L’impact des mots

Entre mon impact visuel et l’impact de mes mots, j’ai choisi les mots.

(Ma déconvenue juste avant de monter sur scène devant 1000 personnes)

Comme pour vous, j’accorde une certaine valeur à ma beauté : je sais que tout passe mieux quand c’est dit avec une jolie tenue, un joli maquillage et une jolie posture.

(On en a déjà beaucoup parlé ici, d’ailleurs)

Et en février dernier, alors que j’étais attendue sur scène pour parler entrepreneuriat devant 1000 personnes (oui, encore, j’ai de la chance : ^_^)(pour ceux qui n’ont pas suivi, je suis également intervenu devant plus de 1000 personnes en octobre dernier à paris dans un séminaire business) j’ai évidemment pensé à ma tenue et à mon apparence.

Comment j’allais être habillée, comment j’allais me maquiller : j’ai confiance en mes mots et en ma capacité à véhiculer exactement ce que je veux (que ce soit avec une audience de 1000 ou avec une seule personne d’ailleurs), mais j’aime bien être aidée par une apparence qui dit « wow, voilà quelqu’un à écouter ».

(On parlera d’ailleurs dans un autre mail de comment j’ai réalisé que quand je suis belle, on me prend tout de suite au sérieux. Quand je ne le suis pas, je sens que je dois « convaincre » de m’écouter)

Bref, je voulais donc avoir mon effet « wow ».

J’ai donc mes escarpins préférés, rose pétant, comme point central de ma tenue (j’ai choisi une robe portefeuille légère couleur saumon spécifiquement pour « habiller » les chaussures).

Mais 2 choses se sont passées :

J’ai fait l’erreur de mettre mes chaussures en sortant de la voiture au lieu d’attendre juste avant de monter sur scène. Résultat ? J’ai écrasé les 2 talonnettes. Et je ne sais pas vous, mais je DÉTESTE, le bruit que ça fait et je déteste l’impression de marcher sur des clous.

Je découvre en arrivant qu’il n’y a qu’un seul écran de « retour » sur la scène. Je n’aurais donc sous les yeux que la slide du moment, mais pas la slide suivante. ALERTE ALERTE je ne connais pas ma présentation par coeur, je comptais sur la slide suivante pour me « porter » naturellement pas à pas dans ma présentation !

Je me suis tout de suite vue sur scène, concentrée pour marcher correctement sur mes chaussures sans talonnette tout en restant suffisamment concentrée sur ma présentation pour me rappeler de ce qui vient après.

Hum Hum.

No way.

Ma présentation est trop importante.

Je suis montée sur scène avec l’intention de toucher au moins 5 personnes dans la salle (toucher suffisamment profondément pour insuffler un direct passage à l’action. Un vrai changement de vie, là tout de suite, en 45 min).

C’est trop important pour que je laisse le crissement de mes talons m’en détourner.

Alors j’ai laissé les escarpins aux vestiaires et je suis monté sur scène avec mes ballerines.

Beaucoup moins « wouaw ».

Mais mes mots, eux, ont fait leur effet et c’est tout ce qui compte.

(J’ai été ovationnée, les amies ! C’était WOUAW)

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Parce qu’il n’y a pas si longtemps que ça, j’aurais agonisé sur cette décision.

J’aurais été gênée de ne pas être « assez belle ».

J’aurais passé l’après-midi, la soirée et le lendemain mortifiée à l’idée de ne pas avoir été « assez belle ».

Ou alors j’aurais choisi de porter les talons et ma présentation aurait été moins bien.

Et je me serais torturée pendant des jours en me demandant si j’aurais été plus « impactante » si je n’avais PAS porté les talons, si j’avais pu me concentrer sur mon audience et sur mes mots.

La pression d’être est telle qu’elle peut nous gâcher un grand moment de plaisir.

(Ainsi que les semaines précédentes passées à choisir méticuleusement une tenue parfaite) (Moi je préfère passer ce temps-là à travailler sur mon « fond » plutôt que sur ma « forme »).

Mais quand on remet la beauté à sa place : un outil, tout va mieux.

Quand on a conscience qu’il y a bien plus de valeur dans ce que l’on FAIT plutôt que dans notre apparence, tout va mieux.

Quand on SAIT reconnaître qu’être belle, c’est cool, mais ce n’est pas une fin en soi ? Tout va mieux.

On ne se gâche pas la vie.

Et on VOIT ce qui compte vraiment.

Et ça, ça se crée par l’amour de soi. Un amour profond et bien ancré.

Je n’ai aucun doute sur le fait d’avoir changé les 5 vies que j’avais décidé de changer en montant sur scène. Et aucun regret d’avoir sacrifié mon « élégance » en talon haut pour ça.

Est-ce que toi tu te rappelles d’une occasion ou l’obsession sur tenue vestimentaire/ton apparence physique est venue éclipser un moment magique ?

Un moment où ta coiffure est devenue tellement omniprésente dans ton esprit que tu ne pouvais penser à RIEN D’AUTRE ?

Un moment où une tâche ou un petit trou dans un vêtement t’a fait passer la soirée à raser les murs au lieu de t’amuser ?

Un moment où tu n’as pas pris la parole en réunion parce que tu ne voulais pas qu’on te regarde ?

Des moments comme ça, j’en ai eu des tonnes.

Aujourd’hui ?

Je m’aime trop pour ça.

J’en parle et j’en parle et j’hésite et j’hésite depuis des mois, mais cette fois j’AFFIRME : je passe cette semaine à remanier mon programme SELF LOVE QUEEN et j’en refais une session S’aimer, ça change la vie !

Les 12 participantes de l’an dernier ont été galvanisées par le programme et les exercices et en plus m’ont fait des feed-back ultra qualitatif qui vous GARANTISSENT un programme haut niveau !

Il est grand temps de s’aimer.

Bonne soirée

Maëlle

PS : Si les cheveux restent votre problématique, mes Routines ALaFolie restent bien sûr LE meilleur moyen pour moi de vous aider !

Je reçois TOUS LES JOURS des messages de personnes qui redécouvrent leurs cheveux, adorent leurs cheveux et kiffent à mort, juste avec ces quelques fiches.

Si vous stagnez en longueur, si vous êtes encore incertaine de votre routine, choisissez la Routine Booster de POUSSE.

Vous m’en direz des nouvelles 😛

https://coaching.cheveuxnaturelsalafolie.fr/routine-alafol…/

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *