Articles

Coiffure protectrice VS style protecteur

Le « style protecteur » ça vous parle ?
C’est un terme qui a été inventé par l’autrice Audrey Davis Sivasothy et qu’elle explique dans son livre The Science of BLACK HAIR.

Je pense que c’est le meilleur livre qui ait été écrit sur les cheveux crépus.
Il est en anglais, mais si vous lisez l’anglais et que nos cheveux vous intéressent, je vous le recommande vivement.

En attendant, je vous présente dans cette vidéo la notion de STYLE PROTECTEUR, qui est vraiment LA MEILLEURE façon d’aborder la notion de « coiffure protectrice ».

Avec l’été qui approche, vient aussi la saison des nattes, tresses et rajouts.
C’est aussi malheureusement la saison pendant laquelle se créent les plus grandes catastrophes capillaires avec lesquelles ont vient me voir en Septembre (et franchement je ne devrais pas vous en parler parce que septembre est un très bon mois pour la coach capillaire que je suis ^_^).
Mais il s’avère que c’est un phénomène que je déplore : l’énorme gâchis de nos efforts capillaire. La croyance que « c’est comme ça, tant pis ». Couper entre 5cm et 10cm chez le coiffeur parce que « on n’a vraiment pas le choix c’est trop abîmes ».

Tout cela est ÉVITABLE.
En prenant les devants.
En anticipant.

Alors, regardez cette vidéo et s’il vous plait, cet été, optez pour des styles protecteurs plutôt que des coiffures protectrices.

PS : J’ai crée un guide à télécharger gratuitement pour que les produits capillaires et leurs fonctions réelles (!!) n’aient plus aucun secret pour vous. (Cliquez ici : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1)

On sous-estime à quel point la mauvaise utilisation des produits peut affecter l’état de nos cheveux :/

Quelques bénéfices à tirer de la lecture de ce guide :

– Savoir quoi attendre de chaque type de produit et dans quelle situation les utiliser (quel est le rôle d’un beurre, d’un lait, d’un baume, d’une lotion, d’une mousse, etc.?)

– Apprendre à choisir vos produits en fonction de vos besoins et de votre budget.

– Avoir un aperçu de l’offre actuelle en terme de produits capillaires (prix moyens par type de produits et par budget, les rapports qualité/prix, produits de supermarché qui en valent la peine, etc.)

Etc.

Je vous conseille de l’imprimer, de le garder sous la main et de le consulter à chaque fois que vous aurez un doute.A voir ici : https://maellecabarrusalafolie.activehosted.com/f/1

Les 101 résultats possibles avec 4 nattes

La variété des coiffures : les 101 résultats possibles avec 4 nattes. Ou comment « changer de tête » sans rien faire de différent.

Vous le savez surement, je ne suis pas une GROSSE adepte de changement de tête et de coiffure.

Ce n’est pas tant que je n’ai pas le résultat (ce n’est pas comme si je n’aimais qu’une seule coiffure au monde), c’est surtout que je n’ai pas la patience, ni l’envie de passer plus de 5 minutes à me coiffer le matin.

Allez, disons que je peux aller jusqu’à 10 minutes (rare, néanmoins)

En somme je fais toujours grosso modo la même chose : je fais des nattes (2 ou 4) le soir, et je les défais le matin. Fin de l’histoire.

Pour autant, je n’ai pas toujours exactement la même coiffure et ça c’est la grande chance que l’on a avec la texture crépue.

Si je faisais la même chose sur cheveux lisses, j’aurais toujours exactement la même coiffure, au poil près.

Mais j’ai de la chance, j’ai les cheveux crépus.

Et donc ma coiffure varie, l’apparence de ma bouclette varie.

Parce que vous voyez, avec les cheveux crépus, les détails comptent. Les petits gestes comptent. Les petites variations dans la texture de départ, dans l’état de départ de la chevelure, vont faire une grande différence.

Et voilà comment, alors que toutes les coiffures ci-dessus sont nées de 4 nattes le soir pour dormir, elles sont toutes extrêmement différentes (Sur aucune de ces photos mes cheveux n’ont été étirés au sèche-cheveux, au lisseur ou tout autres outil ou technique d’étirement autre que l’usage de nattes et de doigté habile)

On me demande régulièrement des idées coiffures, on parle toujours du besoin de changer de tête et de comment ça peut être fait sans abîmer ses cheveux.

Mais au lieu d’aller dans de grand « chantier » à coups de gels, de brosse, de sèche-cheveux, de lisseurs, de pinces et barrettes et bandeaux, de fil à tisser et de faux cheveux, il y a de la magie dans CETTE maîtrise. Celle du doigté.

C’est LE sujet central de mon programme Crépus & Glam, dont je parlerais plus en détail demain.

En attendant, pour commencer à appliquer la méthode ALaFolie pour vos cheveux dès aujourd’hui et transformer votre chevelure en 12 semaines (malléabilité, douceur, longueur – prise de volume pour les cheveux fins, renforcement drastique de la fibre pour toutes les textures) vous DEVEZ démarrer avec les Routines ALaFolie !

Avec ces 15 fiches (+ le guide en PDF pour apprendre à sélectionner des produits qui vous conviennent), vous allez savoir précisément quoi faire, quand et comment, pour les 12 semaines à venir.

Pour cheveux fins, cheveux abîmés, cheveux défrisés, cheveux en vacances, retour au naturel, ou simplement la routine booster de pousse pour les cheveux « normaux ».

Vous saurez exactement quoi faire pas à pas.

Cliquez ici https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/routine-alafolie/

PS: Regarde aussi cette vidéo sur la versatilité des cheveux crépus : https://youtu.be/JEgQvP_CJvU

Démêlage aux doigts : Avantages et Inconvénients

A mon retour au naturel, le démêlage en section et avec un peigne à dents larges était déjà une révolution pour moi. J’avais pris l’habitude des démêlages au peigne de taille standard et la chevelure démêlée en un seul bloc. (Même chez le coiffure, c’était comme ça) (Mais il apparaît assez clairement maintenant pourquoi mes cheveux défrisés n’ont jamais été longs) Dans ce contexte, le démêlage exclusivement aux doigts m’apparaissait comme un truc totalement extrême.

Lire la suite

Coiffures protectrices, chignons et compagnie

Pendant longtemps, j’ai été en froid avec les coiffures protectrices. Et quand je dis en froid, je parle vraiment de froid polaire, absence totale de communication saine, disputes et insultes les quelques fois ou on essayait de passer un peu de temps ensemble… Vraiment pas copains quoi !

Le truc c’est que j’ai toujours eu beaucoup de mal avec les coiffures tirées où tous mes cheveux étaient cachés. Voir mon cou entièrement dévoilé avec en plus aucun cheveu qui flotte autour de ma tête, était tout simplement in-sup-por-table ! Il me fallait des cheveux qui encadrent mon visage pour me sentir bien. Et tout ça remonte à l’époque où j’étais défrisée, où basique-ment ma seule coiffure était de me lâcher les cheveux en encadrant bien mon visage avec les mèches de devant (rarement derrière les oreilles, donc). Et dans tout ça, j’ai eu trois fois les cheveux coupés en carré court au niveau des oreilles, je vous raconte pas le cauchemar « cou-esque » ! Mais bon, au moins je pouvais encore encadrer on visage.

Un des points difficiles à avaler avec mon retour au naturel : d’un seul coup il fallait que j’assume mon duo « tête-cou ». Dur dur.

J’ai donc été très contente quand mes cheveux ont poussé, mais j’ai quand même dû apprendre à aimer mon visage, puisqu’avec les cheveux naturels, ma coiffure passe-par-partout est devenu le puff. Très bien pour le cou, mais le visage rond… Enfin bref, j’ai donc commencé à aimer mon visage rond à découvert, et petit à petit, apprécier toutes ces coiffures tirées, sans vraiment m’en rendre compte. Le clou a été de constater un vrai ralentissement dans la pousse de mes cheveux quand mes puffs ont commencé à traîner sur mes épaules. J’ai en plus fait le constat que mes cheveux de devant (qui sont souvent protégés par tes tresses, vanilles, ou « cachés » au milieu des cheveux dans un puff) gagnaient beaucoup de longueur là ou mes cheveux de derrière stagnaient méchamment, me ramenant petit-à-petit vers un genre-de-carré. OMG !! C’est à ce moment que j’ai décidé qu’il fallait vraiment que je me mette aux chignons !!

Lire la suite