Etre soi, briser sa carapace, être un homard.

Archive 2017

En parcourant mon fil instagram, je viens de retomber sur un post de septembre 2016 qui commence par « Depuis quelques années j’ai fait l’effort de vivre entièrement en tant que moi-même, sans filtre (j’avais pris très jeune l’habitude de me « diluer » pour être socialement plus « normale ») » Un an plus tard, je me rends compte que cette acceptation de moi dans la sphère privée met beaucoup beaucoup de temps à faire son chemin dans la sphère virtuelle.

Au début du mois, je vous ai partagé quelques unes de mes convictions et des choses qui bouillonnent en moi. Certaines ont pu vous faire réagir, mais la réalité est que c’était encore très très édulcoré. La personne que je suis en vrai peut être très… disons « bousculante ». Aucun mot plus approprié ne me vient à l’esprit 😅

Me filtrer, me cacher, me déguiser, c’est un réflexe que j’ai acquis très tôt. C’est beaucoup plus simple de rentrer dans le moule. Beaucoup plus simple d’avoir des opinions qui ne font pas de vagues ou de taire ses opinions qui font des vagues.

Mais je suis de moins en moins à l’aise avec ça. Ça a commencé vers mes 24-25 ans, et aujourd’hui, à 28 ans, je me sens comme un homard coincé dans sa carapace trop petite. (Vous saviez que les homards doivent briser leur ancienne carapace trop petite régulièrement ?) Je ne sais pas trop où je veux en venir avec ce texte, mais c’est un processus intéressant : totalement inconfortable et très effrayant ! Ma carapace de Misscamaelle autrefois confortable, maintenant me serre beaucoup trop, et je me sens comme un adolescent qui mue, avec la voix qui oscille entre le très aiguë et le très grave. C’est chelou. Ça s’appelle grandir 🙂 Si vous êtes vous aussi dans une période de transition inconfortable, je vous envoie de bonnes ondes : d’ici quelques mois quand on sera de l’autre côté de la mutation et on sera peut-être nostalgique de cette période ! 😇

Bonne soirée à vous !

Maëlle en mutation

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *