Articles

Les 4 plaies du perfectionnisme

 Archive 2019



2 événements de cette semaine me viennent à l’esprit, qui, même si sur le papier ils semblent différents, m’amènent finalement à la même conclusion : le perfectionnisme c’est vraiment une plaie !

Oui, je sais j’en ai déjà beaucoup parlé et si vous me suivez depuis un moment, vous savez probablement déjà que l' »imperfectionnisme » est mon motto.

Je continue d’en parler parce que c’est important.
Et en particulier parce que je sais que beaucoup d’entre vous d’entre vous êtes des perfectionnistes et même : beaucoup d’entre vous en sont fières (alors que c’est probablement le plus gros boulet à votre pied qui vous empêche de réaliser vos aspirations)

J’en sais quelque chose, je suis une perfectionniste – en rémission.

Et malheureusement beaucoup d’entre vous pensent que ma réussite entrepreneuriale est le RÉSULTAT de mon perfectionnisme.
Alors que c’est le contraire : je n’aurais JAMAIS construit cette entreprise (avec aujourd’hui une équipe de 6 personnes en tout, 7 si on compte mon développeur qui ne fait que des missions occasionnelles) si je cédais à mon perfectionnisme.
Si je cédais à cette attitude de :

  • Faire attention à mon « apparence » (Je ne parle pas tant ici de beauté, mais de « ce que je renvoie comme image »)
  • Faire attention à ce qu’on pense de moi et de mon travail
  • Faire attention à « faire les choses bien »
  • Faire attention à ne pas décevoir les gens (que ce soit mon équipe, mes clientes, mes prestataires, ma famille)


Ces 4 points là-haut ?
À chaque fois que quelqu’un les évoque, c’est soit avec fierté quand la personne parle d’elle-même, soit avec inquiétude et un ton un brin condescendant quand elle est en train de donner des conseils aux autres (« non, mais je dis ça pour toi, parce que quand même… »)

Mais mon Dieu c’est tellement FAUX ! C’est tellement faux de croire que la réussite se trouve derrière ces 4 points…

Et vous savez quoi ?
Je comprends la confusion.
Parce que quand on respecte ces 4 points scrupuleusement, il n’y a pas grand-chose qui dépasse.
On dérange peu de monde, on échoue peu, on ne déçoit personne.
Et c’est normal : on ne fait RIEN. Ou du moins, on ne fait que ce qui est confortable, que ce qu’on MAÎTRISE. Que ce qu’on est CERTAINE de réussir à l’avance.

Sauf que rien de SUPER ne naît jamais de cette attitude.
Avec cette attitude, on se construit au mieux une vie sympa.
Avec cette attitude on ne réalise pas ses rêves, on ne s’accomplit pas, on ne crée RIEN qui va faire une VRAIE différence.

Et je trouve ça dommage.
Dommage parce que souvent, ceux qui ont cette attitude sont des personnes POTENTIELLEMENT exceptionnelles.
Des personnes qui ont la capacité, peut-être, de créer des choses incroyables.
Mais on ne le saura jamais…

J’ai donc 2 choses à vous dire :

  1. La réussite se trouve derrière de multiples échecs, de multiples « non » et de multiples situations dans lesquelles on aura été ridicule : c’est comme ça que ça marche !

Quand je pense au programme Crépus & Longs, je suis sûr le cul : en 2 ans et demi d’existence il y a eu 936 participantes (en ne comptant que celles qui ont vraiment suivi jusqu’au bout, pas toutes celles qui ont acheté).

Ce programme n’est pas parfait et d’ailleurs, dans quelques jours je vais ouvrir les inscriptions à la Nouvelle Edition du programme Crépus & Longs, transformé et amélioré grâce aux feedbacks et au développement de mon expertise.

En 2 ans et demi, je ne compte plus le nombre de remerciements, le nombre de chevelures complètement transformées, le nombre de FEMMES et de VIES transformées (vous n’imaginez pas ce que la confiance en soi peut faire : c’est un super pouvoir).
C’est extraordinaire. Ma plus belle création.

En 2 ans et demi, je ne compte pas le nombre de critiques. Le nombre de mails en colère à cause d’un atelier annulé. Le nombre d’insultes, de crises de colère de celles, frustrées, qui mettaient plus de temps que les autres à avoir des résultats.

Il y a biieeennn plus de la première catégorie que de la seconde.

Mais avec l’attitude des 4 points plus haut ?
J’aurais accordé plus d’importance aux critiques qu’aux louanges et j’aurais arrêté.

J’aurais arrêté juste après avoir commencé, même (probablement avant, en anticipation).
Et combien de personnes j’aurais aidées ?
Combien de chevelures auraient été transformées ?
Combien de vies impactées ?
Et/ou j’en serais, moi, dans la vie, avec cette attitude ?

Très loin de ma vie rêvée, je vous le dis.

  1. Ne pense pas que ça ne vaut que pour l’entrepreneuriat, pitié. Ça vaut pour tout, absolument tout. Je ne sais pas quel désir tu berces au fond de ton cœur, mais je peux t’assurer que tu ne le réaliseras pas en restant bien sagement dans ta zone de confort. Accepte la critique, accepte l’imperfection, accepte de décevoir/gêner/heurter certaines personnes. Sinon, tu peux toujours attendre un miracle…
  1. Et si tu décides de ne pas. Si tu choisis la zone de confort, cool. Mais alors s’il te plait. Est-ce que tu peux foutre la paix aux autres ? Ne pas devenir une voix de plus que quelqu’un va devoir s’évertuer à ignorer sur son chemin déjà difficile vers ses rêves ?


Ne te fourvoie pas. C’est dur. C’est dur pour tout le monde.
Les raisons pour lesquelles tu as peur d’y aller, la personne qui y va y a pensé aussi. Elle a juste décidé de le faire quand même, d’endurer.

Alors s’il te plait, vraiment, si tu n’as rien de positif à dire, ne dis rien.
(Cette dernière phrase est dédicacée à l’entourage des aspirants entrepreneurs, aspirants graveurs de montagne, aspirants rêveurs fous)

(Et bien sûr à toutes mes clientes : merci pour vos critiques hein. Parfois elles sont dures et injustes, parfois elles sont constructives. Je choisis d’utiliser l’ensemble comme un moteur. Merci ❤️ ❤️ ❤️  )

Bises à vous
Bonne soirée,
Maelle

Obtenir des cheveux longs et obtenir n’importe quel rêve

J’utilise l’écriture depuis toujours pour m’aider à canaliser mes pensées, planifier mes actions, et filer vers mes rêves comme une flèche.

Mais depuis quelques années, ma pratique de l’écriture s’est considérablement intensifiée et a, par bien des façons, été mon arme secrète pour obtenir tout ce que je désire.

J’en ai parlé dans un live sur instagram il y a quelques temps et les questions posées m’ont fait réaliser que cette façon d’utiliser l’écriture n’était pas si courante et évidente.

Soyons claires : ce que j’en tire principalement c’est la capacité à rester concentrée et ne jamais perdre de vue mes objectifs.

Ça a surement dû vous arriver : vous prenez une décision ferme sur une nouvelle habitude à prendre où quelque chose que vous souhaitez obtenir (être plus sérieux dans votre carrière, passer plus de temps en famille, investir et gagner plus d’argent).

Au début ça se passe très bien, vous êtes très disciplinée puis… POUF! Comme par magie (en tout cas c’est l’effet que ça fait), on est 3 mois plus tard, 6 mois plus tard ou même plusieurs années (!!!) plus tard et l’objectif si cher à notre cœur a été laissé de côté.
Emporté par le tourbillon de la vie quotidienne.

Ma façon d’utiliser l’écriture me permet d’éviter cet écueil.

Chacune de mes bonnes habitudes de réussite est d’abord ancrée dans quelques lignes d’écriture au quotidien :

  • Mon apparence physique (mes cheveux, ma peau, ma silhouette, l’énergie que je dégage)
  • La façon dont j’entretiens mon couple (je suis en couple depuis 14 ans – aussi cliché que ça puisse sonner, mon conjoint est mon meilleur ami et mon « partner in crime », mon acolyte, mon partenaire dans tous les sens du termes – et je suis la même chose pour lui. Et ce n’est pas un hasard, c’est une vraie intention et des pratiques quotidiennes)
  • La façon dont je gère mon argent
  • La façon dont j’aborde mon business et sa croissance constante.
  • La façon dont je gère les déconvenues, les déceptions, les échecs.
  • Ma présence en ligne et la façon dont je véhicule les messages qui me tiennent à coeur.
  • Les résultats de mes clientes (vous le savez, mais pour moi permettre à mes clientes d’obtenir une *vraie* transformation et des résultats très concrets est mon objectif le plus important. Rien n’a de sens sans ça)(Et donc j’écris à ce propos au même titre que j’écris à propos de mes autres objectifs de vie.)

Tout.
Vraiment tout ce que je souhaite, se matérialise par l’écriture.

Voilà comment ça marche.

J’ai un désir.
Je l’écris en détails.
J’écris les émotions rattachées à ce désir.
J’écris tout ce qui devrait être vrai pour que ce désir se réalise.
J’écris toutes les croyances/vérités actuelles qui sont contradictoires avec ce que j’ai écris juste avant.
Et je résous tous les conflits (qu’ils soient réels, concrets, ou simplement internes, émotionnels).

Une fois ce travail fait, je synthétise le tout en quelques affirmations en lien à cette nouvelle « chose » que je désir.

Et ces quelques affirmations ?
Je les ré-écris tous les jours.

Alors oui, tous les matins, je consacre du temps a écrire 1 paragraphe par « domaine de vie » avec les choses que je veux créer/avoir/maintenir.

Ça me prend 30 minutes quand je fais court.
(Il s’avère que j’ai beaucoup de rêves et que j’exige beaucoup de la vie)
(Mais si on démarre avec UN objectif précis, ça peut être l’affaire de 5 minutes)

A un autre moment dans la journée, je peux prendre encore 1h (ou 2, ou plus) pour décortiquer plus en détails mes croyances limitantes et points « bloquant ».

(A noter : ces heures « supplémentaires », elles existent parce que j’ai des objectifs élevés et challengeants. Je sors chaque jour LOIN hors de ma zone de confort donc j’ai beaucoup d’émotions « négatives » a gérer. Ce n’est pas nécessaire pour tout le monde).

Grâce à cette habitude d’écriture, tout le reste est plus « simple ».

Je n’ai pas besoin de me rappeler chaque jour que c’est important pour moi de faire du sport : c’est dans mes affirmations quotidiennes.
Je n’ai pas besoin de me rappeler que tel projet de croissance de mon entreprise est important : c’est dans mes affirmations quotidiennes.
Je n’ai pas besoin de me botter les fesses pour faire mon travail de marketing et de vente : c’est dans mes affirmations quotidiennes.

Et ça marche comme ça pour tout.
Tout ce j’ai dans ma vie était au départ un vague désir, puis une série d’affirmations.

Bonne soirée

Maelle

PS: Et si tu osais t’aimer follement ?
J’ai crée un guide -gratuit – pour vous accompagner dans votre transformation physique.

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Que ce soit pour le corps, les cheveux, la peau, le style vestimentaire, c’est très facile de vouloir changer et de se réveiller 3 ans plus tard en découvrant qu’on est exactement la même (ou pire, avoir l’impression d’avoir régressé », qu’on se sent encore plus mal dans sa peau).J’ai changé énormément de choses dans ma vie ces 3-5 dernières années et changer mon apparence physique a non seulement été un gros morceaux, mais aussi un gros élément motivant/déclencheur pour tout le reste.

La vérité est que quand on se sent bien dans sa peau, on peut soulever des montagne !(La vraie vérité c’est que je me suis sentie encore mieux quand j’ai réussi à entièrement me détacher de l’apparence de mon corps, mais c’est venu après)

J’ai osé affronter le regard des autres en quittant mon travail sans filet de sécurité, crée mon entreprise, affronter encore une fois le justement des autres pendant les premiers mois difficiles pour finalement arriver à un business florissant.

Rien de tout ça n’aurait été possible si j’étais resté la personne pétrie de complexe et mal dans sa peau que j’étais avant.Acquérir une grande estime de soi, de la confiance en soi, c’est la première marche. 

Dans ce guide, je vous le processus exacte que j’ai suivi pour surmonter mes complexes et apprendre à me sublimer !

A télécharger ici : https://cheveuxnaturelsalafolie.lpages.co/ma-checklist-beaute/

Cheveux souples et malléables + Slow Life

Courte vidéo, ULTRA APPLICABLE DES CE SOIR, pour des cheveux ultra malléables :

Des cheveux malléables DEMAIN !

Des cheveux malléables dès demain !Je te recommande d'appliquer les conseils de cette vidéo dès ce soir, en t'appuyant sur le guide "Objectif Malléabilité Maximale" (crée en février 2018 et déjà téléchargé plus de 10000 fois depuis)Il a été conçu pour être très concret et applicable tout de suite ! Télécharge-le, applique-le dès ce soir, et on en parle demain ^_^Cliques donc : https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/guide-gratuit-malleabilite/D'ailleurs c'est demain à 18h que je ré-ouvre pour seulement 48h les inscriptions à mon programme Crépus & Longs pour les retardataires !Pour cette réouverture express vous aurez la possibilité de régler en plusieurs fois (3 fois, 5 fois, 9 fois, 12 fois) Vous aurez également droit à la MEGA réduction qui vient avec les paiements en 1 fois ainsi que le cadeau offert : le tshirt ALAFOLIE.C'est quoi Crépus & Longs ? C'est une aventure virtuelle que je t'invite à vivre avec moi et quelques centaines d'autres femmes noires et métissées (également quelques duos mère-enfant) dont le but et clair : des cheveux beaux souples et longs.Mais pas que.Crépus & Longs c'est surtout l'aventure qui te réconcilie avec ta beauté.Qui (re)construit ta confiance en toi, ta capacité à t'aimer, aimer ton apparence physique.Te sentir belle, recevoir des compliments (être à l'aise avec le fait de recevoir des compliments).Tout cela en partant des cheveux, oui (tu seras surprise). Rendez-vous demain ^_^

Publiée par Maelle Cabarrus – ALaFolie sur Jeudi 19 mars 2020

Ok maintenant à propos de slow life.


J’ai écrit des pages et des pages mais je pense que je préfère synthétiser ^_^ (je sais, ça en me ressemble pas)

Voilà l’idée : le confinement, si on met de côté l’anxiété et l’angoisse, c »est un peu l’univers (et l’état) qui nous oblige tous à ralentir.

Quand on enlève la course le matin pour déposer les enfants à la crèche/l’école tout en étant à l’heure au travail.
La course au travail fait et bien fait.
La course le soir pour récupérer tout le monde puis faire le dîner, les devoirs, le bain, le coucher.
La course le week-end et les vacances pour avoir une vie « bien remplie » avec suffisamment d’amis, suffisamment de sorties, suffisamment de voyages.
La couse au shopping pour être habillés comme il faut, coiffée comme il faut, conduire la voiture qu’il faut..



Quand on enlève tout ça et qu’on vous dit juste « restez chez vous », que reste-t-il ?



Ce qu’il reste c’est ce que j’appelle la « SLOW LIFE« 
(Ou alors la vraie vie ^_^)



Le calme.
Le vide.



Celui qui permet de regarder autour de soi et de voir.



Se voir soi.
Voir ses proches.
Voir sa vie.



Ressentir ses émotions.
Ressentir ses envies.
Etre en contact avec ses besoins et ses aspirations.



Beaucoup beaucoup trop de femmes n’ont pas de réponse à la question « quels sont tes rêves ? Qu’est-ce que tu veux ? Si tout était possible tu ferais quoi ? »

Et je pense que c’est cette course du quotidien qui empêche d’entendre la réponse.
(L’entendre, oui, parce que ce n’est pas quelque chose qui se trouve c’est quelque chose qui est déjà en nous, mais il y a tellement de « bruits » dans nos vies que c’est difficile à entendre)



J’ai choisis la SLOW LIFE vers 2011 (en commençant par arrêter d’écouter et de lire les actualités)(in fine : je ne suis influencée par aucune injonction sociale dans mes choix de vie)



Et je vis chaque jour le plaisir d’être connectée à moi-même : mes envies, mes besoins, mes rêves.

Je vis EXACTEMENT ma vie rêvée (et à chaque fois que mes rêves évoluent, j’ajuste, sans urgence)

Et je vous le dis : c’est le pied total ! Si je vous décrivais mon niveau de bonheur et de satisfaction au quotidien, vous ne me croiriez surement pas.
J’ADORE ma vie (et ça ne veut pas dire qu’elle est dénuée de problèmes et de difficultés, ça veut dire que j’AIME LES PROBLÈMES QUE J’AI)



Pendant cette période de quarantaine, je vous invite à vous rapprocher de ça par un exercice tout simple, auquel la période se prête bien  :



1. Renseignez vous sur l’actualité 1h par jour, pas plus (et sur vos réseaux sociaux, arrêtez de suivre tous les comptes qui vous connectent à la peur ambiante)

2. Demandez-vous régulièrement « et là, je veux quoi ?' » (je recommande de mettre une alarme sur son téléphone toutes les heures pour se rappeler de se poser la question)



La réponse peut être très variée : un verre d’eau, une pomme, une sieste, faire pipi, sautiller sur place dans mon salon, prendre mon bébé et le faire tourner au dessus de ma tête, passer la serpillière dans la salle de bain.

Peu importe.
Le but est de s’habituer à entendre ses envies.


Et puis bien sûr :

3. Le faire.



Le but ?



Devenir une personne qui sait ce qu’elle veut, et qui l’obtient.

Oui, ça commence comme ça : savoir qu’on a envie d’un verre d’eau, là tout de suite, et aller le boire.

(Faites moi confiance, ça fait presque 10 ans que je pratique)

Aller, à demain 🙂

Bonne soirée
Maelle

Il n’est jamais trop tard pour suivre son coeur

Entre le moment où j’ai su que je voulais être indépendante et le moment où j’ai commencé à essayer il y a eu 2 ans.

Ensuite entre le moment où j’ai commencé à essayer et le moment où j’ai démissionné de mon travail (en mode kamikaze) il y a eu 3 ans.

Entre le moment où j’ai démissionné et celui et j’ai enfin lancé mon entreprise il y a eu 1.5 ans.
Et entre ce moment et celui ou mes ventes mensuel permettait de me payer il y a eu encore 1 an et demi. Lire la suite