Les cheveux crépus portés au naturel

Archive 2018

Hello hello,

Depuis quelques années en France (et dans le monde !) la proportion des femmes aux cheveux crépus portant leurs cheveux au naturel a explosé.

Pourtant beaucoup de femmes aux cheveux crépus naturels ont des difficultés à manipuler leurs cheveux. Les activités relatives à ces derniers sont source d’inconfort, de pénibilité, de sensation désagréable et elles ont du mal à réaliser des coiffures satisfaisantes. Les cheveux crépus sont des cheveux au comportement très particulier qui nécessitent une approche radicalement différente de celle appliquée à un cheveu plus « conventionnel » (typiquement lisse ou ondulé par exemple), que ce soit en termes de soin, d’entretien ou de coiffure. Avoir des cheveux crépus naturels (c’est-à-dire non traités chimiquement) appelle des méthodes, accessoires, outils et produits spécifiques.Si on leur applique des méthodes et des points de vue d’autres types de cheveux, il est normal qu’on aboutisse à des situations frustrantes.

Or le soin, l’entretien et la coiffure des cheveux naturels sont des activités qui s’imposent dans le quotidien de la plupart des femmes. Parmi ces moments récurrents typiques où on se retrouve à devoir s’occuper de nos cheveux, on retrouve :

Réaliser ses coiffures du jour. 10 min à 45 min

Se laver les cheveux, faire un shampoing. Toutes les 1 à 4 semaines

Subir un traitement capillaire chez le coiffeur (soin, lissage, coiffure, etc.)

Réaliser des coiffures longue durée (tresses, nattes, etc.). Plusieurs fois par an

etc.

Ne pas être à l’aise avec la manipulation de ses cheveux et ne pas savoir se coiffer, c’est alors s’exposer à de l’inconfort et à des désagréments sur ces activités capillaires de manière récurrente. C’est accumuler de la frustration et du stress avant même d’avoir quitté son chez-soi. Et à mesure que le temps passe, la chevelure devient de plus en plus terne, elle stagne en longueur et on finit par désespérer de nos cheveux.

Si les difficultés que l’on rencontre avec nos cheveux n’avaient des conséquences que sur leur état et leur apparence, ce ne serait pas grave. Mais quand on n’est pas satisfait de l’apparence de nos cheveux, on se sent également moins en confiance : une partie de notre être qui aurait dû être un atout dans notre vie devient un handicap. Nos cheveux deviennent alors une source de complexe qui impacte notre morale et qui diminue notre capacité à faire face aux challenges du quotidien. La situation peut être d’autant plus frustrante qu’on a l’habitude de fournir un certain type d’effort et d’investir du temps et de l’argent dans l’amélioration de notre situation capillaire. C’est le cas par exemple lorsqu’on est une grande consommatrice de produits capillaires et qu’on continue malgré tout à avoir des problèmes de sécheresse, que l’on a des cheveux qui ne poussent plus et qui stagnent en longueur.

Mais alors que faire ? Comment faire la paix avec ses cheveux ? Comment atteindre un stade où l’on se sent belle avec ses cheveux, grâce à eux ? On en parle dans un prochain mail ! En attendant, parlez-moi de vos frustrations capillaires : quel « moment capillaire » vous frustre le plus ?

À très bientôt

Maëlle

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *