entre les deux et vous donner mes conseils pour manier au mieux votre texture

Ce que je veux mettre en avant dans cette vidéo (et d’ailleurs tout du long des prochaines), c’est tout ce que l’on peut faire avec ses variantes de cheveux crépus et à quel point on a de la chance ! 🙌🏾🙌🏾

On a un monde de possibilité qui s’ouvre à nous et il faut juste être consciente de ses cheveux, de sa texture et aller dans cette direction-là

Essayer de forcer nos cheveux à aller vers des choses qui ne sont pas naturelles pour eux ne vont faire que nous frustrer et c’est comme cela qu’on se retrouve à se dire que « les cheveux crépus c’est difficile » ..

Mais quand on va dans la direction de ses cheveux, il se passe des choses extraordinaires, croyez-moi! ✨✨ 

Bonne soirée à vous toutes 💕

____

Mes guides gratuits Guide d’achat de produits : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

Guide beauté et estime de soi : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Guide twist-out parfait : ​https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

OSEZ

L’estime de soi


Si je ne fais pas attention, je peux très souvent me sentir comme une sous-merde qui ne mérite rien et ne devrait jamais rien faire dans ce monde.

Tout ce que je m’autorise à faire : être cheffe d’entreprise, faire des vidéos, créer la méthode ALaFolie, créer et vendre tous les programmes que je fais… Tout ça, je le fais précisément parce que ,a priori, mon « naturel » m’en empêcherait.

Je sais que beaucoup se disent en me voyant « ah ben oui, pour elle c’est facile. Elle sait ce qu’elle fait, elle a confiance, elle y va »

Et continuent en se disant « mais MOI, c’est différent. Je ne sens trop gênée, trop bizarre, trop nulle. Ça ne me ressemble pas. »(Je ne parle pas ici de faire exactement ce que JE fais, mais de faire ce que VOUS avez envie de faire. L’idée que vous ne prenez pas au sérieux, l’élan du cœur que vous ne suivez pas)

Mais en réalité pour moi c’est pareil.


C’est bizarre aussi pour moi d’avoir envie de faire des vidéos et de les faire et de les publier.
C’est bizarre d’avoir envie de travailler sur les cheveux crépus et de le faire.
Ça fait bizarre d’avoir dans mon ordinateur et dans ma tête toute une méthode d’entretien des cheveux crépus (qui marche) et de juste… en parler.
Et même… en faire une entreprise ! Et vendre, et promouvoir, et parler de mon travail et me mettre en avant.

Je ressens tout ce que vous pouvez imaginer ressentir dans cette position :
Gêne
« et si ça marche pas »
« qui je suis pour faire ça »
« pour qui je me prends »

J’imagine qu’il existe peut être des gens qui créent sur internet avec une vraie envie d’être vus/visibles et ont une vraie aisance avec ça.
J’imagine qu’il existe des gens qui sont de facto à l’aise avec le fait de recevoir des compliments, des récompenses, des accomplissements.

Ce n’est pas mon cas. Mais j’y travaille, constamment. Parce que ne pas y travailler, c’est comme conduire une voiture avec le frein à main enclenché : ça peut avancer, oui, mais ce ne sera pas fluide, pas rapide, ça n’ira pas loin et il y aura de violents à coups.

Alors dis-le avec moi : 


Je mérite le meilleur. 
Je mérite d’être entendue.
Je mérite d’être écoutée. 
Mes idées sont belles et méritent d’être créées et montrées. 
Je suis à la hauteur, je suis capable, je vais le faire

.

#andsoitis

Beaux cheveux malgré la flemme

Bon.
Et si on parlait un peu beauté pendant le confinement ?

Je viens à l’instant de voir une story de Mimi Ikonn sur instagram (c’est une entrepreneure et  influenceuse beauté, style, lifestyle) et elle disait qu’elle se maquille encore tous les jours pendant le confinement parce qu’elle l’a toujours fait pour elle et pas pour les autres.

Tout juste 1h avant ça, j’étais devant mon miroir à me maquiller pour la première fois depuis 10 jours (je me préparais à filmer une vidéo pour youtube).

Et en me maquillant, j’ai remarqué que ma peau était pas tip top et qu’elle méritait bien un peu de soin en ce moment (d’autant que ça fait presque 2 semaines que je la néglige !)

Et j’ai eu cette pensée « quand je me maquille tous les jours, je regarde ma peau de très près tous les jours et j’en prends bien plus soin ! Du coup, ironiquement, me maquiller tous les jours est bénéfique pour ma peau »

De manière générale, je ne me maquille que pour les autres (voilà, c’est dit :p)
Et je dirais même plus : je ne me maquille vraiment vraiment que pour VOUS ma communauté (quand je dois filmer du contenu pour les réseaux sociaux quoi) et pour les quelques rares fois où je fais une sortie en couple ou entre amies (je suis très très casanière, ça n’arrive pas plus d’une fois par mois).

Le reste du temps, où que je j’aille et qui que je vois, j’y vais sans maquillage.

Mais là, pour le bien de ma peau, je suis finalement prête à changer cela !

Pourquoi je vous parle de ça ?

Et bien parce qu’en ce moment je crée pas mal de nouveaux programmes pour ALAFOLIE (ceci est une annonce discrète ^_^) qui ont tous traits à la beauté de près où de loin.

Ce qui m’amène à penser beaucoup à mon approche de la beauté, du style et l’apparence physique.

Pour moi, c’est extrêmement utilitaire, en fait.

Je me suis débarrassée depuis longtemps du BESOIN d’être « belle ».

En revanche, je reste très très consciente de l’UTILITE de l’être (en particulier quand on est une femme)

On va pas se mentir, elle belle, c’est pratique.
Ça ouvre des portes, ça rend les gens aimables et souriant.
Ça permet d’avoir des « oui » plus souvent et plus facilement.
Dans un monde où les femmes sont systématiquement moins bien payées, ça aide à obtenir plus facilement avancement et augmentation (je sais, c’est une affreuse vérité de notre monde, mais une vérité tout de même)

La beauté, c’est comme de l’huile dans les rouages d’une porte bien lourde et grinçante.

J’ai besoin d’ouvrir la porte sans galérer monstrueusement. Je mets de l’huile.

Et là, ben, je vais me retrouver à « mettre de l’huile » non pas de façon utilitaire, mais vraiment pour moi (parce que j’aime avoir la peau douce) et ma foi, c’est très rafraîchissant 🙂

Sinon je voulais vous dire que cette semaine, on va parler du soin des cheveux quand on a LA FLEMME, quand on n’a PAS LE TEMPS, quand on n’a PAS ENVIE.

J’ai prévu 6 vidéos ! Ça va être chouette !

Et pendant ces 10 jours spéciaux, je vais aussi vous parler de mon nouveau programme : LE RACCOURCIS DE LE FEMME PRESSÉE : 80% des résultats en 20% du temps ! Pour les femmes qui veulent des cheveux de folie mais n’ont ni le temps ni l’énergie d’y consacrer beaucoup de temps.

A très vite
Maelle

Amour de soi en 2020

Dis-le avec moi : je m’aime éperdument et de façon inconditionnelle.

(EDIT : Je suis sûr que ça vous fait bizarre de lire ça, que c’est un peu gênant, même. Mais on est censé s’aimer, c’est important, et je vais en parler le plus souvent possible pour normaliser le concept.)


Sur les 10 derniers jours de décembre, je me suis demandé ce que ça signifierait pour moi, concrètement, en 2020. 

Par concrètement je veux dire, en termes d’action.


Aimer c’est avant tout un verbe.  Aimer, au-delà des mots et au-delà de l’émotion, prend tout son sens dans les actes. 


Quand je dis que je m’aime, je veux dire que j’aime, ACTIVEMENT. 


Je FAIS des choses pour moi.  J’agis dans mon intérêt, je me veux du bien. 


En 2019, après l’année 2018 au combien stressante et difficile que j’ai eue, ça signifiait surtout relâcher la pression sur les objectifs et les accomplissements. Relâcher la pression sur TOUT, et me relaxer.

M’autoriser à voguer, à être juste là, dans la joie. 

C’est pour ça que j’ai déménagé en 2019 : j’en avais marre d’un environnement de vie qui ne m’apportait plus de joie.  Je me suis offert le plaisir de vivre dans une belle maison avec une jolie vue sur tout plein d’arbres (le rêve), avec un jardin, avec grand bureau-atelier rien que pour moi (j’ai fantasmé cet espace pendant plus d’un an ! Avec son coin lecture et écriture, son grand bureau, son espace « crafting ». Il me manque encore à installer le coin musique, mais j’ai la place pour. Après 8 mois je dois encore parfois me pincer : je suis pleine de gratitude). 

J’ai construit mon équipe comme je la voulais, structuré mon entreprise d’une façon qui me plait, et ce sans pression. 


Bref, en 2019, j’ai eu 30 ans, j’ai « chillé » et j’ai kiffé et j’ai coulé des fondations.  C’est comme ça que je me suis aimée. 


En 2020 ? 

Je m’aime en remettant plus de discipline et de structure dans ma vie.  Je m’aime en me donnant des règles, des devoirs, des limites. 

Pourquoi ?  Déjà parce qu’il y a beaucoup de bonheur dans la discipline, dans le fait d’accomplir PLEIN de choses chaque jour, et cette saveur particulière du bonheur me manque. 


Dans la discipline les règles et les structures, il y a aussi une paix qui est très agréable.  Cette paix vient du silence et du repos mental qui vient du fait de ne pas avoir à réfléchir.

 
On ne se rend pas bien compte de l’énergie que l’on dépense chaque jour à tergiverser sur ce qu’on a envie de faire là tout de suite.  De l’énergie gaspillée à avoir la flemme (1h à se dire qu’on à la flemme de faire du sport ou de faire la vaisselle, c’est bien plus fatiguant que de réellement faire le sport ou la vaisselle) 


Dans un monde de discipline et de structure, le concept de flemme n’existe pas.  On n’a ni le temps ni l’occasion d’avoir la flemme puisqu’on fait juste ce qu’il y a à faire, point. Sans se poser de questions.


Ça aussi ça m’a manqué.  Ce calme, cette paix. 


Et bien sûr, il y a mes objectifs. 


A 40 ans j’ai l’intention d’avoir :  Une entreprise qui réalise un CA à 8 chiffres.  Publié 3 livres dont au moins 1 est un best seller mondial

Ma marque, ALAFOLIE est un anthem d’empowerment.

ALAFOLIE est la bannière de ralliement pour des femmes exceptionnelles, qui s’aiment, qui se respectent, qui s’élèvent entre elles. Qui sont belles et qui se sentent belles. Qui sont puissantes et qui se sentent puissantes. Des femmes qui irradient de confiance en elles et qui changent le monde (en impactant positivement LEUR coin du monde). 

Les différents véhicules « ALAFOLIE » (programmes, livres, événements) que j’ai créés ont un énorme impact positif sur le monde : 100 000 femmes ont été directement impactées, aidées et transformées. 

Je ne compte pas laisser la réalisation de cette vision au hasard (of course) Et là, tout de suite, j’ai besoin de discipline.  J’ai beaucoup à faire en 2020. 
Et je le fais par amour pour moi aujourd’hui, et par amour pour moi dans 10 ans. 


Je t’invite à t’interroger : qu’est-ce que tu fais AUJOURD’HUI par amour pour toi ?  Et quelle différence ça ferait dans ta vie si tu consacrais ne serait-ce qu’une heure par jour à penser à toi ? A ton bonheur ? A organiser ta vie POUR toi ?

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?


J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

prendre du temps pour soi, au milieu de la tempête !

Quand tes déjà en retard pour ton bilan 2017, mais que tu « voles » quand même du temps de promenade ensoleillée au bord de Seine 😅

#viedentrepreneure #adminwork#putainmaisquelcauchemar

Je procrastine ce bordel depuis plus d’un mois (en fait j’en fait un tout petit peu chaque jour et j’avance à rythme d’escargot) et mon comptable n’en peux plus de moi ! J’aimerais avoir quelque chose de super positif et optimiste à dire, mais en fait non. Même quand on fait tout son possible au quotidien pour vivre la vie ses rêves, il y a des tâches de merde qui font vraiment vraiment chier. Lire la suite

Il n’est jamais trop tard pour suivre son coeur

Entre le moment où j’ai su que je voulais être indépendante et le moment où j’ai commencé à essayer il y a eu 2 ans.

Ensuite entre le moment où j’ai commencé à essayer et le moment où j’ai démissionné de mon travail (en mode kamikaze) il y a eu 3 ans.

Entre le moment où j’ai démissionné et celui et j’ai enfin lancé mon entreprise il y a eu 1.5 ans.
Et entre ce moment et celui ou mes ventes mensuel permettait de me payer il y a eu encore 1 an et demi. Lire la suite