Réflexions nocturnes

Réflexions nocturnes : temps qui passe, expertise, créativité et next level Méthode alafolie.

Demain matin, je prends un train à 6h30 pour Milan et au lieu d’essayer d’aller au lit, je viens de faire une story sur instagram dans laquelle je revenais sur mes expériences de début d’année sur la malléabilité des cheveux crépus.

Mais ce n’est pas ce dont j’ai envie de vous parler ce soir.

Non, mon sujet de réflexion et mon envie de partager portent sur l’expertise, et sur le timing.

Récemment, avec Mike, on a beaucoup parlé du temps qui passe et de notre impression récente que le temps passe trop vite.

Je vous épargne les heures de pondération et de tours et détours autour du sujet (2 philosophes sous le même toit, que voulez-vous), on en a conclu qu’un des éléments clé de cette relativité qui ne va pas dans le sens qu’on voudrait, c’est la projection dans le résultat.

Vivre un peu trop souvent le quotidien comme l’antichambre du futur, qui lui même serait le « vrai » show.

Est-ce que tu te reconnais là-dedans ?

C’était particulièrement choquant à réaliser parce qu’on pratique pourtant beaucoup la gratitude, la pleine présence et la pleine conscience (= des trucs qui vont qu’on s’ancre dans le ici et maintenant et qu’on l’apprécie pleinement).

Et pourtant… il y a encore des fuites.

Le cerveau humain est fascinant !

Parallèlement, cet été, en animant des ateliers avec les membres crépus & longs (ça faisait 1 an que je ne faisais plus que des Q&A, et pas de vrais ateliers thématiques) (d’ailleurs, ça a vraiment été cathartique, cette pause. Ma créativité en avait grandement besoin, je tournais en rond), j’ai vu mon expertise s’approfondir.

J’ai découvert de nouvelles informations à propos de la méthode ALAFOLIE planquées au fin fond de mon cerveau que j’ai eu grand plaisir à trouver là.

Pendant cette même période, je terminais la création du programme SOS CHEVEUX DIFFICILES (entamé en mars 2019)

J’ai accumulé un retard MONSTRE mais je pense que c’était précisément pour ça : pour que ce programme soit infusé de ça : le next level de la méthode alafolie.

Et ma fois, ça me fait bien plaisir ^_^Les inscriptions à ce programme ferment vendredi et c’est un programme sur la facilité et la fluidité capillaire (j’appelle ça le « flow capillaire »)

Nos cheveux peuvent être beaux.

Ils peuvent être longs

Ils peuvent être magnifiquement hydratés et le rester 15 jours d’affilés

Ils peuvent être brillants et éclatant.

Et ils peuvent être FACILES.

Bon dans tout ça, quel est le rapport entre le temps qui passe, la projection à outrance dans le futur, et mon expertise approfondie après 1 an de pause ?

Et bien je ne sais pas.

Mais dans le calme de ma chambre d’hôtel, avec le ronronnement de la tondeuse de Mike qui se rase dans la salle de bain et l’impression délicieuse d’une poche de temps volée, j’ai pensé à tout ça en même temps.

Et j’ai attrapé mon clavier 🙂Bonne nuit.

PS : Vous devez regarder mes dernières vidéos sur Instagram

Et bien sûr, abonnez vous à mon instgraaaaamm

Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Mais qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux??

« MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? » 😫😭🤢

Est-ce que tu as déjà été complètement désespérée entre deux coiffures parce que personne ne doit te VOIR comme ça ? Cherché désespérément une coiffeuse après que la tienne t’ait à la dernière minute ? Et que la simple idée de sortir de chez toi « comme ça » te cause une vraie attaque de panique ? (le battement de coeur qui s’accélère, la respiration rapide, le cerveau qui vrille en mode « non non non non non » !

Ça te parle ?

Moi, c’était une fois par mois, tous les mois, toute l’année, toute ma vie jusqu’à ce que j’apprenne à maîtriser mes cheveux.

J’en reparle peu, parce que ça fait tellement longtemps et que maintenant tout va bien.

Maintenant je vis en totale harmonie avec mes cheveux et la question « mais et mes cheveux ? » ne me vient jamais à l’esprit quand un événement quelconque se présente un entretien d’embauche une sortie entre copines une journée à la plage un dîner romantique…

Peu importe finalement : du moment où on veut être « au top », la panique pointe le bout de son nez.

La pensée fatidique, parfois prononcée à haute voix au téléphone à une amie compatissant « MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? »

Mon amie Ihsane (aux cheveux bouclés), me racontait qu’elle avait fait le tour de Lyon en voiture un dimanche, en quête désespérée d’un coiffeur. Et avec la même rengaine en tête « Mais c’est pas possible, c’est pas possible, qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux ??? »

Et ça m’a rappelé les multiples fois où, quand j’étais ados, j’ai pris le premier bus, avant 6h du matin le samedi pour aller chez ma coiffeuse. Avant 6h parce qu’entre l’arrêt de bus et le salon de coiffure, il y avait tout le centre-ville à traverser.

L’horreur, vous imaginez si je croisais quelqu’un ???

Avec mes cheveux gonflés, que j’ai peiné à faire tenir dans un chouchou (et échoué, clairement, vu le nombre de bosses que j’avais sur la tête). Gonflés, frisottés, MOCHES.

L’idée de croiser quelqu’un était insoutenable.

D’ailleurs, même à 6h du matin avec presque personne dans les rues, je traversais le centre-ville à pas vif (encore un peu et je courais, comme quand un mec marche derrière nous tard la nuit : on veut garder notre calme et pas commencer à courir, mais c’est difficile).

À pas vifs, tête baissée (au cas où), épaules voûtées (la honte), je fonce vers le salon de coiffure (qui n’ouvre pas avant une bonne heure).

Et quand j’arrive enfin, soulagée d’avoir laissé le centre-ville derrière moi, je me retrouve devant le salon avec au moins 5-10 autres femmes de tous les âges, exactement comme moi. Certaines ont un foulard sur la tête, c’est la seule différence.

Et on attend Nadia, la coiffeuse, comme le messie.

Ce jour-là, je fais mon défrisage et je ressors soulagée.

Soulagée, mais bien consciente que j’ai seulement 1 mois de répit devant moi. Dans un mois, j’aurais des repousses, les racines gonflées, et il faudra faire quelque chose. Désespérément.

Le plus choquant avec cette angoisse c’est à quel point elle est normale. Quand on est dedans, on ne se rend pas du tout compte qu’organiser toute sa vie autour de ses cheveux et se créer un ulcère d’anxiété à cause de ses cheveux ce n’est pas normal.

Ce n’est pas « la vie ».

Ce n’est pas « comme ça que c’est et puis voilà ».

Non non non.

Les cheveux, ça peut être cool.

Ça peut être exactement comme les dents (on se les brosse plusieurs fois par jour sans en faire tout un fromage), comme les ongles (on les lime, on les nettoie, on les vernit… rien d’angoissant là-dedans) ou comme… tout.

Un élément de notre vie, que l’on gère… tranquillement.

Et qui en plus nous aide à nous sentir belles chaque jour ^_^

C’est tout l’intérêt et la motivation derrière ma série de vidéo actuelle : Se sentir belle avec ses cheveux naturels.

Elle aurait aussi bien pu s’intituler « Vivre en harmonie avec ses cheveux naturels« .

Dans la vidéo 2, je vous explique exactement comment faire pour s’assurer d’atteindre son idéal capillaire.

Cliquez ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/serie-de-video-5-comment-se-sentir-belle-avec-des-cheveux-crepus-naturels/

Et raconte-moi dans les commentaires sous la vidéo ton anecdote de « crise » capillaire (on en a toutes au moins une) 😉

À bientôt

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Comment aimer le rétrécissement de ses cheveux crépus?

Archives 2018

*Passer du court au long et toutes les longueurs intermédiaires : ou comment aimer le rétrécissement de ses cheveux crépus* Toutes ces photos ont été prises dans un intervalle d’un an, l’année 2015.

Je vous montre ce montage parce qu’une amie passionnée de cheveux naturels depuis presque aussi longtemps que moi l’a vue dans mon historique instagram et me l’a décrite comme « la photo ou tu montres des coiffures de toutes les époques, où on voit ton évolution sur plusieurs années ».

Du coup j’ai mis énormément de temps à comprendre de quelle photo elle me parlait (puisque toutes ces photos datent de la même année).

Et alors ça m’a rappelé : montrer la versatilité des cheveux crépus et la magie du « shrinkage » à TOUT LE MONDE (même aux plus aguerries et passionnées), c’est important.

C’est très important parce que le rétrécissement du cheveu crépu, le « shrinkage » comme on dit, c’est bien LE truc le plus frustrant pour la majorité des femmes noires qui décident de repasser au naturel.

Ça fait chier tout le monde, disons-le simplement.

Et moi la première : dans plusieurs de mes vidéos d’avant 2013, on peut m’entendre me plaindre rageusement du shrinkage.

Et je sais que je ne suis pas la seule : je discutais il y a quelques jours avec la soeur d’une amie qui a redéfrisé plusieurs fois ses cheveux parce qu’elle ne supportait pas le shrinkage. (Elle veut voir sa longueur, donc elle défrise)(va falloir qu’on parle lissage au fer, elle et moi un jour).

2015, c’est la première année ou j’ai changé mon regard sur le shrinkage.

C’est la première année où j’ai décidé d’en faire un atout et plus une faiblesse.

Et en faisant toutes ces coiffures (montrées en photo), toutes ces « coupes » (à ce stade on peut quasiment parler de nouvelle coupe, non ?) j’ai commencé à accepter mon shrinkage. Et plus que l’accepter, c’est l’année où j’ai commencé à l’aimer, vraiment beaucoup. A la folie, même 😉

Un bon moyen de commencer à aimer le shrinkage, c’est de ne plus y penser en termes de : « Oh non je ne peux jamais exposer ma longueur réelle » mais plutôt en termes de « Je peux changer RADICALEMENT de tête sans JAMAIS me couper les cheveux ».

Attendez, mais ça c’est une chance de DINGUE, non ?? Je vous le dis : nous femmes noires avons une chance folle 😃

Alors je reposte cette photo qui date de fin 2015 pour vous rappeler ceci : nos cheveux sont incroyables et fabuleux.

Aimez-les a la folie, ils le valent complètement ❤️

Bonne soirée

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Trouver un équilibre capillaire

Archives 2018

Je relisais par hasard un article de blog que j’ai écrit en 2013 dans lequel je parle de trouver un équilibre capillaire.

En sommes, j’y raconte que je n’ai pas atteint mes objectifs de longueur cette année-là, parce que j’ai privilégié les coiffures et le style.

Et à l’époque, j’évoquais souvent cet aspect (qui est encore aujourd’hui souvent évoqué dans la « sphère capillaire » sur internet : si on veut maximiser sa pousse alors il faut maximiser les coiffures protectrices.

Point-à-la-ligne-fin-de-l’histoire.

Si on veut avoir les cheveux libres tout le temps et « faire la belle » (sourire) alors on perd en potentiel de rétention de longueur.

Moi, je n’ai jamais changé sur un point : j’aime profiter de mes cheveux et les porter libre tout le temps.

Je n’aime pas pour autant y passer des heures (5-10 minutes soir et matin) mais ils sont devenus une partie importante de mon apparence, de ce qui fait que je me sens « moi » quand je me regarde dans le miroir (je ne sais pas si vous avez quelque chose de similaire qui vous sert de point d’ancrage ? Pendant longtemps ça a été mes lunettes #teammyope, ou alors ma tâche de naissance sur ma main droite. Maintenant, ce sont mes cheveux).

Donc, comme en 2013, je ne fais quasiment jamais de coiffure dite « protectrices »

Par contre, contrairement à 2013, mes cheveux prennent très bien en longueur malgré cela.

Ce qui a changé c’est mon approche de mes cheveux.

J’ai arrêté de compartimentaliser les choses (d’un côté les chignons, de l’autre les soins, de l’autre la pousse, de l’autre les coiffures « libres », etc.).

Je privilégie une méthode globale. Et ça change tout.

Comme vous le savez déjà (peut-être), je travaille sur ma méthode (méthode ALaFolie) depuis 2012. En 2014, elle a commencé à prendre sérieusement forme et c’est seulement en 2015 que j’ai pu connecter les points et transformer les différents « compartiments » de l’entretien des cheveux crépus en une vraie méthode globale qui permet de tout avoir :

1/ Parvenir à se coiffer sans difficulté.

2/ Parvenir à garder ses cheveux hydratés et souples

3/ Parvenir à limiter leur casse et à les faire pousser

4/ Parvenir à réaliser des coiffures à l’esthétique satisfaisante (se sentir belle, quoi)

En approchant chaque problème individuellement, on a l’impression d’être dans une course sans fin, on ne parvient jamais à tout obtenir et on finit par laisser tomber. La frustration finit par l’emporter.

L’intérêt d’une approche globale, c’est qu’elle va se placer au-dessus de toutes ces préoccupations pour vous proposer une solution qui délivre directement les résultats attendus. C’est pour cela que je ne suis jamais « fatiguée » de mes cheveux. Je n’ai jamais besoin de pause, parce que tout coule de source.

Quand j’ai réalisé que tout était lié, et qu’en réalité on pouvait bel et bien tout avoir en emboîtant bien toutes les cases, j’ai commencé à penser ma méthode plutôt comme un système. Un système complet composé de méthodes de soins et de manipulations visant in fine une extrême satisfaction capillaire…

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Défrisage ou assouplissement, même combat (?)

Archive 2018

En grandissant, parmi celles qui se défrisaient les cheveux, il y avait la team « assouplissement » et la team « défrisage ».

La team assouplissement insistait toujours beaucoup pour dire « non je ne défrise pas mes cheveux, je fais des assouplissements ». J’ai toujours trouvé que c’était pour se donner un genre, pour se la péter un peu (pourquoi, je ne comprenais pas, puisqu’on mettait tous au final la même crème qui pue et qui brûle sur la tête).

Et puis aujourd’hui, en discutant avec une cliente, j’ai compris : la team « assouplissement » cherchait à préserver ses cheveux en ne faisant pas un défrisage « trop fort ». Et la team défrisage voulait juste lisser ses cheveux plus que tout et à tout prix.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Parce que j’ai réalisé que c’était surtout une question d’amour et d’acceptation de ses cheveux.

Quand on a grandi en détestant ses cheveux crépus, on s’en fout d’à quel point on les crame avec des lissages ou des défrisages : on s’en fout puisque de toute façon on voudrait ne pas les avoir, ces putains de cheveux.

En revanche quand on aime ses cheveux mais qu’on les trouve « difficile », alors on veut les lisser un peu, mais de préférence sans trop les détruire.

Et aujourd’hui, ça m’a permis d’avoir une toute nouvelle perspective par rapport au fait de trouver les cheveux crépus difficiles.

Je m’échine à dire qu’on devrait tous avoir pour objectif de trouver facile l’entretien de nos cheveux crépus et ne plus du tout se trouver à dire la phrase « j’adore mes cheveux crépus, mais c’est vrai qu’ils sont difficiles ».

Et bien voilà : en disant cette phrase, vous rejoignez l’état d’esprit de la team assouplissement. Oui, vous aimez vos cheveux, mais en même temps, face aux circonstances adéquates (en l’occurrence, avant, c’était la banalisation de l’utilisation des produits défrisant) vous seriez prête à changer complètement et définitivement leur texture.

Ce qui me permet de réaffirmer ceci :

Aimer ses cheveux crépus c’est génial (et c’est beaucoup mieux que les détester comme dans la « team défrisage »).

Mais le mieux c’est encore de les accepter tellement pleinement que si il existait un moyen de rendre leur texture définitivement plus « détendue » sans les abîmer, vous refuseriez quand même.

Ça vous parle ?

Vous étiez « team défrisage » ou « team assouplissement » ?

Si vous pouviez changer votre texture définitivement sans casse, vous le feriez ?

Réfléchissons-y 🤔

Maelle

PS : J’ai créé un guide (gratuit) pour vous accompagner dans votre transformation physique. Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, qu’on se trouve encore plus « bleurgh », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceau, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

(Quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagnes).

À télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Moment capillaire frustrant

Archive 2018

Hier, je vous demandais de me parler des moments capillaires qui vous frustrent le plus. (Et j’ai également posé la question dans ma newsletter)

Avec une écrasante majorité, on retrouve la coiffure : se faire belle le matin, c’est un challenge.

À mon avis, la solution est de commencer par désapprendre tout ce que l’on croyait savoir sur nos cheveux et de prendre le temps de les redécouvrir pour ce qu’ils sont.

Comment ?

Ça peut être en se fixant des objectifs capillaires (tels qu’atteindre un certain palier de longueur, avoir des cheveux beaux et en bonne santé ou encore parvenir à réaliser telle ou telle coiffure ).

Ça peut être en consultant la multitude de ressource disponible gratuitement sur internet qui traite du soin, de l’entretien et de la coiffure des cheveux crépus.

Ça peut être en suivant un programme tel que celui des packs Longueur.

Ou encore en prêtant une plus grande attention pendant quelque mois à nos cheveux durant ces moments capillaires qui s’imposent à nous.

Quelle que soit la voie choisie, les bénéfices qu’on en tire en valent largement la peine et sont largement rentabilisés, comme peut en attester un nombre toujours plus grand de femmes en France et dans le monde.

Les femmes aux cheveux crépus et texturés qui parviennent à acquérir une culture et une esthétique capillaire satisfaisantes se retrouvent débarrasser d’une source d’inconfort et de préoccupation sur le quotidien.

De plus, elles ont appris à se mettre en valeur, à faire ressortir les beautés qui sont en elles plutôt que de s’efforcer d’atteindre celles des autres.

Elles gagnent en confiance en elle non seulement grâce à leurs chevelures qu’elles trouvent plus belles et plus valorisantes, mais aussi grâce au fait d’avoir su prendre l’initiative de se fixer un objectif et de l’avoir atteint.

Mais finalement parmi tous les bénéfices qu’elles retirent de cette expérience, un des plus importants pour beaucoup d’entre elles est le fait qu’elles savent à présent s’occuper des cheveux de leurs filles, d’avoir un savoir et un savoir-faire à transmettre à leurs filles et que ces dernières ne grandiront pas avec des complexes et des sentiments ambivalents à l’égard de leurs cheveux.

Donc en résumé, prêter une attention plus particulière à ses cheveux pendant quelques mois a de bonnes chances de se révéler être une opération très rentable pour vous (je sais que ça a été le cas pour moi !).

Donc si vous ne l’avez pas encore fait, c’est peut-être le bon moment pour vous lancer dans une aventure capillaire !

À bientôt

Maelle

Les cheveux crépus portés au naturel

Archive 2018

Hello hello,

Depuis quelques années en France (et dans le monde !) la proportion des femmes aux cheveux crépus portant leurs cheveux au naturel a explosé.

Pourtant beaucoup de femmes aux cheveux crépus naturels ont des difficultés à manipuler leurs cheveux. Les activités relatives à ces derniers sont source d’inconfort, de pénibilité, de sensation désagréable et elles ont du mal à réaliser des coiffures satisfaisantes. Les cheveux crépus sont des cheveux au comportement très particulier qui nécessitent une approche radicalement différente de celle appliquée à un cheveu plus « conventionnel » (typiquement lisse ou ondulé par exemple), que ce soit en termes de soin, d’entretien ou de coiffure. Avoir des cheveux crépus naturels (c’est-à-dire non traités chimiquement) appelle des méthodes, accessoires, outils et produits spécifiques.Si on leur applique des méthodes et des points de vue d’autres types de cheveux, il est normal qu’on aboutisse à des situations frustrantes.

Or le soin, l’entretien et la coiffure des cheveux naturels sont des activités qui s’imposent dans le quotidien de la plupart des femmes. Parmi ces moments récurrents typiques où on se retrouve à devoir s’occuper de nos cheveux, on retrouve :

Réaliser ses coiffures du jour. 10 min à 45 min

Se laver les cheveux, faire un shampoing. Toutes les 1 à 4 semaines

Subir un traitement capillaire chez le coiffeur (soin, lissage, coiffure, etc.)

Réaliser des coiffures longue durée (tresses, nattes, etc.). Plusieurs fois par an

etc.

Ne pas être à l’aise avec la manipulation de ses cheveux et ne pas savoir se coiffer, c’est alors s’exposer à de l’inconfort et à des désagréments sur ces activités capillaires de manière récurrente. C’est accumuler de la frustration et du stress avant même d’avoir quitté son chez-soi. Et à mesure que le temps passe, la chevelure devient de plus en plus terne, elle stagne en longueur et on finit par désespérer de nos cheveux.

Si les difficultés que l’on rencontre avec nos cheveux n’avaient des conséquences que sur leur état et leur apparence, ce ne serait pas grave. Mais quand on n’est pas satisfait de l’apparence de nos cheveux, on se sent également moins en confiance : une partie de notre être qui aurait dû être un atout dans notre vie devient un handicap. Nos cheveux deviennent alors une source de complexe qui impacte notre morale et qui diminue notre capacité à faire face aux challenges du quotidien. La situation peut être d’autant plus frustrante qu’on a l’habitude de fournir un certain type d’effort et d’investir du temps et de l’argent dans l’amélioration de notre situation capillaire. C’est le cas par exemple lorsqu’on est une grande consommatrice de produits capillaires et qu’on continue malgré tout à avoir des problèmes de sécheresse, que l’on a des cheveux qui ne poussent plus et qui stagnent en longueur.

Mais alors que faire ? Comment faire la paix avec ses cheveux ? Comment atteindre un stade où l’on se sent belle avec ses cheveux, grâce à eux ? On en parle dans un prochain mail ! En attendant, parlez-moi de vos frustrations capillaires : quel « moment capillaire » vous frustre le plus ?

À très bientôt

Maëlle

Comment garantir ma transformation capillaire ?

Quelqu’un m’a demandé d’où m’est venue l’idée de faire du coaching capillaire. Et ce n’est pas la première fois qu’on me pose la question : je comprends, c’est un métier un peu saugrenu (même si de plus en plus de personnes commencent maintenant à le pratiquer)

J’ai commencé début 2016.

À ce moment-là, ce service n’existait pas : une seule personne en France proposait des ateliers capillaires, mais les coachings et autres programmes capillaires étaient inexistants et quand je parlais de l’idée, on me prenait pour une folle « qui va payer pour des conseils capillaires ? »

Ce que ces personnes ne comprenaient pas, c’est que mon objectif n’était pas (et n’est toujours pas) de faire payer pour des conseils capillaires : non dès cette époque là en 2016, mon objectif était de proposer de véritables transformations capillaires.

Le genre de transformations qu’il est difficile d’obtenir en regardant des vidéos sur Youtube.

En vérité, même en regardant des milliers d’heures de vidéos capillaires sur Youtube, une véritable transformation va nécessiter 3 choses :

Être capable de se motiver seule et tenir la distance.

Être capable de se construire une routine solide et compatible avec SA CHEVELURE, et s’y tenir (c’est d’autant plus difficile que c’est devenu courant maintenant sur internet de constamment lancer le nouveau « truc » capillaire du moment (ne commencez même pas à me parler de l’eau de riz, pitié). Le problème avec ça c’est qu’au lieu de s’en tenir à sa routine, on va sauter de routine en routine, de nouveauté en nouveauté, de « miracle » en miracle. C’est le meilleur moyen de NE JAMAIS OBTENIR AUCUN RÉSULTAT.

Réussir à faire le tri de toutes les informations disponibles pour en extraire celles qui sont pertinentes pour nous.

Certaines personnes y arrivent, bien sûr, mais c’est rare (et de plus en rare de nos jours où on n’a tout simplement plus le temps ni l’espace mental disponible).

C’est là que j’interviens.

Aujourd’hui plus que jamais je suis heureuse et fière d’avoir crée ce métier de coach capillaire.

Heureuse et fière que ce soit un service qui existe maintenant.

Qu’on puisse se dire « clairement, je n’y arrive pas toute seule. Les années passent et je stagne. Je vais donc me faire aider sur le chemin ».

Il n’y a absolument aucun mal là-dedans et aucune raison de se sentir nulle.

Tout le monde fait appel a des coachs : Oprah Winfrey (la papesse des médias aux US) s’est fait coacher par Tony Robbins entre autres.

Le coaching n’est rien d’autre qu’un moyen malin de gagner du temps, de prendre des raccourcis pour arriver à son but.

Aujourd’hui, j’ai eu bien plus de 1000 personnes dans mes différents coachings et ateliers capillaires.

Voilà les différents formats pour travailler avec moi et utiliser ma méthode, la méthode ALaFolie, pour transformer votre chevelure : 1/ Mes fiches Routines ALaFolie.

Elles coûtent 35€ et sont la version simplifiée, synthétisée, et entièrement basée sur l’ACTION de la méthode ALaFolie et de mes programmes capillaires.

Avec ces 15 fiches, vous allez savoir précisément quoi faire, quand et comment, pour les 12 semaines à venir.

Pour cheveux fins, cheveux abîmés, cheveux défrisés, cheveux en vacances, retour au naturel, ou simplement la routine booster de pousse pour les cheveux « normaux ».

https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/routine-alafol…/

2/ Le programme Crépus & Longs. 357€

C’est mon programme phare avec environ 1000 étudiantes au compteur à travers lequel j’accompagne un groupe pendant 12 semaines d’apprentissage initiales, puis 1 an de suivi pour des cheveux visiblement plus longs, plus volumineux, plus souples et surtout pour acquérir une véritable autonomie avec ses cheveux. Non seulement vous recevrez des compliments de TOUT votre entourage, mais en plus vous pourrez dire avec fausse modestie « il n’y a pas de produit miracle, j’ai juste appris à bien m’en occuper ».

Les inscriptions ouvrent quelques fois dans l’année seulement.

3/ Le programme Crépus & Sains. 199€

C’est un programme à travers lequel je vous aide à construire un calendrier de soin sur mesure qui vous permettra en 4 semaines (4 soins) d’avoir des cheveux doux et brillants dont l’hydratation dure 8 jours d’affiler sans JAMAIS avoir à réappliquer un produit quelconque.

Les inscriptions sont ouvertes en ce moment même !

C’est sans aucun doute mon programme le plus EFFICACE (en termes de rapidité d’obtention de résultat).

C’est idéal pour quelqu’un qui ne se voit pas s’engager sur un programme long terme et qui veut une transformation ULTRA RAPIDE.

4/ Le programme Crépus & Glam. 199€

C’est mon programme axé coiffure et manipulation.

Vous apprendrez comment maîtriser ma technique du mèche-à-mèche, comment avoir le doigté délicat qui permet de ne plus jamais casser ses cheveux et créer des nœuds quand on se coiffe.

Les inscriptions ouvriront à nouveau probablement début septembre.

5/ Le programme SOS Cheveux Difficiles. 199€

C’est un programme dans lequel je vous apprends à réduire drastiquement le temps passé sur vos cheveux et à en prendre avec plaisir et légèreté.

Les cheveux ne devraient pas être un sujet de préoccupation constant autour duquel on doit organiser toute sa vie.

Ce programme vous apprend comment évoluer vers cet état de fait où les cheveux sont dans l’arrière-plan de votre vie. J’appelle ça le flow capillaire.

6/ Coaching capillaire individualisé sur 4 mois

Je ne propose plus ce service depuis 1 an et demi maintenant pour me focaliser sur le développement de mes programmes.

Aujourd’hui, je suis prête à m’y remettre et à coacher quelques personnes en tête à tête.

Si vous souhaitez un tel suivi, envoyez-moi un message privé et nous en discuterons.

maelle@ounoz.com

7/ Evènement ALaFolie Day! 97€

Fin octobre à Paris et fin novembre en Guadeloupe : c’est une journée entière d’ateliers consacrés à nos cheveux, notre beauté et notre estime personnelle en tant que femme noire dans un monde occidentalisé.

8/ Self Love Queen. 111€

C’est mon programme sur l’amour-propre et l’estime de soi. En tant que femme, nous n’avons majoritairement pas été élevées à exiger le meilleur pour nous-mêmes. À faire de NOUS une priorité, à nous chouchouter, nous choyer. Choisir les bons hommes, les bonnes carrières et être toujours bien traitées par notre entourage (personnel, professionnel ou familial) simplement parce que c’est le minimum que l’on tolère.

On ne dirait pas comme ça, mais c’est très lié aux cheveux. Croire que nos cheveux sont moins bien, moins beaux, moins faciles que les autres, c’est UN des éléments de ce manque plus global : le manque de valeur accordée à nous-même. Exactement telles que nous sommes.

Voilà l’état actuel des services que je propose.

8 façons d’obtenir mon aide et mon assistance.

Chacune correspond à une transformation spécifique pour vous, vos cheveux et votre vie quotidienne.

Laquelle correspond à votre objectif actuel ?

Ce sera mon plus grand plaisir de vous servir !

À bientôt

Comment avoir des cheveux brillants sans les avoir gras?

Salut tout le monde! J’espère que vous passez un bon week-end.

Alors, dans la vidéo d’aujourd’hui on va parler de comment avoir les cheveux brillants sans les avoir gras

C’est vrai que certaines personnes me disent que leurs cheveux sont beaux, brillants.. que lorsqu’ils sont gras et cela m’a fait réfléchir sur ce sujet, car il est vrai que je n’avais pas encore abordé le sujet

Tout d’abord, nos cheveux crépus PEUVENT être très soyeux et brillants

D’ailleurs, je peux parfois avoir un cheveu très brillant alors que je n’ai pas fait de soin depuis 3 semaines ( si, si je vous assure c’est possible)

Et je vais vous expliquer ceci en deux points

Le premier est qu’ il m’arrive de mettre très peu de beurre de karité ( mais attention, je parle vraiment d’une noisette).

Ce beurre, je prends soin de l’étaler mèche par mèche, en les travaillant, avant de les natter.

Et l’éclat vient alors d’à quel point j’ai massé mes cheveux mèche à mèche et d’à quel point cela les a étirés

La noisette de beurre permet donc simplement de sculpter mes cheveux

Et cela me permet donc d’avoir de l’éclat de façon purement mécanique et non avec du gras

Le deuxième point, et très lié au premier et d’ailleurs le mieux est de cumulé les deux pour des cheveux WAW

Il s’agit des soins ( ne pas confondre soin et lubrifiants)

Si le cheveu manque de nutrition, il ne prend pas la forme et donc il n’arrive pas à avoir de la brillance

Quand on fait une routine de soin qui fonctionne, que l’on prend le temps de comprendre ses cheveux et de quoi ils ont besoin, alors les résultats se voient

Cela permet d’avoir cette résistance et donc d’être plus malléable et donc d’être plus brillant

Si vous alliez ces deux choses-là alors vous pourrez obtenir de la brillance sans pour autant mettre plein de gras dans vos cheveux

La NON-Importance de la porosité

Pourquoi je ne parle jamais de porosité ?

La porosité c’est tout simplement la capacité du cheveu à absorber rapidement ou pas ce qu’on lui donne et à évacuer facilement ou pas les nutriments qu’on lui donne.

Dans tous les cas, quand on soigne et nourrit ses cheveux, ce que l’on veut c’est que les cheveux puissent absorber les nutriments et les retenir suffisamment longtemps pour une hydratation profonde et durable.

Ce résultat peut être obtenu à chaque soin, quelle que soit le niveau de porosité des cheveux.

Cette obsession pour la porosité depuis quelques années est hors de contrôle et a quelque chose d’absurde.

Car quand le cheveu est suffisamment solide (cela se crée avec la façon dont on nourrit le cheveu), il absorbe correctement le soin et gardera son hydratation longtemps. Point barre.

Donc, si tu rends ton cheveu sain, il va garder les nutriments et cela se fait de la même façon que ce soit pour un cheveu poreux ou non poreux.

C’est pour cela que dans la méthode alafolie, je ne tiens pas compte de la porosité de départ des cheveux : la façon dont le système est conçu va permettre à N’IMPORTE QUEL CHEVEU d’atteindre une robustesse et une profondeur de nutrition telle que les cheveux vont rester hydratés pendant 8 à 20 jours SANS AJOUTS DE PRODUITS.

Voilà, c’est tout ce que j’ai à dire sur la porosité ^_^

J’espère que cela vous aura fait réfléchir sur ce terme et vous aidera dans le soin de vos cheveux 💕 N’hésitez pas à me poser toutes les questions que vous voulez !

Mes guides gratuits :

🧡Guide « OBJECTIF MALLEABILITE » https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/

💛Guide d’achat de produits : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

💙Guide beauté : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

💜Guide twist-out parfait : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/