Mais qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux??

« MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? » 😫😭🤢

Est-ce que tu as déjà été complètement désespérée entre deux coiffures parce que personne ne doit te VOIR comme ça ? Cherché désespérément une coiffeuse après que la tienne t’ait à la dernière minute ? Et que la simple idée de sortir de chez toi « comme ça » te cause une vraie attaque de panique ? (le battement de coeur qui s’accélère, la respiration rapide, le cerveau qui vrille en mode « non non non non non » !

Ça te parle ?

Moi, c’était une fois par mois, tous les mois, toute l’année, toute ma vie jusqu’à ce que j’apprenne à maîtriser mes cheveux.

J’en reparle peu, parce que ça fait tellement longtemps et que maintenant tout va bien.

Maintenant je vis en totale harmonie avec mes cheveux et la question « mais et mes cheveux ? » ne me vient jamais à l’esprit quand un événement quelconque se présente un entretien d’embauche une sortie entre copines une journée à la plage un dîner romantique…

Peu importe finalement : du moment où on veut être « au top », la panique pointe le bout de son nez.

La pensée fatidique, parfois prononcée à haute voix au téléphone à une amie compatissant « MAIS ET MES CHEVEUX ? QU’EST-CE QUE JE VAIS FAIRE DE MES CHEVEUX ???? »

Mon amie Ihsane (aux cheveux bouclés), me racontait qu’elle avait fait le tour de Lyon en voiture un dimanche, en quête désespérée d’un coiffeur. Et avec la même rengaine en tête « Mais c’est pas possible, c’est pas possible, qu’est-ce que je vais faire de mes cheveux ??? »

Et ça m’a rappelé les multiples fois où, quand j’étais ados, j’ai pris le premier bus, avant 6h du matin le samedi pour aller chez ma coiffeuse. Avant 6h parce qu’entre l’arrêt de bus et le salon de coiffure, il y avait tout le centre-ville à traverser.

L’horreur, vous imaginez si je croisais quelqu’un ???

Avec mes cheveux gonflés, que j’ai peiné à faire tenir dans un chouchou (et échoué, clairement, vu le nombre de bosses que j’avais sur la tête). Gonflés, frisottés, MOCHES.

L’idée de croiser quelqu’un était insoutenable.

D’ailleurs, même à 6h du matin avec presque personne dans les rues, je traversais le centre-ville à pas vif (encore un peu et je courais, comme quand un mec marche derrière nous tard la nuit : on veut garder notre calme et pas commencer à courir, mais c’est difficile).

À pas vifs, tête baissée (au cas où), épaules voûtées (la honte), je fonce vers le salon de coiffure (qui n’ouvre pas avant une bonne heure).

Et quand j’arrive enfin, soulagée d’avoir laissé le centre-ville derrière moi, je me retrouve devant le salon avec au moins 5-10 autres femmes de tous les âges, exactement comme moi. Certaines ont un foulard sur la tête, c’est la seule différence.

Et on attend Nadia, la coiffeuse, comme le messie.

Ce jour-là, je fais mon défrisage et je ressors soulagée.

Soulagée, mais bien consciente que j’ai seulement 1 mois de répit devant moi. Dans un mois, j’aurais des repousses, les racines gonflées, et il faudra faire quelque chose. Désespérément.

Le plus choquant avec cette angoisse c’est à quel point elle est normale. Quand on est dedans, on ne se rend pas du tout compte qu’organiser toute sa vie autour de ses cheveux et se créer un ulcère d’anxiété à cause de ses cheveux ce n’est pas normal.

Ce n’est pas « la vie ».

Ce n’est pas « comme ça que c’est et puis voilà ».

Non non non.

Les cheveux, ça peut être cool.

Ça peut être exactement comme les dents (on se les brosse plusieurs fois par jour sans en faire tout un fromage), comme les ongles (on les lime, on les nettoie, on les vernit… rien d’angoissant là-dedans) ou comme… tout.

Un élément de notre vie, que l’on gère… tranquillement.

Et qui en plus nous aide à nous sentir belles chaque jour ^_^

C’est tout l’intérêt et la motivation derrière ma série de vidéo actuelle : Se sentir belle avec ses cheveux naturels.

Elle aurait aussi bien pu s’intituler « Vivre en harmonie avec ses cheveux naturels« .

Dans la vidéo 2, je vous explique exactement comment faire pour s’assurer d’atteindre son idéal capillaire.

Cliquez ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/serie-de-video-5-comment-se-sentir-belle-avec-des-cheveux-crepus-naturels/

Et raconte-moi dans les commentaires sous la vidéo ton anecdote de « crise » capillaire (on en a toutes au moins une) 😉

À bientôt

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Comment aimer le rétrécissement de ses cheveux crépus?

Archives 2018

*Passer du court au long et toutes les longueurs intermédiaires : ou comment aimer le rétrécissement de ses cheveux crépus* Toutes ces photos ont été prises dans un intervalle d’un an, l’année 2015.

Je vous montre ce montage parce qu’une amie passionnée de cheveux naturels depuis presque aussi longtemps que moi l’a vue dans mon historique instagram et me l’a décrite comme « la photo ou tu montres des coiffures de toutes les époques, où on voit ton évolution sur plusieurs années ».

Du coup j’ai mis énormément de temps à comprendre de quelle photo elle me parlait (puisque toutes ces photos datent de la même année).

Et alors ça m’a rappelé : montrer la versatilité des cheveux crépus et la magie du « shrinkage » à TOUT LE MONDE (même aux plus aguerries et passionnées), c’est important.

C’est très important parce que le rétrécissement du cheveu crépu, le « shrinkage » comme on dit, c’est bien LE truc le plus frustrant pour la majorité des femmes noires qui décident de repasser au naturel.

Ça fait chier tout le monde, disons-le simplement.

Et moi la première : dans plusieurs de mes vidéos d’avant 2013, on peut m’entendre me plaindre rageusement du shrinkage.

Et je sais que je ne suis pas la seule : je discutais il y a quelques jours avec la soeur d’une amie qui a redéfrisé plusieurs fois ses cheveux parce qu’elle ne supportait pas le shrinkage. (Elle veut voir sa longueur, donc elle défrise)(va falloir qu’on parle lissage au fer, elle et moi un jour).

2015, c’est la première année ou j’ai changé mon regard sur le shrinkage.

C’est la première année où j’ai décidé d’en faire un atout et plus une faiblesse.

Et en faisant toutes ces coiffures (montrées en photo), toutes ces « coupes » (à ce stade on peut quasiment parler de nouvelle coupe, non ?) j’ai commencé à accepter mon shrinkage. Et plus que l’accepter, c’est l’année où j’ai commencé à l’aimer, vraiment beaucoup. A la folie, même 😉

Un bon moyen de commencer à aimer le shrinkage, c’est de ne plus y penser en termes de : « Oh non je ne peux jamais exposer ma longueur réelle » mais plutôt en termes de « Je peux changer RADICALEMENT de tête sans JAMAIS me couper les cheveux ».

Attendez, mais ça c’est une chance de DINGUE, non ?? Je vous le dis : nous femmes noires avons une chance folle 😃

Alors je reposte cette photo qui date de fin 2015 pour vous rappeler ceci : nos cheveux sont incroyables et fabuleux.

Aimez-les a la folie, ils le valent complètement ❤️

Bonne soirée

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

*Trouver son corps moche, mais l’aimer quand même*

Archive 2018

Regarder son corps et le trouver moche, je comprends. C’est normal : il existe UNE norme de beauté correspondant à une société et une époque. Le fait de fluctuer et de s’écarter de cette norme, c’est « normal ». 

En revanche, ce qui est dommage c’est qu’on confond souvent ne pas aimer l’apparence de son corps avec tout simpement ne pas l’aimer. On fait l’amalgame entre les 2 emotions, on jette le bébé avec l’eau du bain. 

« J’aime pas mon corps = je ne le trouve pas beau »

Pourtant, quand on y pense, il n’y a vraiment pas de raison. Beauté et amour ne sont pas synonyme et ne reflètent pas du tout la même réalité. 

Et si seulement c’était anodin, à la limite, je ne m’arrêterais pas sur l’idée -qui serait alors un simple lapsus. 

Mais non. Les mots sont forts et ont leur importance ! Et même, souvent, quand on dit « ‘j’aime pas mon corps », ça s’accompagne aussi de « je fuis les miroir, je n’aime pas qu’on me prenne en photo ». Un véritable rejet, en somme. 

(Rejet qui va souvent avec une attitude qui n’améliore pas les choses : relation obsessionnelle avec la nourriture par exemple)

Aujourd’hui, j’ai simplement envie de vous soumettre une idée : 
Et si vous pouviez aimer votre corps tout en le trouvant « moche » ? 

L’aimer, en prendre soin, le regarder, même si, là, tout de suite, il n’a pas l’apparence qu’on voudrait. 

Vous n’imaginez pas la révolution ! 

^_^

De mon côté, ces dernières années, j’ai pris beaucoup de recul dans mon rapport à mon corps, et à ma personne de manière générale.

Je m’aime tout entière (y compris mon corps) de façon inconditionnelle. Quoi qu’il arrive !

Il y a le corps que je trouve le plus beau (voluptueux, mince mais pas trop et avec des formes)(comme il est en ce moment même)

Il y a le corps que je préfère habité (beaucoup de muscles, très peu de gras, presque pas de formes, sec)(je préfère ce corps parce que dedans je me sens plus vivante, plus énergique. Mais d’un point de vue purement esthétique, c’est pas top)

En ce moment je regarde mon corps et je le trouve beau. Mais ce n’est pas mon corps préféré. Et je l’aime de toute façon. 

Et quand mon corps est comme je préfère mais que je ne le trouve pas *beau*, je l’aime aussi. Je l’aime tout autant !

Et cette liberté, cette aisance avec mon corps, ce plaisir que j’ai à l’habiter sous toutes ses formes (que je me trouve belle ou pas) je l’ai acquise très tard (vers mes 26 ans), mais alors j’y tiens tellement ! 

Et je vous la souhaite de tout coeur 💜🧡💛

J aborde l’amour de mes cheveux de la même façon. Je les aime d’abord pour eux. Dans leur entièreté. Ensuite je pense à leur apparence et à comment je peux les sublimer. 

Pour aborder l’entretien des cheveux « à ma façon » je vous recommande mes Routines : vous y trouverez des fiches explicatives détaillées pour vous accompagner de A à Z dans la mise en place de la routine capillaire (ainsi que dans la sélection des produits ou recettes maison) qui vous permettra d’avoir des cheveux crépus doux et souples. 

Cliquez ici pour choisir votre Routine ALaFolie 👉https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/routine-alafolie/

Bonne soirée 
Maelle

PS : Et si tu osais t’aimer follement ?

J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.
La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !

(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.
Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 
Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !
A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Ma routine beauté SLAY LA RENTRÉE

Et on continue à SLAY la rentrée!

Aujourd’hui je vais vous parler de ma routine beauté, pour les soins du visage et pour le maquillage.

En général je fais les deux, je prends soin de ma peau et je me maquille. En tout cas lorsque vous me voyez dans les vidéos je suis maquillé.

Ma routine est très très simple, car je n’aime pas passer trop de temps à ça Je vais donc à l’essentiel et au plus simple 😀

Les produits que j’utilise en ce moment:

  • Eau micellaire
  • Lait démaquillant
  • Savon liquide
  • Gommage
  • Masque Pure Tropix
  • Serum anti-tache Pure Tropix
  • Crème hydratante

Maquillage:

  • Épaississeur de sourcil SEPHORA
  • Anti-cerne haute couvrance fini naturel SEPHORA
  • Matte velvet skin MAKE UP FOREVER
  • Poudre couvrante MAKE UP FOREVER
  • Mascara V for Volume SEPHORA

C’est Quoi SLAY LA RENTREE ?

A l’approche de la rentrée, en plus – évidement – de profiter à fond de cette ambiance légère et « bulleuse » propre à juillet-août (même au bureau avec ceux qui ne sont pas en vacances), j’aime faire le point 🙂

Un peu comme le nouvel an ou mon anniversaire, la rentrée est un nouveau départ. L’occasion de dépoussiérer ses objectifs, en prendre de nouveaux, décider d’une nouvelle direction. En particulier, c’est l’occasion d’élever ses standards et de s’autoriser à être PLEINEMENT la personne que l’on a toujours voulu être, que l’on rêve d’être mais qu’on se retient d’être au quotidien par une certaine… peur ? Du jugement des autres ?

Changer sous le regard d’autrui c’est DUR.

Déjà rien qu’arriver avec une coupe de cheveux radicalement différente, ça peut causer des papillons dans le ventre.

Alors forcément, pour les décisions plus importantes, c’est le chari-vari dans le ventre et en général on ne le fait que si les circonstances extérieures nous y obligent.

– Changer de style vestimentaire

– Devenir plus assertive et ne plus se laisser marcher sur les pieds

– Pitcher un nouveau projet à son patron, donner une nouvelle orientation à sa carrière.

– Adopter une attitude de leadership en vue d’un poste de management

– Moins déjeuner avec ses collègues pour travailler à un projet personnel

Bref, du moment que notre comportement et notre attitude d’aujourd’hui ne concorde pas avec celui d’hier, on est tétanisée, gênée et souvent, on se replie.

Et si cette année ce n’était pas le cas ? Et si cette année, on profitait toute ensemble de la rentrée pour tout changer d’un claquement de doigts et devenir EXACTEMENT la personne qu’on est déjà tout au fond de nous, mais que l’on n’ose pas encore être en public ?

C’est. LE. MOMENT.

Entre maintenant et le 1er Septembre, on va groover sur cette thématique : SLAY LA RENTREE ! 10 jours pour un retour en force, pleinement soi et pleinement exprimée !

PS: Tu peux t’inscrire à ma newsletter en téléchargeant un de mes guides gratuits ci dessous:
Guide « OBJECTIF MALLEABILITE »  https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/recevoir-le-guide-objectif-malleabilite-maximale/
Guide d’achat de produits : https://buff.ly/2UMWhqT
Guide beauté :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/
Guide twist-out parfait :  https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/le-twist-out-ultime/

Défrisage ou assouplissement, même combat (?)

Archive 2018

En grandissant, parmi celles qui se défrisaient les cheveux, il y avait la team « assouplissement » et la team « défrisage ».

La team assouplissement insistait toujours beaucoup pour dire « non je ne défrise pas mes cheveux, je fais des assouplissements ». J’ai toujours trouvé que c’était pour se donner un genre, pour se la péter un peu (pourquoi, je ne comprenais pas, puisqu’on mettait tous au final la même crème qui pue et qui brûle sur la tête).

Et puis aujourd’hui, en discutant avec une cliente, j’ai compris : la team « assouplissement » cherchait à préserver ses cheveux en ne faisant pas un défrisage « trop fort ». Et la team défrisage voulait juste lisser ses cheveux plus que tout et à tout prix.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Parce que j’ai réalisé que c’était surtout une question d’amour et d’acceptation de ses cheveux.

Quand on a grandi en détestant ses cheveux crépus, on s’en fout d’à quel point on les crame avec des lissages ou des défrisages : on s’en fout puisque de toute façon on voudrait ne pas les avoir, ces putains de cheveux.

En revanche quand on aime ses cheveux mais qu’on les trouve « difficile », alors on veut les lisser un peu, mais de préférence sans trop les détruire.

Et aujourd’hui, ça m’a permis d’avoir une toute nouvelle perspective par rapport au fait de trouver les cheveux crépus difficiles.

Je m’échine à dire qu’on devrait tous avoir pour objectif de trouver facile l’entretien de nos cheveux crépus et ne plus du tout se trouver à dire la phrase « j’adore mes cheveux crépus, mais c’est vrai qu’ils sont difficiles ».

Et bien voilà : en disant cette phrase, vous rejoignez l’état d’esprit de la team assouplissement. Oui, vous aimez vos cheveux, mais en même temps, face aux circonstances adéquates (en l’occurrence, avant, c’était la banalisation de l’utilisation des produits défrisant) vous seriez prête à changer complètement et définitivement leur texture.

Ce qui me permet de réaffirmer ceci :

Aimer ses cheveux crépus c’est génial (et c’est beaucoup mieux que les détester comme dans la « team défrisage »).

Mais le mieux c’est encore de les accepter tellement pleinement que si il existait un moyen de rendre leur texture définitivement plus « détendue » sans les abîmer, vous refuseriez quand même.

Ça vous parle ?

Vous étiez « team défrisage » ou « team assouplissement » ?

Si vous pouviez changer votre texture définitivement sans casse, vous le feriez ?

Réfléchissons-y 🤔

Maelle

PS : J’ai créé un guide (gratuit) pour vous accompagner dans votre transformation physique. Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, qu’on se trouve encore plus « bleurgh », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceau, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

(Quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagnes).

À télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

5 étapes pour embrasser pleinement sa féminité !

C’est parti pour la seconde vidéo de la série SLAY LA RENTRÉE !

Aujourd’hui je vous partage mon cheminement vers la féminité, et finalement oser être aussi glamour ou sexy que je le voulais sans me sentir tiraillée intérieurement.

Puis je vous expose plus précisément comment VOUS pouvez faire !

1/ S’avouer que cette femme, cette version de nous qui représente notre idéal (en termes d’apparence physique), on la connait déjà. Il n’y a pas à chercher ou à creuser, juste à se l’admettre : voilà qui je suis

2/ Décris cette femme ! Si tu peux t’aider d’un personnage féminin existant, c’est encore mieux (dans mon cas, c’était Jessica Pearson dans la série SUITS)

3/ Prends le temps de détailler les éléments de son apparence physique (type de vêtements portés, type de coiffures, types de maquillage

4/ Fais-en une liste précise de shopping, et de compétence (qu’est-ce que tu vas devoir apprendre pour réussir à recréer ce look ?)

La liste shopping est importante pour ne pas retomber « par mégarde » dans ton ancien quand tu achèteras des vêtements. N’oublions pas que l’habitude est une seconde nature, et pendant une période de transition comme celle-là, on va complètement à contre-courant. On veut donc être vigilante et se poser des tuteurs pour nous éviter de grandir dans la « mauvaise » direction. 😉

5/ Just do it baby ! ^_^

******

C’est Quoi SLAY LA RENTRÉE ?

À l’approche de la rentrée, en plus – évidemment – De profiter à fond de cette ambiance légère et « bulleuse » propre à juillet-août (même au bureau avec ceux qui ne sont pas en vacances), j’aime faire le point 🙂

Un peu comme le nouvel an ou mon anniversaire, la rentrée est un nouveau départ. L’occasion de dépoussiérer ses objectifs, en prendre de nouveaux, décider d’une nouvelle direction.

En particulier, c’est l’occasion d’élever ses standards et de s’autoriser à être PLEINEMENT la personne que l’on a toujours voulu être, que l’on rêve d’être, mais qu’on se retient d’être au quotidien par une certaine… peur ? Du jugement des autres ?

Changer sous le regard d’autrui c’est DUR.

Déjà, rien qu’arriver avec une coupe de cheveux radicalement différente, ça peut causer des papillons dans le ventre. Alors forcément, pour les décisions plus importantes, c’est le charivari dans le ventre et en général on ne le fait que si les circonstances extérieures nous y obligent.

– Changer de style vestimentaire

– Devenir plus assertive et ne plus se laisser marcher sur les pieds

– Pitcher un nouveau projet à son patron, donner une nouvelle orientation à sa carrière.

– Adopter une attitude de leadership en vue d’un poste de management

– Moins déjeuner avec ses collègues pour travailler à un projet personnel

Bref, du moment que notre comportement et notre attitude d’aujourd’hui ne concordent pas avec celui d’hier, on est tétanisée, gênée, et souvent, on se replie.

Et si cette année ce n’était pas le cas ? Et si cette année, on profitait toute ensemble de la rentrée pour tout changer d’un claquement de doigts et devenir EXACTEMENT la personne qu’on est déjà tout au fond de nous, mais que l’on n’ose pas encore être en public ?

C’est. LE. MOMENT.

Entre maintenant et le 1er Septembre, on va groover sur cette thématique : SLAY LA RENTRÉE ! 10 jours pour un retour en force, pleinement soi et pleinement exprimée !

Ps : J’ai créé un guide (gratuit) pour vous accompagner dans votre transformation physique ! Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, qu’on se trouve encore plus moche, qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).

J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceau, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste. (Quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagnes).

👉🏾https://cheveuxnaturelsalafolie.fr/cadeaux-lp-2/

Les cheveux naturels en soirée

Les cheveux naturels en soirée (Toi tu gères comment ?)

Le bon côté de la transpiration, c’est le volume 😍

Sur cette photo, j’étais en boîte de nuit, en Guadeloupe. Ça faisait en gros 2h que je dansais et on est retourné s’asseoir avec ma soeur pendant une session pas intéressante et elle a pris cette photo.

J’ai adoré mon volume ! Et surtout j’ai réalisé que j’étais vraiment décontractée du cheveu (ohh ça va, je peux inventer des expressions 😝🤣). Je dansais je bougeais je m’amusais sans aucune pensée pour mes cheveux (jetais bien plus inquiète de mon maquillage qui coulait 😅)

Et ça m’a rappelé les premiers mois pendant lesquels j’essayais de porter mes cheveux lâchés. On avait beau être en France (pas d’humidité), c’était toute une expérience ! #euphemisme

🤯 Déjà : ça ne durait pas jusqu’à midi. À midi au plus tard c’était tellement gonflé que je devais les attacher – d’ailleurs j’avais toujours dans mon sac au moins 3 options différentes pour m’attacher les cheveux (un banana-clip, une barrette flexible et un « hair stick »)

😵 Ensuite : entre le moment où je partais de chez moi et toute la matinée, jetais obsédée par les miroirs ! Petits coups d’œil par ci, petits coups d’œil par là. Ajuster une mèche par ci une autre mèche par là… essayer « d’aplatir » le tout.

🙄 Aller aux toilettes pour jeter un coup d’oeil vite-fait 👀👀

Bref un vrai casse-tête.

Tout ça pour dire que j’ai l’air totalement dans mon monde quand je parle de « mèche-a-mèche » Et de porter ses cheveux lâchés tout le temps. Mais je SAIS. Je sais que ça prend un certains temps d’acquérir le doigté pour y arriver.

(Et c’est pour ça que je crée des programmes pour vous y aider)

Mais je continue d’en parler encore et encore parce que je SAIS que ça vaut le coup ! Je SAIS à quel point ça facilite la vie ensuite. Je sais quelle PAIX on ressent quand on n’a plus besoin de penser à ses cheveux toute la journée, tout le temps…

Alors si vous avez du mal, si vous galérez avec vos cheveux, si vos coiffures sont catastrophiques :

TENEZ LE COUP ❤❤❤

Ça en vaudra la peine 😊

Bonne chance à celles qui vont danser ce soir !

(Moi je suis peinard dans mon canap’ #teamcasaniere 😁)

Stop aux mauvaises idées transmises

Archive 2018

Est-ce que vous savez que pendant la longue période de l’esclavage, la texture crépue de nos cheveux (ainsi que d’autres traits négroïdes comme le nez épaté et les lèvres épiassent) étaient utilisés contre nous ?

C’était un moyen de s’assurer que nous resterions soumis et que nous nous considérions nous-mêmes comme inférieurs aux blancs.

La stratégie est en réalité brillante ! Alors que la population d’esclaves est nettement supérieure à la population blanche, comment s’assurer de la sécurité des maîtres de maison ? Comment se protéger (les blancs) contre une révolte générale ?

Et bien c’est simple, il suffit de convaincre l’Homme Noir de sa propre infériorité. De cette façon, il ne croit pas en son droit d’être traité différemment, il ne croit pas en son droit de vivre dans le même confort que le blanc, il se maintient lui-même dans sa position.

(Ou comment mettre des chaînes dans la tête en plus des chaînes aux pieds)

(C’est le même genre de lavage de cerveau qui fait que même de nos jours, les pauvres ont tendance à rester pauvres génération après génération et les riches s’enrichissent)

Les cheveux donc étaient utilisés comme un moyen de nous faire nous sentir inférieurs.

Tous les dimanches, pour rentrer à l’église, il y avait le test du peigne : un peigne fin était glissé dans les cheveux en partant de la racine. Plus le peigne glissait facilement jusqu’aux pointes, plus vous étiez assis à l’avant. Plus le peigne restait coincé rapidement, plus vous alliez être assis à l’arrière.

Donc forcément, les blancs aux cheveux lisses et raides étaient au premier rang et plus les cheveux étaient bouclés, plus on reculait dans les rangs. Les cheveux les plus crépus étaient logiquement au dernier rang.

Est-ce que ça ne vous rappelle pas le colorisme qui existe encore aujourdhui chez les noirs ? Le fait que les noirs clairs de peau sont souvent considérés comme plus beaux ? (En créole on appelle encore une peau claire « po chapé » ce qui veut littéralement dire « sauvé/qui s’en est sorti »)

Alors porter fièrement nos cheveux crépus, les regarder tous les matins dans le miroir et les trouver beaux, en parler fièrement dans notre entourage, en parler positivement à nos enfants, ce n’est pas anodin !

On est en train de tout doucement effacer cette histoire horrible. Effacer cet héritage brûlant, cette haine de nos propres traits qui a été forcé dans nos esprits par l’autre et marqué comme au fer rouge dans notre chair.

Des décennies de haine transmise de génération en génération vous vous rendez compte ??

C’est pour cela que je ne peux pas entendre « non mais moi ça va encore ils sont pas trop crépus, mes cheveux, je m’en sors »

C’est pour cela que je ne peux pas entendre « ma fille ses cheveux sont vraiment crépus crépus c’est vraiment dur » Parce que c’est dès maintenant qu’on doit changer notre vocabulaire.

Arrêter de parler des cheveux crépus comme d’une tare.

Arrêter de parler des cheveux crépus comme d’un problème.

Ils sont magnifiques et éclatants et extraordinaires !

À nous de nous les réapproprier !

Bonne soirée

Aimer ses cheveux et les trouver difficiles

Archive 2018

« Je peux aimer mes cheveux crépus et quand même trouver ça difficile »

Effectivement, tu peux.

Je comprends, hein.

Quand j’écris que c’est important de faire attention aux mots qu’on emploie quand on parle de nos cheveux, je ne veux pas dire qu’il est interdit d’avoir des difficultés.

Ce que je veux dire c’est que c’est important d’avoir conscience du fait que ce ne sont pas NOS CHEVEUX, le problème. Les difficultés que l’on rencontre ne sont pas inhérentes à la nature même des cheveux crépus.

Elles viennent en général d’un manque de connaissances. On est bercé à des façons de prendre soin des cheveux qui sont beaucoup plus adaptées aux cheveux lisses ou bouclés qu’à nos cheveux.

Si on arrive à intégrer dans notre vie des habitudes qui sont *adaptées* aux cheveux crépus, alors tout devient simple. (Je t’assure !)

Du coup, si aujourd’hui vous passez beaucoup de temps sur vos cheveux, c’est ok.

En apprenant, ça va s’arranger.

Si vous galérez lors du démêlage, c’est ok.

Ça va s’arranger.

Si vous galérez pour vous coiffer le matin, c’est ok.

Ça va s’arranger.

Ce qui n’est pas ok c’est de dire « les cheveux crépus c’est compliqué ». Il vaudrait mieux dire « j’ai hâte de savoir vraiment m’occuper de mes cheveux pour que ça soit simple ».

Ce qui n’est pas ok c’est de dire « elle, ses cheveux sont bouclés donc c’est plus simple ». Il vaudrait mieux dire « je suis plus à l’aise avec les techniques d’entretien des cheveux bouclés, mais bon d’ici quelque temps je serais tout aussi à l’aise avec les méthodes pour cheveux crépus »

Etc. Etc.Donc Oui, tu peux aimer tes cheveux et quand même trouver ça dur. mais sache que ça *peut* être simple 🙂

À bientôt,

Maëlle

PS :

Si vous voulez le détail de comment gérer ses cheveux au quotidien (gérer son hydratation et ses coiffures), je vous recommande ma méthode. Elle est conçue pour justement éviter de se retrouver le matin avec les cheveux secs. Je dirais même plus : elle est conçue pour avoir les cheveux doux toute la semaine avec un minimum d’effort à ce niveau là (application de produit 2 fois par semaine au maximum).

👉https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/routine-alafolie/

Les Routines ALaFolie sont le meilleur moyen de démarrer avec ma méthode : Vous recevez des fiches explicatives détaillées pour la mise en place de cette routine + Un guide détaillé pour vous permettre de sélectionner au mieux parmi les produits que vous avez déjà pour appliquer cette routine. On trouve également dans ce guide des recettes maison si vous préférez cette option.

Cliquez ici pour choisir votre routine ALaFolie : https://cheveuxnaturelsalafolie.learnybox.com/routine-alafolie/

Slay la rentrée

Slay la rentrée \o/ – Élever ses standards, s’exprimer pleinement !

A l’approche de la rentrée, en plus – évidement – de profiter à fond de cette ambiance légère et « bulleuse » propre à juillet-août (même au bureau avec ceux qui ne sont pas en vacances), j’aime faire le point 🙂

Un peu comme le nouvel an ou mon anniversaire, la rentrée est un nouveau départ.

L’occasion de dépoussiérer ses objectifs, en prendre de nouveaux, décider d’une nouvelle direction. En particulier, c’est l’occasion d’élever ses standards et de s’autoriser à être PLEINEMENT la personne que l’on a toujours voulu être, que l’on rêve d’être mais qu’on se retient d’être au quotidien par une certaine… peur ?

Du jugement des autres ?

Changer sous le regard d’autrui c’est DUR. 

Déjà rien qu’arriver avec une coupe de cheveux radicalement différente, ça peut causer des papillons dans le ventre. Alors forcément, pour les décisions plus importantes, c’est le chari-vari dans le ventre et en général on ne le fait que si les circonstances extérieures nous y obligent.

– Changer de style vestimentaire

– Devenir plus assertive et ne plus se laisser marcher sur les pieds

– Pitcher un nouveau projet à son patron, donner une nouvelle orientation à sa carrière. 

– Adopter une attitude de leadership en vue d’un poste de management

– Moins déjeuner avec ses collègues pour travailler à un projet personnel

Bref, du moment que notre comportement et notre attitude d’aujourd’hui ne concorde pas avec celui d’hier, on est tétanisée, gênée et souvent, on se replie.

Et si cette année ce n’était pas le cas ?  Et si cette année, on profitait toute ensemble de la rentrée pour tout changer d’un claquement de doigts et devenir EXACTEMENT la personne qu’on est déjà tout au fond de nous, mais que l’on n’ose pas encore être en public ?

C’est. LE. MOMENT.

Entre maintenant et le 1er Septembre, on va groover sur cette thématique : SLAY LA RENTREE ! 10 jours pour un retour en force, pleinement soi et pleinement exprimée !

———-

Je m’appelle Maëlle (aka Misscamaelle) et je suis passionnée de cheveux crépus depuis que j’ai arrêté les défrisages en 2008. Mon mantra : simplifier et rendre très accessible le soin, l’entretien et la valorisation des cheveux crépus et texturés ! Sur cette page, je partage avec vous mes méthodes et techniques afin de vous aider à surmonter les challenges des cheveux texturés : limiter la casse, éviter d’avoir les cheveux secs, faire pousser les cheveux, savoir se coiffer, etc.

Le tout s’appuyant sur la méthode d’entretien des cheveux crépus que j’ai crée : la Méthode ALaFolie.